Peine de mort : le Pape modifie le Catéchisme de l’Eglise catholique

16 janvier 2015 : Le pape François célèbr e une messe avec les évêques, les prêtres, les religieuses et les religieux en la cathédrale de l'Immaculée Conception de Manille, Philippines. DIFFUSION PRESSE UNIQUEMENT. EDITORIAL USE ONLY. NOT FOR SALE FOR MARKETING OR ADVERTISING January 16, 2015: Pope Francis leads a mass at the Cathedral in Manila, Philippines.

16 janvier 2015 : Le pape François célèbre une messe avec les évêques, les prêtres, les religieuses et les religieux en la cathédrale de l’Immaculée Conception de Manille, Philippines.

Les modifications de son Catéchisme montrent que la Tradition de l’Eglise catholique est vivante.

En octobre 2017, le pape avait saisi l’opportunité de l’anniversaire des 25 ans du Catéchisme de l’Eglise catholique pour montrer que la Tradition n’était pas figée, en faisant cette proposition de modification très importante des articles du CEC sur la peine de mort.

Entérinée en août 2018, la nouvelle formulation de l’article 2267 du Catéchisme de l’Eglise catholique stipule désormais le rejet total de cette pratique jugée contraire à la dignité humaine (article qui commente le 5ème commandement : « Tu ne tueras pas », dans le chapitre « Tu aimeras ton prochain comme toi-même »)

Plusieurs aspects sont à souligner pour la catéchèse :

  • Il y a là un exemple concret du fait que le dépôt de la foi n’est pas figé et que «la foi chrétienne n’est pas une « religion du Livre ». Le christianisme est la religion de la « Parole » de Dieu, « non d’un verbe écrit et muet, mais du Verbe incarné et vivant » » (CEC n°108)
  • Le Catéchisme de l’Eglise catholique, référence pour la catéchèse, porte les réflexions de l’Eglise catholique et ses conséquences concrètes. « Pour qu’elles ne restent pas lettre morte, il faut que le Christ, Parole éternelle du Dieu vivant, par l’Esprit Saint nous  » ouvre l’esprit à l’intelligence des Écritures« . » (CEC 108)

 

Le nouveau texte de cet article 2267 :

Pendant longtemps, le recours à la peine de mort de la part de l’autorité légitime, après un procès régulier, fut considéré comme une réponse adaptée à la gravité de certains délits, et un moyen acceptable, bien qu’extrême, pour la sauvegarde du bien commun.
Aujourd’hui on est de plus en plus conscient que la personne ne perd pas sa dignité, même après avoir commis des crimes très graves. En outre, s’est répandue une nouvelle compréhension du sens de sanctions pénales de la part de l’État. On a également mis au point des systèmes de détention plus efficaces pour garantir la sécurité à laquelle les citoyens ont droit, et qui n’enlèvent pas définitivement au coupable la possibilité de se repentir.
C’est pourquoi l’Église enseigne, à la lumière de l’Évangile, que « la peine de mort est inadmissible car elle attente à l’inviolabilité et à la dignité de la personne » [1] et elle s’engage de façon déterminée, en vue de son abolition partout dans le monde.
______________________
[1] François, Discours aux Participants à la Rencontre organisée par le Conseil Pontifical pour la Promotion de la Nouvelle Évangélisation, 11 octobre 2017.

Pour vous aider

620x349 vignettes boite à outils rentrée catéchèse

Pour vous aider

620x349 vignettes

Approfondir votre lecture