Quelques mots sur la rentrée du caté en 2011

Conférence de presse nationale du 1er septembre 2011. A l’occasion de la rentrée scolaire, le service national de la catéchèse et du catéchuménat a donné une conférence de presse sur « la rentrée du caté ».

Le contenu de certains articles de presse et de reportages télévisés a pu surprendre plusieurs d’entre vous. Les retranscriptions de nos messages, dans les médias ne correspondent pas toujours à ce que nous escomptions ! Vous en faites probablement vous-mêmes l’expérience. Nous ne sommes pas maîtres des médias, cependant nous en avons bien besoin !

Sur un plan général certains font l’erreur d’opposer l’expérience chrétienne et la transmission de la doctrine. Au contraire, les évêques demandent que la transmission de la doctrine chrétienne s’imprègne davantage de l’expérience chrétienne.

J’ai relevé deux types de contresens que nous rencontrons fréquemment. Et je vous les commente :

  • « une nouvelle méthode de l’enseignement de la foi catholique »

Les personnes qui ont un regard extérieur sur le renouveau de la catéchèse, ont tendance à réduire les modules à des nouvelles méthodes pédagogiques. Il est difficile en effet d’expliquer, dans un langage compréhensible par un large public, que la nouveauté plus fondamentale apparait dans la visée catéchétique. Nous rencontrons la même difficulté pour parler de la « pédagogie d’initiation » préconisée par les évêques, à une nouvelle méthode pédagogique.
Cette expression veut rappeler le fondement pascal de tout acte catéchétique. (Cf. Jean-Paul II, exhortation apostolique Catechesi Tradendae, n°5 : « Au cœur de la catéchèse nous trouvons essentiellement une personne, celle de Jésus de Nazareth, « Fils unique du Père, plein de grâce et de vérité » , qui a souffert et qui est mort pour nous et qui maintenant, ressuscité, vit avec nous pour toujours ». Lire le chapitre 2 du Texte national d’orientation de la catéchèse : « Le mystère de Pâques au cœur de l’initiation »)

(Voir le dossier de presse page 4-5)

  • « Ainsi, il semble fini, le temps du caté à jour fixe. Beaucoup d’enfants le fréquentent désormais une simple année ».

C’est inexact, une majorité de groupes d’enfants continue à se réunir régulièrement, à jour fixe (chaque semaine ou moins fréquemment). Très peu quittent au bout d’un an. Par contre, des enfants et des familles rejoignent l’Eglise en participant à d’autres types de propositions catéchétiques comme les catéchèses du dimanche, des rassemblements paroissiaux, des temps forts sur un jour ou deux, des « caté-vacances », etc ?

Pour expliquer ce qui se vit aujourd’hui en catéchèse, et pas seulement avec les enfants, vous pouvez vous inspirer du message de Luc Mellet.

Le dossier Catéchisme de l'Eglise catholique

CEC cartouche du Roi David

Catéchèse et catéchisme

cabochon-expression-de-la-foi-de-l-eglise

Pour vous aider

620x349 vignettes boite à outils rentrée catéchèse

Pour vous aider

620x349 vignettes

Approfondir votre lecture

  • « Fête de l'éveil à la foi » : rassemblement diocésain des familles à Nantes en 2012.

    Enquête sur l’évolution de l’éveil à la foi dans les diocèses

    Au sein du Service national pour la catéchèse et le catéchuménat, nous avons pris acte d’une évolution de la question de la famille dans la catéchèse et l’éveil à la foi dans la plupart des diocèses. Nous questionnant sur la manière d’accompagner au mieux ces évolutions, nous avons le désir de réfléchir avec les personnes qui, dans les diocèses, ont une attention plus particulière sur l’éveil à la foi des petits enfants, parfois aussi de leurs parents, et bien souvent aujourd’hui de l’annonce de la foi au sein de la famille.

  • 26 janvier 2011: Le P. Vincent De MELLO, aumônier du patronage du Bon Conseil, s'adresse aux enfants pour un temps de catéchisme, Patronage du Bon Conseil, Paris (75), France.

    Enquête sur le nombre d’enfants catéchisés du CE2 au CM2 en 2016

    L’enquête sur le nombre d’enfants catéchisés entre 8 et 11 ans, commencée en juin 2016, a été poursuivie pendant toute l’année scolaire 2016-2017. 74% des diocèses ont répondu.