La crise, un temps de grâce pour comprendre la volonté de Dieu

« A la faveur de la tempête, est tombé le maquillage des stéréotypes avec lequel nous cachions nos "ego" toujours préoccupés de leur image ; et reste manifeste, encore une fois, cette appartenance commune (bénie), à laquelle nous ne pouvons pas nous soustraire : le fait d’être frères » Discours du Pape François à la Curie Romaine, à l'occasion de la présentation des vœux de Noël (21 décembre 2020)

« A la faveur de la tempête, est tombé le maquillage des stéréotypes avec lequel nous cachions nos “ego” toujours préoccupés de leur image ; et reste manifeste, encore une fois, cette appartenance commune (bénie), à laquelle nous ne pouvons pas nous soustraire : le fait d’être frères » Discours du pape François à la Curie Romaine, à l’occasion de la présentation des vœux de Noël (21 décembre 2020).

Le commencement d’une année nouvelle est propice aux bilans et aux relectures de celle que nous quittons, aux résolutions et aux projets de celle qui s’ouvre devant nous.

Lors de ses vœux à la Curie romaine le 21 décembre, le pape François est revenu sur sa méditation de l’évangile de la tempête apaisée, donnée le 27 mars dernier, seul sur la place Saint-Pierre désertée et battue par la pluie, en communion avec le monde entier.

« Ce fléau est une mise à l’épreuve et en même temps, une grande occasion de nous convertir et de retrouver une authenticité » nous dit-il en nous rappelant que les chrétiens se mettent à avec confiance à l’écoute de l’Esprit Saint en regardant les événements à la lumière de la Parole de Dieu et de la foi. Il interroge la crise : « tempête qui démasque notre vulnérabilité, révèle ces sécurités, fausses et superflues … » et rappelle que le monde et l’Eglise sont en crise depuis toujours et que la tradition chrétienne relit les crises à partir de la racine de ce mot : crible, qui sépare et trie le bon grain de l’ivraie telle la pelle à vanner dont use Jésus Christ comme l’annonce Jean le Baptiste à ceux qui veulent changer leur cœur (Mt 3, 12).

Pour nous et avec nombre d’entre vous, le début de l’année sera marqué par un temps de mise à l’écoute de l’Esprit sur la situation de la catéchèse et les promesses à venir, lors de la session, Perspectives catéchétiques, Celui qui a des oreilles qu’il entende ce que l’Esprit dit aux Eglises (Ap 2,17). Une rencontre à distance à laquelle de nombreux services diocésains participeront en équipe les 20 et 21 janvier.

Toujours nourries par le nouveau Directoire pour la catéchèse, nos réflexions catéchétiques, se poursuivront lors de la session des 22 et 23 juin, Parole de Dieu en catéchèse. C’est un enjeu majeur de l’évangélisation et de la catéchèse comme l’a souligné le pape lorsqu’il a institué le dimanche de la Parole de Dieu que nous célébrerons pour la deuxième fois le 24 janvier prochain (Motu proprio Aperuit illis, 30 septembre 2019).

« Ainsi, c’est dans l’espérance que nous accueillons cette nouvelle année porteuse de promesses pour nos missions au service de l’évangélisation : l’approfondissement du kérygme avec le nouveau Directoire pour la catéchèse, les appels du pape à annoncer la bonne nouvelle de la famille et à oser une fraternité audacieuse, accompagnés par la figure paternelle de saint Joseph. Formons le vœu de vivre ces projets en 2021 d’une manière plus incarnée que dématérialisée et virtuelle et, quoiqu’il en soit, en communion fraternelle. »

Pauline Dawance, SNCC

Sur Facebook

Approfondir votre lecture