Les yeux fixés sur Jésus Christ, entrons dans le combat de Dieu

 

Le carême est bien avancé, la célébration des Cendres semble déjà loin et nous comptons les jours restant jusqu’à Pâques. Plus que jamais le soutien de l’Eglise est nécessaire alors que le combat spirituel s’intensifie, particulièrement pour les catéchumènes, mais aussi pour nous. Une fois encore la liturgie est un secours avec les rites des trois scrutins et les textes proposés. Ils nous rappellent que s’il y a combat, s’il faut veiller, garder confiance malgré nos trébuchements, non seulement le Seigneur ne nous laisse pas seuls et combat avec nous mais il combat à notre place et quand la ténèbre nous enveloppe, il donne l’espérance de sa victoire définitive sur la mort.

Laissons-nous porter par le chemin que trace le lectionnaire de cette période : le 4ème dimanche de carême après avoir retrouvé, dans l’évangile de chez Saint Luc, le père prodigue saisi de compassion pour son fils perdu, nous entendrons le dimanche suivant, avec Saint Jean, Jésus dire à la femme adultère « moi non plus, je ne te condamne pas » et le prophète nous encourager avec les paroles du Seigneur : « ne faites plus mémoire des événements passés, ne songez plus aux choses d’autrefois. Voici que je fais une chose nouvelle : elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ? » (Is 43, 18-19) ; de jours en jours, avec Lazare nous sommes relevés, avec Suzanne et Daniel nous échappons à la mort tandis que la tension monte autour de Jésus. Et nous voilà au dimanche des Rameaux et … de la Passion pour vivre le « basculement liturgique » qui ouvre la Grande semaine. Jésus mène au grand jour le combat de Dieu pour la vie de l’humanité entière et de toute la création.

Pauline Dawance, Directrice du SNCC

Approfondir votre lecture