Première annonce : s’inscrire dans une dynamique de « sortie » de l’Église

2 Juillet 2011 : 1ère Nuit des Eglises à l'initiative de la revue Narthex, sous l'égide de la Conf. des Ev. de France. Collégiale Notre Dame du Fort. Etampes (91) France.

2 Juillet 2011 : 1ère Nuit des Eglises à l’initiative de la revue Narthex, sous l’égide de la Conf. des Ev. de France. Collégiale Notre Dame du Fort. Etampes (91) France.

De quelle manière une Première Annonce peut-elle surgir comme le bénéfice collatéral d’une initiative paroissiale ? Elle s’inscrit alors naturellement dans la dynamique de « sortie » de l’Église dont parle tant le pape François dans l’exhortation La Joie de l’évangile.

Ainsi, apprenant que nombreux étaient ceux qui n’osaient pas entrer dans une église pour demander quelque chose, une « sortie » sur le parvis s’est imposée pour les inscriptions au caté. Quelques tables et quelques heures dehors ont permis de faire l’expérience de la rencontre avec les parents, les enfants et finalement le tout-venant qui passait par là. Quelques heures pour prendre goût au rendez-vous imprévu, au témoignage inattendu reçu et donné, à l’écoute des plaintes et des confidences enfouies, pour découvrir sa capacité à formuler sa foi et la joie d’être là tout simplement.

D’autres expériences de première annonce de l’Eglise « en sortie » ont suivi, organisées comme des opérations d’évangélisation. A l’occasion de fêtes profanes : la Fête de la musique ou la Nuit blanche, lors de temps ou fêtes liturgiques comme l’Avent avec crèche à l’extérieur, chants, boissons chaudes, présence de baptisés ou encore pour honorer des traditions comme le partage des crêpes à la chandeleur, toujours sur le parvis.

Ces occasions de première annonce ont des points communs.

  • Extérieur et intérieur de l’église s’articulent avec des couleurs différentes.

L’extérieur permet l’invitation et l’intérieur, marquant une rupture avec le rythme du monde et le bruit de la ville, est propice à une entrée dans l’inhabituel. On y propose concert, itinéraire biblique et spirituel, soirée de prière, productions artistiques, échanges, réflexions ou simplement présence accueillante.

  • La prière est au cœur de ces actions, souffle porteur et invisible :

Prière d’envoi des « missionnaires » ; prière pendant la mission : visible dans l’église, invisible quand, envoyés deux par deux, l’un parle et l’autre prie, ou quand cette intention est confiée à un « monastère invisible », chaîne de prière à domicile ; prière de retour de mission, lorsque vient le temps de se mettre à l’écart pour se reposer, raconter et rendre grâce.

  • La parole de Dieu irrigue ces projets :

Les envoyés se préparent en la travaillant, la priant, la méditant et elle peut être le point de départ d’échanges avec ceux que l’on croise. Donnant lieu à de nombreuses interprétations artistiques comme autant de commentaires et de dialogues entre Écriture et arts, elle invite le spectateur à entrer dans cet échange.

  • Car ces propositions sont pensées pour des personnes loin de l’Eglise :

Le langage et le contenu sont adaptés et progressifs pour entrer dans une expression de la foi. Outre la parole de Dieu et l’expression artistique, on s’appuie sur des médiations particulières comme la culture, le patrimoine, l’histoire, la piété populaire ou encore la vie et les services de la paroisse. Des gestes simples, accessibles à tous, peuvent être proposés pour aller un pas plus loin que la simple visite : écrire une intention de prière dans un livre dédié, déambuler en suivant un parcours, mettre un cierge, se recueillir devant une statue de la Vierge Marie, recevoir une bénédiction ou une prière à garder, proposer de prier ensemble pour un être cher.

Les « portes ouvertes » de l’Église

« L’Eglise en « sortie » est une Eglise aux portes ouvertes » nous dit le pape (EG n°46).

Il est étonnant de constater le pouvoir attractif des églises ouvertes la nuit. Refuge, horaire décalé d’un lieu perçu intuitivement comme habité par certains pourtant bien loin de toute pratique religieuse ; qui sait ? Combien de Nicodème entrent la nuit tombée poussés par on ne sait quelle quête ? C’est un moment favorable pour une vraie rencontre attendue parfois depuis longtemps.

A nous de nous rendre disponibles à la rencontre si nous décidons cette ouverture. J’ai vu des personnes venues de toute part, de toutes confessions, la nuit où s’est éteint Jean-Paul II. Elles affluaient vers l’église de leur quartier comme s’il était évident qu’elle serait ouverte. Nous leur proposions si elles le souhaitaient un geste qui traverse de nombreuses traditions : déposer une bougie au pied de l’autel pendant que se déroulait la prière de l’Eglise. Nombreux sont ceux qui ce soir-là ont trouvé un chemin de réconfort dans le recueillement et la chaleur de cette prière spontanée.

Des communautés chrétiennes investissent des rendez-vous plutôt patrimoniaux comme la Nuit des églises en juillet ou les Journées du Patrimoine en septembre. Les Français sont fiers de leur patrimoine et ils aiment l’histoire. Il y a tant de choses à raconter dans et sur nos églises dont l’histoire est toujours rattachée à la grande histoire, à l’histoire de la ville ou du village où elles se tiennent. Cette porte permet de livrer des clés pour décrypter le sens du bâtiment et de ce qui s’y vit. C’est l’occasion de dire que bien plus qu’un monument, il est l’expression de la foi des chrétiens et le lieu où ils célèbrent le Dieu vivant aujourd’hui. Les pastorales du tourisme et de l’art sacré œuvrent dans de nombreuses églises prestigieuses ou modestes par la présence de passionnés prêts à accompagner, par la mise à disposition de documents simples ou de cartouches explicatifs dans les lieux importants de la liturgie.

Y a-t-il des fruits qui nous permettent de croire que nos « sorties » nous conduisent aux périphéries ? Quels sont-ils ? Nous ne moissonnons ni ne récoltons et pourtant … le premier bénéfice est pour nous-même : dire sa foi fait grandir la foi. Prier, travailler, œuvrer ensemble soude les membres d’une communauté. L’évangélisation participe à la communion des membres du Corps. C’est là le premier fruit.

D’autres suivront car « Voyez comme ils s’aiment » est un puissant témoignage au pouvoir attractif. La croissance spirituelle est bien là mais la pâte lève sans bruit. Soyons attentifs, c’est notre récompense que de voir le Royaume se construire.

Pauline Dawance, Directrice du SNCC

Le dossier Catéchisme de l'Eglise catholique

CEC cartouche du Roi David

Catéchèse et catéchisme

cabochon-expression-de-la-foi-de-l-eglise

Pour vous aider

620x349 vignettes boite à outils rentrée catéchèse

Pour vous aider

620x349 vignettes

Approfondir votre lecture

  • Famille

    Questions sur la première annonce au sein de l’espace familial

    Questions/réponses – Que signifie annoncer le kérygme aux familles à temps et à contretemps ? Concrètement comment cela se vit- il au quotidien avec les familles ? Est-ce suffisant de dire « le Christ ressuscité est avec toi » pour faire de la première annonce ? Comment peut-on aider les familles à exercer la responsabilité de la première annonce à laquelle le Texte national les appelle ?

  • plateau jeu Athènes

    Jeu de l’annonce de Paul aux Athéniens

    Le jeu, L’Oasis n°3 : Annoncer. Relisons notre manière d’évangéliser ceux que nous rencontrons. Cette rencontre peut avoir lieu dans le temps pascal pour réfléchir à notre façon d’annoncer Jésus-Christ mort et ressuscité aux enfants, aux catéchumènes, mais aussi aux personnes que nous rencontrons au quotidien.

  • Jésus et la Samaritaine au puits de Jacob, Angelica Kauffmann, Munich, Neue Pinakothek (1769)

    Oser la rencontre

    Que dit la Bible ? L’Oasis n°3 : Annoncer. Pour évangéliser, il faut des moments où l’on s’explique entre soi et d’autres où l’on va vers des gens nouveaux. La Bible parle en plusieurs temps. Certains moments sont plus faciles, d’autres plus difficiles.