« Bien tard, je t’ai aimée… » La prière de saint Augustin d’Hippone

La prière, L’Oasis n°24 : Contempl’actif

Illustre docteur de l’Église, saint Augustin, devenu évêque d’Hippone, est l’un des quatre Pères de l’Église latine avec saint Ambroise, saint Jérôme et Grégoire Ier. Quelques mois après son baptême il connut un moment de bonheur mystique, l’ »extase » ou la « contemplation » d’Ostie.

Les Confessions est une œuvre autobiographique, écrite entre 397 et 401, dans laquelle il raconte sa quête de Dieu.

 

 

 

Bien tard, je t’ai aimée,
ô beauté si ancienne
et si nouvelle, bien tard,
je t’ai aimée !

Et voici que tu étais au-dedans,
et moi au-dehors,
et c’est là que je te cherchais,
et sur la grâce de ces choses
que tu as faites,
pauvre disgracié,
je me ruais !

Tu étais avec moi
et je n’étais pas avec toi ;
elles me retenaient loin de toi,
ces choses qui pourtant,
si elles n’existaient pas en toi,
n’existeraient pas !

Tu as appelé, tu as crié
et tu as brisé ma surdité ;
tu as brillé, tu as resplendi
et tu as dissipé ma cécité ;
tu as embaumé, j’ai respiré
et haletant j’aspire à toi ;
j’ai goûté, et j’ai faim et j’ai soif ;
tu m’as touché
et je me suis enflammé
pour ta paix.

Saint Augustin,
Les confessions 10, 27

Feuilletez L’Oasis en ligne !

Cliquez sur l’image pour ouvrir la revue en plein écran.

Approfondir votre lecture

  • Prier pour les petits et moyens entrepreneurs : l’intention du pape François pour août

    Le pape François compte sur nos prières. Découvrez son intention pour le monde au mois d’août.
    « Prions pour les petits et moyens entrepreneurs, durement touchés par la crise économique et sociale. Qu’ils puissent trouver les moyens nécessaires à la poursuite de leur activité au service de leurs communautés. »

  • Donner le goût de l’oraison aux enfants

    L’Alliance Massabielle a réalisé 3 livrets pour permettre aux enfants d’expérimenter la prière personnelle et silencieuse, appelée l’oraison.

  • L’intériorité, Dieu au cœur de l’homme

    Dans la vie chrétienne, prière et vie quotidienne se fécondent.
    « Bien tard, je t’ai aimée, Beauté si ancienne et si nouvelle, bien tard, je t’ai aimée. Et voici que tu étais au-dedans, et moi au dehors (…) Tu étais avec moi et moi, je n’étais pas avec toi (…) Tu as appelé, tu as crié et tu as mis fin à ma surdité. »