Une catéchèse mystagogique vécue pendant le Temps pascal

21 mai 2006: Catéchèse pour adultes (néophytes et catéchumènes) à la maison paroissiale de St Jean-Baptiste de Grenelle, Paris 15ème.

21 mai 2006: Catéchèse pour adultes (néophytes et catéchumènes) à la maison paroissiale de St Jean-Baptiste de Grenelle, Paris 15ème.

Zoom sur la catéchèse mystagogique. L’expérience racontée a été vécue lors d’une journée de formation relatée dans le bulletin du catéchuménat de mars 2010.

Le rituel de l’initiation chrétienne des adultes (RICA) appelle à vivre des temps de catéchèse mystagogiques durant les cinquante jours du Temps pascal, de Pâques à la Pentecôte … Voici une proposition vécue lors d’une journée de formation, après la célébration de l’eucharistie.

Dans la lumière de cette eucharistie que nous venons de vivre ensemble, j’aimerai vous parler de ce que nous avons vécu.

En effet, la célébration de l’eucharistie n’est pas un acte extérieur à nous-mêmes. La messe n’est pas un rite qui se déroule sans nous, comme de l’extérieur. Non ! Nous vivons ce que nous célébrons. Je pourrai dire aussi bien, nous célébrons ce que nous fait vivre l’action de grâce de l’Eglise. En effet, ce qui se passe nous implique. Nous sommes touchés par ce que nous venons de célébrer. Nous ne nous sommes donc pas seulement remémorés un événement marquant du passé. Nous venons d’être rendus contemporains du Christ qui a donné sa vie en nourriture pour chacun de ses disciples et pour « la multitude ». Et lui s’est rendu contemporain de chacun de nous. Écoutons bien ce que nous a dit l’évêque avec les paroles de la prière eucharistique, qui nous fait entendre, à chaque messe, les paroles mêmes du Christ Jésus qu’il adressait à ses disciples, « la nuit de la dernières cène »1, lorsqu’il leur donnait la coupe : « Prenez et buvez-en tous, car ceci est la coupe de mon sang, le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle, qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés. »2 Nous étions déjà présents, ce soir-là dans la prière de Jésus. L’humanité entière est présente dans cette parole que Jésus donne à ses disciples. C’est bien à nous tous et à tous nos frères humains que Jésus s’adresse en disant : « pour la multitude ». En effet, le Christ offre sa vie pour tous ! Il n’y a pas d’exclu dans cette offrande. Il n’y a pas d’exclu ni de gens trop éloignés de Dieu qui ne pourraient être rejoints par sa prière. Sa vie est offerte pour tous ! Chacun de nous est donc concerné par ce qui vient d’être célébré.

Et puis, n’entendez-vous pas cet appel lancé depuis 2000 ans et que la prière eucharistique ne cesse de faire retentir aux quatre coins du monde et de l’histoire comme une Messe sur le monde3 : « buvez-en tous » !

Mais, vous me direz, nous ne communions pas souvent « à la coupe » du sang versé. Et bien, c’est bien dommage ! Mais en même temps, personne ici ne va penser que parce qu’il n’aurait pas trempé ses lèvres dans le calice, il n’était pas concerné par ce qui se passait ! D’ailleurs, n’est-ce pas l’un ou l’autre de « l’Assemblée sainte » qui a présenté au diacre le pain et le vin qui allaient servir pour l’offrande eucharistique4 ? Par cette offrande vous êtes concernés. Par cette offrande que la liturgie met en gestes dans cette procession que vous vivez parfois, nous voilà tous impliqués. Ne nous y trompons pas, il ne s’agit en rien d’un geste technique. Il n’est pas question simplement d’apporter quelque chose à quelqu’un. Quand vous voyez le pain et le vin de l’offrande qui sont présentés au diacre ou au prêtre pour qu’ils les portent sur l’autel, ce sont nos vies, la vie des hommes de notre monde et de tous les temps qui sont présentées. Mais n’allez pas imaginer que nos vies sont la matière de l’eucharistie de l’Eglise. N’allez pas imaginer que nous sommes au centre de cette liturgie. Certes, s’il est nécessaire que j’apporte ce qui fait ma vie, il est bien plus nécessaire que je découvre en chaque eucharistie que mon offrande à Dieu est précédée par le don qu’il nous fait lui-même de toute la création et de lui-même. Le président de l’Assemblée, alors placé à l’autel, ne dit-il pas de manière solennelle en s’adressant au Seigneur : « Toi qui nous donnes ce pain… ce vin ». Et n’avez-vous pas répondu : « Béni soit Dieu, maintenant et toujours ». En effet, Dieu est l’acteur principal de toutes nos liturgies et particulièrement de l’eucharistie.

1 Prière eucharistique pour des circonstances particulières.
2 Récit de l’institution qui est commun à toutes les prières eucharistiques.
3 Cf. Teilhard de Chardin, Messe sur le monde.
4 PGMR 49 : « c’est un usage à recommander que de faire présenter le pain et le vin par les fidèles… »

Les statistiques du catéchuménat

Pour vous aider

620x349 vignettes

Accompagner les adolescents

catéchumenat-adolescents

Catéchumènes migrants, une richesse pour l’Église

couv_Courrier137

« Voilà que je me tiens à la porte et je frappe » (Ap, 3, 20)

Rencontrer Jésus-Christ, un parcours catéchuménal

Matins d’Évangile est un outil pour accompagner les adultes vers le baptême. Pour enrichir cette proposition d’initiation aux sacrements, le CFRT-Le Jour du Seigneur propose des vidéos dans presque chaque module. Voici une contribution pédagogique à découvrir ci-dessous !

banniere_jesus_2

Venir au Christ depuis l'Islam

Les fiches Venir au Christ constituent un parcours catéchuménal  pour les personnes de culture musulmane édité dans Matins d’Évangile. Pour enrichir cette proposition, le CFRT-Le Jour du Seigneur propose un catalogue de vidéos.

bandeau-venir-au-christ

Approfondir votre lecture

  • 31 mai 2020 : Reprise des célébrations dominicales, suite à l'épidémie de coronavirus Covid-19. Messe de Pentecôte célébrée en l'église Saint-Pierre de Charenton. Accueil des fidèles à l'entrée de l'église pour le respect des mesures sanitaires durant la célébration. Charenton-le-Pont (94), France.

    Après les sacrements, favoriser l’intégration des néophytes dans la communauté chrétienne

    Cette année, les rencontres pour les catéchumènes ont été limitées, se sont vécues en petit comité et avec de la distance. Ces conditions n’ont pas permis la rencontre des catéchumènes avec la communauté alors qu’habituellement ils sont très entourés durant le Carême et le Temps pascal : scrutins, baptême, confirmation. Pour aider les néophytes à créer du lien avec la communauté, et à trouver leur place, le service du catéchuménat du diocèse de Nantes a conçu un parcours « Accompagner après les sacrements », qui se déploie sur trois rencontres dominicales.

  • Mai 2020 : L'épidémie Coronavirus, Covid-19 et le confinement imposé par mesure sanitaire ont rendu impossibles les messes en public et la célébration de certains sacrements. Temps d'échange entre paroissiens et prêtres dans la rue. Charenton-le-Pont (94), France.

    Appelés au baptême en 2020 : le temps des retrouvailles, de la célébration et de la mystagogie

    Pour accompagner les catéchumènes puis les néophytes en cette année spéciale qui a vu les baptêmes d’adultes différés, le Service diocésain du catéchuménat du diocèse de Lille a proposé des fiches pour préparer la célébration du baptême au cours d’une messe paroissiale, pour vivre la célébration, pour en faire une mystagogie.

  • « Cap sur la Justice », le plateau de jeu de L'Oasis n°15.

    Grâce au jeu, mettons le cap sur la Justice dans nos vies !

    Nous assumons un certain nombre de responsabilités : familiales, au travail, dans notre environnement local ou associatif, comme citoyen, ou encore dans notre mission d’accompagnateur ou de catéchiste, en paroisse. Comment conduisons-nous notre vie ? Sur quoi et sur qui gouvernons-nous ? Sur quoi n’avons-nous aucune maîtrise ?
    Le baptême fait de nous des « rois ». Navigant vers chacun de ces pans de notre vie, jetons l’ancre pour relire avec le Christ notre manière de conduire notre vie avec justice.