Une identité sexuée – Initiales n°197

Initiales n°197

Parler de la différence garçons/filles suscite méfiance !
Il est urgent cependant, pour tous ceux qui se préoccupent de l’éducation globale des adolescents, pour ceux qui ont la responsabilité de proposer le chemin de la foi de se situer clairement sur ce sujet.

Commander

Sommaire du numéro de mars – avril 2006 (197).

Pour une conversion écologique

Un numéro par trimestre

Ini 258_Couverture

Se procurer un numéro

boutique-publications.cef.fr

Un numéro, un thème

Initiales : une nouvelle maquette depuis 2020.

Christus Vivit : lettre du pape aux jeunes

L'exhortation apostolique post-synodale Il vit, commentée, éd. Lessius, octobre 2019.

Approfondir votre lecture

  • Le corps humain et la gloire de la fragilité

    Un peu de théologie. Notre corps, lieu d’expériences relationnelles et spirituelles est périssable mais a une vocation et un devenir surprenants. Comment parler de la chair aujourd’hui alors que deux affirmations centrales de la foi nous interpellent : Jésus qui dit en Saint Jean « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle » et le symbole des Apôtres qui nous demande de croire à la « résurrection de la chair » ?

  • Réflexion sur l’engendrement et la paternité

    Qu’est-ce qu’engendrer ? Comment parler de ce lien entre père et fils ou fille ? « A tous qui croient en son nom, le Verbe a donné pouvoir de devenir enfant de Dieu » affirme Saint Jean dans son Prologue (Jn 1, 12). Trois moments peuvent constituer ce parcours parce qu’engendrer ou être fils, c’est à la fois un appel, un choix, et un envoi.

  • Filles et garçons, c’est pareil ? – Initiales n°231

    Ce numéro 231 d’Initiales sur l’identité féminine et l’identité masculine est le complément indispensable d’Initiales n°220 : « Aime et fais ce que tu veux ». Garçons et filles, ça a encore un sens aujourd’hui ? Lutter contre les inégalités passe-t-il par un abandon des genres ? Au souffle de la création de l’homme et de la femme par un Dieu Trinitaire, entrer avec les 13-15 ans dans une vision de l’autre semblable et différent, qui sans asservir permet à chacun d’être lui-même.