Quand Marie se raconte … : une veillée de Noël avec Points de repère

12 novembre 2013 : Crèche Dolfi. La Colomberie, Paris (75), France. November 12, 2013: Dolfi crib. La Colomberie, Paris (75), France.

12 novembre 2013 : Crèche Dolfi. La Colomberie, Paris (75), France.

Pour la veillée de Noël, voici une idée d’animation élaborée et proposée par une équipe paroissiale d’un diocèse de la province de Toulouse d’après le guide annuel Points de repère 2015-2016.

Au programme de cette veillée écrite pour des enfants : mimes et voix autour de Marie et de la Nativité du Seigneur.

Quand Marie se raconte …

Voix

Le narrateur

Marie

Simon

Léa

L’ange

Personnages mimés

Un groupe d’enfants (dont Simon et Léa)

Marie adulte

Marie enfant

Anne et Joachim

Juifs qui prient

Petites filles au puits

L’ange Gabriel

Tableau 1 : Une visite chez Marie

Un groupe d’enfants arrive dans le chœur.

Le narrateur : Léa, Simon, et leurs amis aiment jouer dans les rues de la ville et se rendre visite, s’amuser, rire, mais par dessus-tout, comme tous les enfants du monde depuis toujours, ils aiment écouter des histoires… Les histoires que préfèrent Léa et Simon sont les histoires vraies que racontent les plus anciens…

Aujourd’hui, avec d’autres enfants ils se rendent chez Marie.

Marie arrive d’un côté du chœur. Les enfants la rejoignent.

Elle est toujours heureuse de les accueillir mais aujourd’hui voilà que Léa lui demande :

Léa : Marie, nous voudrions connaître ton histoire avec Dieu.

Le narrateur : Alors Marie sourit, elle les fait asseoir et commence à raconter. Marie et les enfants s’assoient.

(Musique)….

Marie : Je suis née en Palestine, en Galilée avec la chance d’avoir un papa et une maman qui m’attendaient, qui m’aimaient depuis toujours, comme Dieu nous attend et nous connait de tout temps. Mon père et ma mère s’appelaient Anne et Joachim. Au fond de l’église, Anne, Joachim et Marie-enfant arrivent.

Dans le village où nous habitions, je suis allée dès que possible avec mes parents à la synagogue. Simon : C’est là où on prie.

Léa : Chut Simon, tais-toi, écoute !

Marie : à la synagogue, j’ai vu des personnes qui priaient et écoutaient la Torah.

Marie et ses parents arrivent au centre de l’église. Là se trouvent un groupe de juifs qui prient.

J’ai regardé leurs visages et ils semblaient à l’écoute du Seigneur qui leur parlait personnellement. Ils étaient heureux d’être là. Ils étaient en paix et repartaient tout heureux de la rencontre. Moi, je gardais leur visage dans mon cœur.

Simon : Alors c’est à la synagogue que tu as vraiment rencontré Dieu ?

Narrateur : Marie ne répond pas. Elle sourit, plongée dans ses souvenirs d’enfance…

(Anne, Joachim et les juifs en prière « disparaissent ») Marie-enfant prend un seau et se dirige vers un autre endroit de l’église.

Marie : J’allais souvent au puits pour prendre l’eau nécessaire pour la maison.

Marie mime le geste de tirer l’eau du puits. D’autres petites fille la rejoignent en riant en s’amusant. Je jouais, je parlais, je riais avec mes amis du village. Marie et les petites filles se déplacent en courant vers un autre lieu de l’église. Anne et Joachim les rejoignent. Marie leur prend la main. Et puis, j’accompagnais aussi mes parents au marché. Je regardais les volailles, les épices, les fruits et les légumes multicolores. (En marchant Anne et Joachim rejoignent l’entrée du chœur et restent assis là) (Marie descend l’allée centrale) Et je pensais à tous ces gens, à Celui qui leur parlait… dans le silence de leur cœur.

Simon : De qui elle parle ? Pff…Je ne comprends rien !

Léa : écoute Simon, arrête de poser des questions ! (Marie se retrouve seule et descends lentement l’allée centrale en regardant en l’air…)

Marie : Parfois, quand j’étais seule, je traversais les chemins de mon village et je regardais les arbres, les fleurs, j’écoutais le chant des oiseaux et je trouvais ça tellement beau et agréable dans mon cœur… … et puis je reprenais le chemin de la maison où m’attendaient mon papa Joachim et ma maman Anne. (Marie se retourne et revient en courant vers ses parents, se jette dans leurs bras) (Ils disparaissent tous les 3)

Alors, le soir juste avant de fermer les yeux pour la nuit, je disais merci pour tous les bons moments de la journée : toutes ces personnes, tous ces lieux, tous ces moments de prière à la synagogue, comme des rendez-vous avec le Seigneur. Je sentais le Seigneur dans mon cœur comme s’il me parlait… Cela vous arrive à vous aussi ? Rendre grâce pour tout ce que le monde offre de beau, de bien de bon, et sentir qu’alors Dieu est là ?

Simon : ce n’est pas facile tous les jours de voir ce qui était bien…

Léa : Oui, surtout pour Simon qui ne fait que râler toute la journée…

Simon : ah, c’est malin ça !

Marie : pour toi Simon ce n’est peut-être pas facile, mais Dieu, lui, ouvre tes yeux sur le monde pour que tu puisses vraiment voir ce qui est beau, bien, bon…Car c’est là qu’est Dieu … Et il est là aussi dans ton cœur, il t’attend pour te parler comme un ami parle à son ami…

Narrateur : Et voilà que Simon, le bavard, ne dit plus rien… Il regarde Marie dans les yeux, troublé par ce qu’elle vient de lui dire… Entendre Dieu me parler au cœur, voir dans ce qui m’entoure le beau le bien et le bon, est-ce que cela m’arrive ?…

Sur l’intro du chant tous les enfants se placent tout au long de l’allée centrale et en ligne sur les marches de l’autel pour être vus de toute l’église.

CHANT : « Le monde en 3 B » gestué par les enfants. (Chant du MEJ album « ouvre les yeux de ton cœur »)

Tableau 2 : l’annonciation

Narrateur : cette fois-ci, c’est Simon qui dès le lendemain a traîné ses amis chez Marie. Il est trop impatient d’entendre Marie raconter la suite de son histoire avec Dieu. (Les « enfants » reviennent « chez Marie » dans le chœur) En entendant les enfants approcher, Marie les accueille sur le pas de la porte :

Marie : Venez, entrez les enfants … vous connaissez la maison, prenez place. (Ils s’assoient tous)

La dernière fois, je vous ai raconté le début de mon histoire… mon enfance avec mes parents et mes amis à Nazareth… Voulez-vous connaitre la suite ?

Léa : oh oui, je t’en prie raconte-nous !

Simon : tu disais que Dieu te parlait au cœur…. Mais tu ne nous a pas dit ce qu’il t’a dit !

Marie : Et bien…C’était un jour de grand calme pour moi (Marie-enfant se place en haut des marches de l’autel) ; j’étais à Nazareth, oh oui je me souviens, c’était un moment tout lumineux, une rencontre inattendue… j’entends la voix d’un ange, il s’appelait Gabriel (l’ange Gabriel apparait derrière l’autel, en hauteur). Il venait me dire quelque chose de la part du Seigneur… ici dans ma maison…

Ange Gabriel : « N’aie pas peur, ce que j’ai à te dire est beau… bientôt, tu auras un enfant, il s’appellera Jésus, il sera le Fils du Très-Haut. »

Marie : J’étais bouleversée, je ne m’y attendais pas ! Etre choisie par mon Seigneur pour donner naissance à son Fils ! Vous imaginez… quel honneur !

Cela me paraissait impossible mais l’ange a insisté. Il m’a dit que j’avais trouvé grâce aux yeux du Seigneur. Alors, tu vois, je ne pouvais pas lui refuser cette demande à mon Seigneur…Il me donnait toute sa confiance ! J’ai bien senti que mon cœur était totalement disponible pour Lui. Une nouvelle vie commençait donc pour moi…

Tous les personnages restent figés pendant qu’un ou deux solistes chantent le chant.

CHANT : « Il est venu dans ma maison » (chant du MEJ album Mots-croisés – Ref. EDIT17-42)

A la fin du chant l’ange et Marie enfant disparaissent. Les autres s’animent à nouveau.

Tableau 3 : La crèche

Simon : et ensuite, qu’est devenu ton enfant ? Il a grandi, que fait-il ?

Le narrateur : Marie ne répond pas tout de suite… elle hésite. Son cœur est à la fois triste et heureux…

Marie : Mon fils Jésus a été… est toujours… un être d’exception ! Il a vécu une enfance comme presque tous les enfants. Je dis presque parce qu’il s’est très vite éveillé à la Parole entendue à l’école, à la synagogue. Il aimait faire silence, se promener dans le jardin, et prier, un peu comme ses parents mais différemment… quelque chose de particulier venait de lui… les autres enfants nous le disaient même quelques fois. Et quand il parlait du Seigneur Dieu, il disait « mon père… » Il le connaissait si bien, ils étaient si proches ! Devenu adulte, Jésus a tant aimé aller à la rencontre des gens, surtout ceux et celles qui étaient oubliés, incompris, rejetés : les aveugles, les boiteux, les mal-aimés… On ne le voyait pas beaucoup à la maison… Mais quelques fois je l’accompagnais. Il aidait tellement les personnes au nom de son Père, le Seigneur Dieu. Il donnait tout son cœur ! Les gens l’aimaient tellement …

Narrateur : Marie se tait, plongée dans ses pensées. Léa lui prend la main. Léa : Mais Marie… Mon père m’a raconté que ton fils Jésus a été tué … C’est si triste et…je ne comprends pas … S’il était si bon, que s’est-il passé ?…

Marie : Vois-tu, il mettait les gens debout, il leur redonnait la dignité et l’amour de son Père et en cela, il devenait gênant… Et puis d’autres hommes en étaient devenus jaloux… alors ils ont décidé de s’en débarrasser, ils l’ont arrêté et cloué sur une croix… Je l’ai accompagné jusqu’au bout avec tout mon amour de maman.

Mais sa mort n’est pas la fin de notre histoire… car Dieu son Père ne l’a pas abandonné… Trois jours plus tard, le dimanche matin, il est ressuscité…Et maintenant, il est dans le cœur de chaque homme et de chaque femme ; je le sais !… Cela, j’aimerais que vous ne l’oubliiez jamais… C’est pour cela qu’aujourd’hui j’ai préparé une surprise pour vous…. Venez !

Les enfants : Oh…

Simon : mais c’est toi !

Léa : avec Joseph, ton mari, le charpentier ! Simon : et ton fils Jésus, le jour de sa naissance à Bethléem…

Narrateur : les enfants émerveillés s’assoient et contemplent la crèche illuminée… Peu à peu, leur cœur se remplit de joie et de paix…

(Les enfants s’assoient et fixent la crèche en souriant)

Musique en fond « il est né le divin enfant. » jusqu’à la fin.

Narrateur : En tournant leurs regards vers la crèche, Marie veut montrer à Simon, à Léa et à tous leurs amis que cette famille, la « Sainte Famille » comme on dit, va les accompagner tout au long de leur vie… et qu’elle, Marie, continuera d’être avec eux chaque jour, de leur parler. A nous aussi, en ce soir de noël, Marie dit :

Marie : À chaque fois que tu auras besoin de moi, fais signe et je serai là ! Et si tu le veux mon fils continuera de t’aider à voir le beau et le bon dans le monde et à faire du bien autour de toi …

Narrateur : Ce soir c’est Noël… Avec Marie, accueillons l’enfant de la crèche, Dieu-avec-nous, qui vient habiter nos cœurs pour toujours….

La musique augmente et le chant retentit « il est né le divin enfant » : début de la célébration.

Veillée élaborée par une équipe paroissiale d’un diocèse de la province de Toulouse.

Approfondir votre lecture

  • Vers le baptême petits SNCC

    Peut-on envisager « un catéchuménat pour la famille ? »

    Alors que le pape François estime nécessaire un « catéchuménat permanent pour le sacrement du mariage », le document Vers le baptême des petits enfants, accompagner les familles vers le baptême des 0 à 6 ans propose un itinéraire de « type catéchuménal » aux familles.

  • ini 240-e2 Avengers Affiche

    Avengers, l’ère d’Ultron : un film sur l’engagement et la responsabilité

    Une proposition d’animation inspirée par le blockbuster américain Avengers. Synopsis : Afin d’empêcher Ultron d’accomplir ses sombres desseins, des alliances inattendues se scellent, entraînant les super-héros dans une incroyable aventure et une haletante course contre le temps … Une fois de plus, leur mission les oblige à des renoncements.

  • La cite de la joie

    La cité de la joie, un film sur l’argent et le bonheur

    Une proposition d’animation construite à partir du film La cité de la joie. Synopsis : Max, chirurgien américain, décide, après l’échec d’une opération, de renoncer à la médecine et part en Inde. A Calcutta, il découvre la Cité de la Joie, un dispensaire au milieu des bidonvilles où, malgré la misère et le manque d’argent, les indiens sont heureux.