Guide « Lutter contre la pédophilie » : travailler ce document en équipe d’animateurs pour adolescents

25 janvier 2017 : Homme lisant la brochure "Lutter contre la pédophilie", éditée par la Conférence des Evêque de France (CEF). Paris (75), France.

Quelques pistes pour travailler, au sein d’une équipe d’animateurs pour adolescents, le document édité par la Conférence ces évêques de France.

Le guide Lutter contre la pédophilie de la Conférence des évêques de France est destiné à tous ceux qui travaillent auprès des enfants et des jeunes. Au contact des adolescents, les éducateurs (responsables ou animateurs d’aumônerie, de pastorale scolaire, prêtres, accompagnateurs, enseignants, parents …) participent à la construction de l’identité des jeunes, tant par leur parole que par leur présence à leurs côtés, leur attitude et la juste distance éducative qu’ils entretiennent. Ils peuvent aussi être témoins de situations dans lesquelles les jeunes sont mis en danger, ou encore recevoir des confidences ou percevoir des signes de malaise. Il est important pour eux, non seulement de repérer ces signes, mais aussi de participer activement à la prévention de la lutte contre la pédophilie.

L’Evangile nous enjoint de prendre soin des plus vulnérables, dont font partie les enfants et les adolescents. L’objectif est de développer une véritable culture de la bientraitance à leur égard. Sans pour autant que la préoccupation de la lutte contre la pédophilie devienne une obsession paralysante, il est bon de demeurer vigilants à nos pratiques éducatives de prévention et de prendre le temps, autant de fois que nécessaire, chaque année, d’une réflexion en équipe.

Plusieurs pistes de travail à partir du guide sont suggérées ici. Elles peuvent permettre d’animer une rencontre en deux heures, mais chaque thème peut aussi faire l’objet d’une séance spécifique.

L’attitude éducative juste (environ 45 mn)

  • Lire attentivement l’encadré de la page 17 (à compléter par la lecture de la page 56) Identifier les quatre points de repères et les trois interdits fondamentaux.
  • Prendre un temps d’échange : Comment les comprenons-nous ? Comment interpellent-ils nos pratiques ? Qu’est-il dit d’une relation chaste ?
  • A partir de l’exemple d’une dernière séance avec les jeunes chacun pourra s’exprimer avec l’aide des questions suivantes: que pouvons-nous dire de l’apprentissage de la liberté que nous vivons avec eux, de la dynamique de l’alliance que nous leur proposons, de l’ouverture au sens de la loi ? Donner des exemples concrets.

Chacun peut tirer de l’échange un point de vigilance particulière, qu’il tentera de mettre en œuvre dans ses prochaines rencontres. Une relecture pourra être alors proposée à une prochaine réunion.

La place du corps (environ 45 mn)

Les adolescents ont un rapport ambigu, complexe, à leur corps en pleine mutation. Ce corps peur devenir pour eux comme celui d’un inconnu et provoquer quelques fois des malaises, ou même des rejets. Mais c’est aussi le moment de l’entrée dans le jeu de la séduction dont ils ne mesurent pas la plupart du temps les conséquences réelles. Ils sont pour la majorité d’entre eux en contact avec des images de pornographie et de violence.

  • Lire attentivement l’encadré de la page 21 ainsi que les pages 12 à 14 et le paragraphe « les adolescents » page 59, et repérer les enjeux anthropologiques ainsi que les deux repères éthiques.
  • De quelles ressources disposons-nous pour aborder des parcours à l’éducation affective, relationnelle et sexuelle ? Comment l’éducation des jeunes à l’amitié, à la paix, à l’intimité, à l’intériorité, à la vérité … pour une relation ajustée, est-elle prise en compte ? Donner des exemples concrets.
  • Certaines attitudes, tenues vestimentaires, propos échangés entre jeunes peuvent nous choquer, nous mettre mal à l’aise. Comment, quand, pouvons-nous oser une parole, échanger, partager entre éducateurs, pour nous permettre d’être ajustés et en vérité face à ces adolescents que nous accompagnons ? Faites une proposition concrète.

Repérer les signaux … (environ 30 mn)

  • Lire attentivement les pages 20 à 23 puis les pages 34, 35, 36 ; repérer la définition donnée de la pédophilie et ses diverses formes, et les difficultés de perception des signaux d’alertes.
  • Quels moyens se donne-t-on pour être vigilants aux paroles, aux non-dits, aux attitudes, aux changements chez les jeunes que nous accompagnons ? Quels lieux d’échange et de partage pouvons-nous trouver ? Donner des exemples concrets.

… et savoir réagir

L’ensemble des éducateurs (responsables ou animateurs d’aumônerie, de pastorale scolaire, prêtres, accompagnateurs, enseignants …) doivent bien maîtriser l’ensemble du guide afin d’être capable le cas échéant d’agir de façon rapide, efficace et la plus sereine possible. Le responsable (que ce soit en paroisse, en aumônerie ou en enseignement catholique) doit impérativement être averti de tout constat ou soupçon. Outre bien sûr la protection de la victime et de sa famille, il s’agira pour lui, dans l’émotion bien compréhensible qui accompagne l’émergence de telles affaires, de demeurer pour l’ensemble de la communauté dont il est le référant, jeunes et adultes, un repère stable et rassurant.

  • Que faire en première instance, en cas de suspicion d’actes répréhensibles ? On peut s’appuyer sur les pages 42, 43, 45-48, et surtout 50. En équipe, vérifier que les numéros d’urgence, dont le 119, sont bien affichés dans l’aumônerie.

Autres guides :

Ressources

www.filsantejeunes.com

Pour aller plus loin et mieux comprendre le phénomène : http://pedo.help/fr/accueil/

Approfondir votre lecture

  • 3ème dimanche de Carême : journée de prière pour les victimes de violence et d’agressions sexuelles au sein de l’Église

    Journée mémorielle pour les victimes de violence et d’agressions sexuelles et d’abus de pouvoir et de conscience au sein de l’Eglise. En mars 2021, les évêques réunis en Assemblée plénière ont voté une série de 11 résolutions, dont la 8ème répond à l’invitation du pape François à vivre une journée de prière pour les victimes de violences et agressions sexuelles et d’abus de pouvoir et de conscience au sein de l’Église.

  • Maltraitances et abus : les brochures de l’Enseignement catholique pour la protection des mineurs

    Comment créer des dispositifs d’écoute, recueillir la parole de l’enfant témoin ou victime ? Depuis 2017, l’Enseignement catholique propose un pack de brochures pour conseiller sur les mises en œuvre impératives dans le cadre de la lutte contre les maltraitances infantiles, la pédocriminalité, le harcèlement scolaire et toutes les formes de violence à l’encontre des enfants et des jeunes.

  • Et si on se parlait ?, 3 livres pour aider les enfants à s’exprimer sans tabou sur la violence

    Comment parler dès l’enfance des sujets sensibles que sont les violences, l’injustice, la maltraitance … ? Cette série de trois livres permettra aux enfants de la maternelle, de l’école primaire, et aux jeunes collégiens d’être informés sur leurs droits et de s’exprimer sans tabou sur la violence vécue ou perçue autour d’eux. C’est un moyen ludique de faire de la prévention sur les violences diverses et d’informer sur les possibilités offertes pour y remédier.