“Voir plus”, une sélection de vidéos inspirées pour bâtir une proposition pastorale

Un florilège de vidéos sélectionnés avec discernement par l'œil expert d'un jésuite.

Un florilège de vidéos collectées sur YouTube et sélectionnés avec discernement par l’œil expert d’un jésuite.

Sur www.voirplus.org, vous trouverez un florilège de vidéos collectées sur YouTube et sélectionnés avec discernement par l’œil expert d’un jésuite. Le site propose en effet une sélection de “morceaux choisis”, des court-métrages classés par thèmes, qui pourront nourrir votre vie spirituelle et être utilisés en catéchèse et en catéchuménat. Cet ensemble de vidéos courtes et surprenantes invite à explorer ses propres expériences intérieures et pourra sans doute s’intégrer à vos propositions pastorales ou vous inviter à en bâtir autour d’un visionnage !

Ce site est l’œuvre d’un jésuite néerlandais passionné par ses découvertes sur internet. Ayant l’habitude de fouiner partout sur YouTube, il découvre et collectionne des pépites. Pour garder trace de ses recherches, les jésuites lui demandent de rassembler ses trouvailles. C’est ainsi qu’est né le site Seeing more ou Voir plus !

Voici une mine de court-métrages voire très court-métrages de toutes sortes, tous styles.

Nikolaas Sintobin ne crée rien. Il agrège et classe ! Les vidéos qu’il a repérées sont étiquetées suivant deux modes de fonctionnement.

  • Une première série d’étiquettes repère les grandes thématiques ‘classiques’ ou mots clés comme :

Réflexion, Confiance, Merci, Beauté, Mal, Pardon, Prière, Amour, Espoir, Choix, Souffrance, Résurrection, Discernement, Humour, Justice, Vocation

  • Une deuxième série d’étiquettes utilise les critères de discernement des exercices spirituels pour inviter à mieux rencontrer Dieu, son amour, dans nos vies quotidiennes.

Sur cette page, la démarche de recherche est largement explicitée.

Mais Nikolaas insiste sur l’aspect non verbal des vidéos qu’il sélectionne.

Moins il y a de mots, plus le spectateur peut interpréter et compléter par lui-même ce qu’il voit. Si les vidéos comportent un commentaire verbal, c’est seulement pour soutenir l’histoire visuelle. C’est au spectateur d’ajouter ses propres mots et cela permet aussi de s’affranchir des questions de langue !

Approfondir votre lecture