Dans notre recherche de la vérité, déjouer le serpent !

« Tu peux manger les fruits de tous les arbres du jardin ; mais l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras pas ; car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » Gn 2, 17.

Cet article est paru dans la revue Initiales n°262 : A la recherche de la vérité

La pandémie mondiale que nous subissons bouscule nos repères et nous plonge dans une incertitude permanente. Chacun cherche, par des moyens de communication devenus virtuels, une parole ou une information sur laquelle s’appuyer.

Mais à une époque médiatique où toutes les opinions se valent, où l’hyperréactivité émotionnelle des réseaux sociaux relativise tout jugement rationnel ou effort de discernement, à qui se fier ? Notre quête de la vérité, frappée d’un désir d’immédiateté obsessionnel, se heurte à chaque instant à des avis différents.

Récit biblique = fake news ?

Quand les hommes affrontent des questions ou des épreuves qui les dépassent, ils font souvent appel à leur imagination pour construire des récits qui donneront les clés de compréhension permettant de surmonter la crise. Dans l’enfance, les contes et légendes contribuent ainsi à apporter des réponses qui aident à grandir. Les adolescents qui apprécient aujourd’hui les histoires héroïques (Avengers, Game of Thrones, Harry Potter…) savent bien que ces récits ne sont pas réels. Loin d’être opposé à la vérité, l’imaginaire déploie une en construisant du sens commun à tous.

Ainsi en est-il dans la Bible des onze premiers chapitres de la Genèse. Le récit du serpent en Gn 3, qui fait suite au second récit de création, peut nous éclairer aujourd’hui encore, tant sur la crise que nous traversons que sur notre quête de la vérité.

Don contrarié = confusion assurée ?

Le second récit de création porte sur la manière dont les êtres humains vont gérer les dons de la Création qui leur sont confiés, mais aussi sur les relations vitales qu’ils impliquent pour eux, aussi bien avec la terre qu’avec leurs semblables et Dieu. Mais cela n’est pas sans difficulté ni sans risque. L’homme va faire un mauvais usage de ce don, avec le premier serpent venu… Dans ce jardin d’Éden, jardin des dons, où tout est aussi beau que bon, remarquons bien deux arbres qui se distinguent : l’arbre de vie qui est au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal dont on ignore l’emplacement.

Si le premier est en libre accès, seul le second fait l’objet d’un interdit. Dieu n’empêche pas de profiter du jardin, mais la limite donnée sert de lien entre Dieu et les hommes. Un “inter-dit” demeure une parole pour éviter une totale possession, pour maintenir une distance qui fonde la liberté, respecter chacun sans (con)fusion.

Et c’est précisément la confusion que le serpent vient instaurer. Dans l’Antiquité, le serpent, assimilé aux divinités, représente celui qui se prétend à l’origine de la vie et veut la reprendre pour lui. Le serpent utilise l’homme pour avoir accès à la vie, la garder pour lui seul et en priver les autres. Il devient ainsi un symbole du mal. Il demeure extérieur à l’homme Mentir = refaire l’histoire à l’envers ?

Le serpent demeure ici une créature que le Seigneur a faite, un animal semblable à ceux mentionnés en Gn 2. Mais de là à parler ? Cette invraisemblance pointe le message du récit : le mal s’immisce dans la parole. Le dialogue joue de manière subtile avec la vérité et fausse la Parole de Dieu, par un double mensonge : en généralisant l’interdit à tous les arbres au v. 1, puis en insinuant le pouvoir d’égaler et même de surpasser Dieu, au v. 4-5.

En cherchant à rétablir la vérité sur ce que Dieu a dit, mais sans s’appuyer sur la Parole de Dieu, la femme se trompe d’arbre en parlant de celui du milieu du jardin et donne l’information que le serpent souhaitait : savoir où se trouve l’arbre de vie pour se l’accaparer. Le serpent laisse la femme dans la confusion qui conduit à désirer posséder la connaissance, dans l’illusion de pouvoir se passer de Dieu.

Vérité = fragilité ?

En mangeant le fruit, la connaissance ne se fait pas attendre, mais ce n’est pas celle attendue : déçus, l’homme et la femme ne découvrent que leur nudité, leur vulnérabilité. Est-ce dans la fragilité de l’existence que l’on peut connaître ce qui est bon ou mauvais ?
À peine ont-ils franchi le pas de l’autonomie, qu’ils la refusent. Ce refus interrompt le dialogue : Dieu désormais n’a plus de partenaire avec qui s’entretenir. Les arbres, ces dons de la création, deviennent ce derrière quoi ils vont se cacher. Pourtant Dieu continue à les chercher : “Adam, où es-tu donc ?” Et si nous proposions aux jeunes de répondre à cette question, en imaginant ensemble une suite à ce récit qui intégrerait autant leur quête de la vérité que celle de Dieu de nous rencontrer ? En travaillant sur les ressorts du mensonge qui cachent souvent nos fragilités, laissons la Parole de Dieu donner du sens à ce que nous vivons et l’Esprit nous “conduire à la vérité tout entière” (Jn 16, 13).
Père François Campagnac, Vicaire général, diocèse de Sens-Auxerre

Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l’orient, et y plaça l’homme qu’il avait modelé. Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toutes sortes d’arbres à l’aspect désirable et aux fruits savoureux ; il y avait aussi l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. (…)

Le Seigneur Dieu prit l’homme et le conduisit dans le jardin d’Éden pour qu’il le travaille et le garde. Le Seigneur Dieu donna à l’homme cet ordre : “Tu peux manger les fruits de tous les arbres du jardin ; mais l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras pas ; car, le jour où tu en mangeras, tu mourras.”
(…)

Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait faits. Il dit à la femme : “Alors, Dieu vous a vraiment dit : “Vous ne mangerez d’aucun arbre du jardin” ?” La femme répondit au serpent : “Nous mangeons les fruits des arbres du jardin. Mais, pour le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : “Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.”” Le serpent dit à la femme : “Pas du tout ! Vous ne
mourrez pas ! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.” La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il était agréable à regarder et qu’il était désirable, cet arbre, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de son fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, et il en mangea. Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils se rendirent compte qu’ils étaient nus. (…) Ils entendirent la voix du Seigneur Dieu qui se promenait dans le jardin à la brise du jour. L’homme et sa femme allèrent se cacher aux regards du Seigneur Dieu parmi les arbres du jardin. Le Seigneur Dieu appela l’homme et lui dit : “Où es-tu donc ?” (…)

Gn 2, 8-9.15-17 et 3, 1-9

Dans le même numéro :

  • Hiérarchie des vérités de la foi

    Est-ce que je dois croire tout ce que tu vas me dire sur la religion ? Doit-on tout croire de ce que dit l’Église ? L'Église elle-même s’est posé cette question lors du concile Vatican II quand il a été question d’œcuménisme, afin de pouvoir dialoguer avec les autres chrétiens. Et c’est là qu’apparaît ce que l’on nomme la hiérarchie des vérités.

  • Le cas Richard Jewell, un film pour faire éclater la vérité

    Les infos arrivent dans les médias à un rythme effréné, vraies, fausses, on a du mal à faire la part des choses. Un mot, une image choc et on transfère, l’info fait ainsi le tour du monde, les rumeurs se propagent. Quelle est la place de chacun au cœur de ce système ? Cette proposition d'animation pour une rencontre avec des adolescents bâtie à partir du film « Le cas Richard Jewell», permet aux jeunes de réfléchir sur la façon dont eux-mêmes donnent ou non du crédit aux informations qu'ils reçoivent.

Pour une conversion écologique

Un numéro par trimestre

Ini 258_Couverture

Se procurer un numéro

boutique-publications.cef.fr

Un numéro, un thème

Initiales : une nouvelle maquette depuis 2020.

Christus Vivit : lettre du pape aux jeunes

L'exhortation apostolique post-synodale Il vit, commentée, éd. Lessius, octobre 2019.

Approfondir votre lecture

  • Le ciel attendra, un film pour parler de la radicalisation des jeunes

    Sonia et Mélanie pourraient être n’importe laquelle des jeunes filles que nous côtoyons et, comme elles, croiser un jour la route de la radicalisation islamiste… À travers l’histoire de ces deux filles ordinaires, le film plonge au cœur du processus d’embrigadement des filières terroristes.

  • « Un diable dans la poche », un conte animé sur la violence du silence imposé

    Un diable dans la poche est un très beau court-métrage d’animation réalisé en 2019 par les élèves de l’école des Gobelins sur le thème de l’innocence brisée par la violence d’un secret trop lourd à porter. Retrouvez aussi une proposition d’activité pour les jeunes sur le thème de la vérité.

  • Hiérarchie des vérités de la foi

    Est-ce que je dois croire tout ce que tu vas me dire sur la religion ? Doit-on tout croire de ce que dit l’Église ? L’Église elle-même s’est posé cette question lors du concile Vatican II quand il a été question d’œcuménisme, afin de pouvoir dialoguer avec les autres chrétiens. Et c’est là qu’apparaît ce que l’on nomme la hiérarchie des vérités.