La profession de foi baptismale

Célébration de la Vigile pascale

De la revue Initiales n°247 par Joëlle Eluard

Dans la célébration du baptême, juste avant le rite de l’eau et après la renonciation au mal, prend place la profession de foi que l’on nomme baptismale.

« Croyez-vous en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ? — Je crois. »
« Croyez-vous en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui est né de la Vierge Marie, a souffert la passion, a été enseveli, est ressuscité d’entre les morts, et qui est assis à la droite du Père ? » — Je crois.
« Croyez-vous en l’Esprit Saint, à la Sainte Église catholique, à la communion des saints, au pardon des péchés, à la résurrection de la chair, et à la Vie éternelle ? — Je crois. »

La particularité de la profession de foi baptismale est d’être composée de trois questions appelant à chaque fois la réponse : « je crois ». Nous sommes là sous une forme dialogale. Les mots de la foi sont formulés par un autre que le catéchumène qui les reçoit, il est sollicité et une réponse est attendue de sa part. Ce dialogue rappelle que nous sommes précédés par l’appel de Dieu et que nous avons besoin de l’Église pour connaître les mots de la foi et y répondre. Car croire est certes un acte personnel mais il est aussi ecclésial et communautaire car on ne peut croire seul. Répondre, c’est accueillir ces mots, les faire siens, et prendre la parole en un acte d’adhésion libre au Dieu qui se révèle.

Professer sa foi est un acte d’affirmation publique de cette foi (du latin professio : « action de déclarer ouvertement et publiquement »). Tout au long des textes bibliques, nous trouvons des professions de foi et l’Église est née de la profession de foi des disciples comme par exemple avec Pierre à la Pentecôte (Ac 2, 14-36). Chaque année, qu’il y ait des baptêmes ou non, l’assemblée des fidèles est invitée à professer sa foi de cette manière au coeur de la vigile pascale. Tous les dimanches et aux messes des solennités, nous renouvelons cette profession de foi par l’acclamation du Credo. La foi a besoin d’être exprimée sinon elle meurt et l’expression « symbole » de la foi (qui signifie « mettre ensemble ») quand elle est utilisée dit bien aussi que cette proclamation est un moyen d’unité. Une unité des croyants entre eux qui ouvre sur la relation à Dieu. Car chaque mot nous inscrit dans notre histoire de croyants, les lieux, les noms, les évènements nous deviennent familiers car ils disent notre identité, ils disent que nous mettons notre foi en quelqu’un qui est le Christ.

 

Préparer la profession de foi

Apprendre à dire « je crois »

Connaître son identité de croyant est essentiel pour pouvoir dire « je crois » haut et fort, lors de la célébration de leur baptême. Cela ne peut se faire que si les catéchumènes sont convaincus de ce à quoi ils adhèrent. Pour que cette adhésion soit pleine et entière, il est important d’avoir travaillé avec eux tous les termes de cette profession de foi.

En amont, un parcours du Credo à travers les oeuvres d’art peut être intéressant à leur proposer. Mais il faut être attentif à ce qu’ils puissent redire leur foi avec leurs propres expressions et ceci permettra à l’accompagnateur de voir ce qu’ils ont compris et de répondre à leurs questions. C’est aussi un bon entraînement à leur vie de futurs baptisés, quand ils seront confrontés aux questions des autres, des copains, de ceux d’autres religions ou tout simplement aux choix qu’ils devront poser dans leur vie.

 

Animation pour réfléchir à notre foi

  • Dans Initiales n°233, « Chrétiens musulmans : quel avenir à construire ? », utiliser l’animation « portrait-robot de croyants » dans l’itinéraire.

Approfondir votre lecture

  • La résurrection de Lazare, de Pierre Paul Rubens.

    5 jeux sur la résurrection de Lazare

    Le cinquième dimanche de Carême se déroule le troisième scrutin des catéchumènes. Afin de faire découvrir le récit de la résurrection de Lazare aux jeunes, nous avons retenu 5 idées du texte d’évangile de Jean que nous vous proposons de décliner sous la forme de 5 jeux pour tenter d’en saisir le sens.

  • 1 mars 2017 : Geste lors de la prière du "Notre Père", durant la célébration de la messe des Cendres. Paroisse Saint-Denys du Saint-Sacrement, Paris (75), France.

    Les trésors de notre foi : Notre Père et Credo

    On parle souvent des « trésors de la foi ». Quels sont-ils ?

  • 15 avril 2017 : Les nouveaux baptisés sont revêtus du vêtement blanc et portent la lumière pascale, lors de la célébration de la Vigile pascale. Egl. Saint Honoré d'Eylau à Paris (75), France.

    Baptême d’adolescents : demander l’accord des parents

    Baptême des mineurs et exercice de l’autorité parentale : une fiche canonique pour guider les accompagnateurs du catéchuménat des adolescents. Les jeunes que nous accueillons lors des demandes de baptêmes sont mineurs au regard de la loi française. Il est indispensable de s’assurer de l’accord des deux parents au début de la démarche même si du point de vue du droit canonique le consentement des parents n’est pas requis car ils sont considérés comme des adultes après 12 ans. En cas de conflit, c’est la loi civile qui risque de prévaloir.