Conseils pour l’audio description en liturgie

Pictogramme-audiodescriptionQuelques repères et points d’attention évoqués lors d’une session à Paris en 2017 pour partager l’expérience vécue à Lille pour les grands rassemblements du diocèse.

  • Vous avez pris soin, quelques jours avant, de repérer le lieu idéal pour assurer l’audiodescription: avoir une bonne visibilité de l’ensemble des acteurs de la célébration, ne pas déranger l’assemblée, et ne pas être dérangé pendant la célébration, avoir un branchement électrique à proximité, pouvoir installer table et chaise.
  • Vous demandez d’avoir un déroulé bien détaillé de la célébration. Ainsi vous repèrerez les déplacements, les moments de silence, les gestes symboliques…
  • Munissez-vous quand même d’une feuille d’assemblée, c’est utile pour les chants.
  • Il y a parfois une «répétition générale» (pour les ordinations diaconales ou presbytérales notamment). Il est souhaitable d’y assister. Cela permet de mieux comprendre les gestes, leur symbolique, et d’anticiper la description en repérant les moments non parlés.
  • Il est nécessaire d’arriver au moins 1/4h avant le rendez-vous de l’équipe d’accueil afin d’installer le matériel et faire les essais.
  • Il faut décrire de façon neutre (ne pas donner ses impressions ou son ressenti) lorsque personne ne parle dans les micros (animateur ou célébrant ou lecteur), éventuellement en chuchotant…
  • Il est important aussi de respecter des temps de silence pour la prière
  • Vous devez rester concentré sur ce qu’il se passe. Eviter d’avoir à vos côtés toute personne qui pourrait vous distraire. Éteignez votre téléphone portable (interférences ou bruit même s’il reste en veille).
  • Ne pas tousser dans le micro, et éviter au maximum de le toucher. Ne pas le couper au cours de la célébration car cela provoque des crachouillis très désagréables pour les personnes munies de casque.

¼ heure avant le début de la célébration : (les personnes aveugles arrivent souvent bien à l’avance)

  • Dans votre micro, vous vous présentez aux personnes qui seront munies d’un casque, et vous leur indiquez d’où se fait l’audio description. Précisez quels sont les limites et obstacles visuels que vous rencontrez de là où vous êtes placé. (Ex : je ne vois pas le visage du célébrant car je suis placée derrière le chœur, de sorte qu’il me tourne le dos; je ne vois pas la chorale; la procession d’entrée qui démarre à l’extérieur…)
  • Pensez à décrire ce qui, dans ce lieu, est inhabituel: statue, bouquets (ou parole florale qui vous aura été expliquée par l’équipe qui l’a composée), tapis, objet mis en valeur dans le chœur, ou exposés pour la circonstance particulière, drapés de couleur, décor éventuellement.
  • Vous pouvez aussi décrire le plus précisément possible la taille, la couleur des murs, du carrelage, la disposition etc …, sauf si public très habitué au lieu.
  • Décrire l’assemblée: le «taux de remplissage», enfants, familles, personnes âgées, personnes en fauteuil roulant …
  • Expliquer par qui sera animée la célébration: célébrant(s), chorale, orgue, animateur de chants, orchestre. Où sont-ils placés?
  • Éclairage du lieu : soleil
  • La couleur liturgique des ornements sacerdotaux, et en donner le sens.

Pendant la célébration

  • Être attentif à ce qui attire votre attention et ne pas hésiter à en faire part
  • Repérer tous les déplacements, les gestes du célébrant, ainsi que ceux des servants d’autel. Annoncer l’arrivée et le placement des lecteurs, et dire si c’est une femme ou un homme.
  • Sur le déroulé, il est possible que vous trouviez des mots liturgiques dont le participant lambda ne connaîtra pas le sens: employez le mot mais expliquez-le. Par exemple, l’ambon: pupitre où se lit la parole de Dieu. Le thuriféraire: celui qui, dans la procession, tient l’encensoir. La cathèdre: siège de l’évêque… Voilà pourquoi il est important d’avoir lu le déroulé avant, afin de pouvoir s’informer sur tel ou tel terme qu’on ne connaît pas.
  • Lorsqu’un geste signifie à l’assemblée de s’asseoir ou de se lever, dire: «l’assemblée est invitée à s’asseoir (à se lever)», ou «vous êtes invités à vous asseoir (à vous lever)».

A la fin de la célébration

Bien rappeler de déposer son casque et son récepteur.

Donner le prochain rendez-vous si vous le connaissez !

Blandine Leurent, pour la Cathédrale de Lille, Mai 2017

Approfondir votre lecture