A Cannes, la catéchèse joue aussi la carte cinéma

Le 68e Festival de Cannes s’est déroulé du mercredi 13 au dimanche 24 mai 2015, où les présidents du jury de la compétition officielle, les Frères Coen, ont remis la fameuse Palme d’Or. En parallèle de ce rendez-vous cinématographique international, le Jury œcuménique a été invité par le Festival à remettre prix et mentions spéciales à des films de la compétition officielle.

La Palme d’Or a été remise à Jacques Audiard pour “Dheepan”, le prix d’interprétation masculine à Vincent Lindon pour son rôle dans “La loi du marché, et le prix d’interprétation féminine à Emmanuelle Bercot, actrice dans “Mon roi” de Maïwenn, mais aussi réalisatrice de “La tête haute”, qui a fait l’ouverture du festival. Enfin, le Prix du Jury œcuménique 2015 décerné à ’Mia Madre’.

L’occasion d’en savoir plus sur ce Jury œcuménique réuni à Cannes depuis 1974, de lire grâce au site Narthex, une recension du film d’Emmanuelle Bercot, mais aussi les critiques de films du mois de mai publiées par le site Signis (Association catholique mondiale pour la communication), et enfin de (re)découvrir notre dossier Film et catéchèse, enrichi d’une proposition d’animation autour du film Marie Heurtin. Moteur et… action !

Le film d'ouverture du Festival

La tête haute

Un film d’Emmanuelle BERCOT avec Catherine DENEUVE, Rod PARADOT, Benoît MAGIMEL, Sara FORESTIER. Le film d’ouverture du festival de Cannes sorti le 13 mai 2016

Films et catéchèse

Une proposition d'animation autour d'un film

Marie Heurtin, un silence habité

Ce film de Jean-Pierre Ameris avec Isabelle Carré et Ariana Rivoire est sorti en salles le 12 novembre 2014. Peut-être avez-vous lu l’histoire d’Helen Keller ? Celle de Marie Heurtin y ressemble en partie. Ce film est l’histoire d’une main tendue. Un film de peu de mots où les gestes deviennent parole, où le silence est habité.

Quelques liens utiles

  • Toutes les critiques des mois d’avril et de mai écrites poor SIGNIS sur www.signis.net

Avec notamment Taxi Téhéran de Jafar Panahi, Prix WACC SIGNIS des Droits de l’Homme, et Histoire de Judas, récompensé par le Jury œcuménique à Berlin 2015.

Approfondir votre lecture

  • Le cas Richard Jewell, un film pour faire éclater la vérité

    Les infos arrivent dans les médias à un rythme effréné, vraies, fausses, on a du mal à faire la part des choses. Un mot, une image choc et on transfère, l’info fait ainsi le tour du monde, les rumeurs se propagent. Quelle est la place de chacun au cœur de ce système ? Cette proposition d’animation pour une rencontre avec des adolescents bâtie à partir du film « Le cas Richard Jewell», permet aux jeunes de réfléchir sur la façon dont eux-mêmes donnent ou non du crédit aux informations qu’ils reçoivent.

  • La vie scolaire, un film pour réfléchir à nos préjugés

    Nous sommes tous très rapides pour juger quelqu’un… et le mot jugement a toujours une connotation négative. Pourtant, la loi française présume toute personne innocente. Cette proposition d’animation pour une rencontre avec des adolescents bâtie à partir du film « La vie scolaire », permet aux jeunes de réfléchir sur les jugements qu’eux-mêmes portent sur les autres.

  • « Apprendre à t’aimer », un film sur le handicap et la trisomie 21

    Un téléfilm de Stéphanie Pillonca avec Ary Abittan et Julie de Bona qui incarnent avec une justesse émouvante un couple confronté à la trisomie 21 non détectée avant la naissance de leur premier enfant.