Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit – Initiales n°238

L’édito de Joëlle Eluard

« Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », quelques mots si simples, prononcés par tous les chrétiens du monde. Un geste connu de tous, pour récapituler le tout de notre foi et dire notre identité profonde… Et pourtant, que de questions autour de cette notion que l’Église nomme « la Trinité » ! Que répondre à ces jeunes, ces adultes que nous rencontrons et qui nous interpellent : « Un seul Dieu, trois personnes, est-ce possible ? ». Comment le dire, le faire comprendre ? Doit-on parler de « personnes » ? En tout cas, pas au sens où nous l’entendons aujourd’hui.
On pourrait parler de manière d’être, de modalités, de manière d’exister, de relations. Car c’est bien là, dans notre foi en un Dieu trinitaire, que se situe notre spécificité chrétienne, et que se joue notre compréhension de Dieu. Un Dieu qui, parce qu’il est en relation, nous montre le vrai visage de l’amour. Un Dieu qui n’est pas un solitaire. Un Dieu Père qui nous envoie son Fils, Fils qui est à l’image du Père et qui nous laisse son Esprit. Xavier Lacroix parle « du « Père » comme source du don, du « Fils » comme corps du don, de « l’Esprit » comme souffle du don. » Et il poursuit : « Je ne connais rien de plus concret, de plus réel, presque de plus sensible que tout cela. Nous expérimentons que le Dieu en qui nous avons foi est Trinité, ce qui signifie : vie qui se donne, vie qui circule, vie dans laquelle nous entrons, qui habite notre lien. » 1
Notre vocation de baptisés, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, est à l’image de cette relation, et nous invite à entrer dans une manière de vivre. L’Église, par sa liturgie, nous guide par ses prières, ses acclamations, ses salutations pour entrer dans ce mystère. Elle nous tourne vers celui qui est trois fois saint. Par ses sacrements, elle nous marque corporellement et nous transforme en nous rendant fils du Père, frères du Christ et frères de tous par l’Esprit. Elle nous invite à rendre compte d’une expérience, d’une rencontre, de quelque chose qui nous implique, d’une foi qui nous fait participer à cette expérience trinitaire.
Alors, si nous commencions par là, par entrer en relation pour aimer ; et si nous interrompions nos discours quelquefois abstraits pour raconter l’amour ?

1.In Revue Ecclesia n°22, juin 2014

Joëlle Eluard, rédactrice en chef d’Initiales

Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, ainsi qu’il était au commencement, maintenant et à jamais, pour les siècles des siècles. Amen

Bonus de ce numéro

Un peu de lecture : Cultures ados

  • p8-ini-238-ajollien-raphael-bourgeois« La beauté de chaque être humain est inaltérable », interview d’Alexande Jollien, philosophe

A l’adolescence, est-ce possible de répondre à la question « qui suis-je ? » ? Un adolescent est-il « résumable » ? La question « qui suis-je » permet d’entrer très profondément dans l’intériorité. Est-ce que je me réduis à une stéréotype, à ce que les autres pensent de moi, à ce que je pense de moi ? Ce qui m’aide, jour après jour, c’est de bien distinguer le moi social, les rôles que je suis amené à jouer et ce que je suis vraiment au fond du fond, au cœur de mon être. Toute notre vie ne peut être résumée par aucune étiquette. Et c’est là, la merveille. Savoir se connaître comme l’invitait Socrate. Plonger en soi-même pour se découvrir toujours plus profondément. Mais attention, en chemin, on peut s’arrêter à une image de soi. Et dès qu’on a une image de nous, on souffre car celle-ci ne correspond pas à la réalité. Forcément, nous changeons tous les jours et une image, par définition, est quelque chose de fixe, voire de mort. Autrement dit, la question « qui suis-je », loin de nous figer, peut nous inviter à nous mettre en route et devenir, chaque jour, qui nous sommes vraiment.
La suite, à lire pages 8-9 de ce numéro !

A l’image de Dieu, la vie en relation

Dieu, dès l’origine, se veut relation. Il choisit de créer le monde par sa Parole et son Esprit est déjà là, agissant, planant sur les eaux. Il insuffle la vie et la glaise devient Adam. Il se donne à voir tout au long de l’histoire sainte comme une figure paternelle et nous envoie son Fils, Verbe fait chair, incarnation de son amour. Le Christ nous laisse son Esprit, don rendu visible à la Pentecôte pour toute l’Église, afin que nous puissions à notre tour entrer en relation avec le Père et avec nos frères.
« Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils, du Saint-Esprit » (Matthieu 28, 19)

Étape 1 : Sans amour, je ne suis rien

De quoi a-t-on besoin pour vivre ? En dehors des besoins physiologiques, la vie n’est possible que quand elle nous met en relation. Si elle est basée sur la confiance, la relation nous permet de grandir, de mieux nous connaître afin d’aller vers les autres. Nous ne pouvons vivre sans aimer et être aimés.

Objectif :

Permettre aux jeunes de constater que nous sommes des êtres de relation et que sans amour nous ne pouvons vivre pleinement heureux.

Avec les Paroles d’ados

Télécharger les Paroles d’ados en pdf

OU

Avec une chanson

Télécharger les paroles de la chanson

OU

Avec la carte des relations

Télécharger la carte

OU

Avec un jeu d’obstacles

OU

Avec un photo-langage

Télécharger les images

ET

Avec le texte du Petit Prince

– Se procurer le texte dans le livre du Petit Prince.

La vidéo de Romain Victor-Pujebet

A suivre aussi le film Le Petit Prince, sortie en salles juillet 2015.

OU

Avec saint Paul aux Corinthiens

Télécharger le texte et les questions

Étape 2 : La Trinité : une relation d’amour

Entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit, il y a un lien intime qui existe fondé sur l’amour. Notre foi nous invite, en lisant les Écritures, à contempler le visage de Dieu, révélé par le Christ, dans l’Esprit. Cette relation est rendue visible à travers le geste du signe de croix inscrit sur nous-mêmes, prononcé à haute voix ou exprimé par l’art.

Objectif :

Permettre aux jeunes de découvrir à travers deux textes bibliques et le geste du signe de croix le lien entre les trois personnes de la Trinité.

Avec une lecture d’image du texte du baptême du Christ

Télécharger la photo de l’œuvre de Adi Hozer pour l’imprimer ou la projeter

OU

Avec un jeu des 7 ressemblances

Télécharger le matériel de l’activité

OU

Avec le texte biblique Luc 10, 21-24

ET

Avec le sketch du DVD signe de croix

OU

Avec l’interview d’un artiste

Étape 3 : Les sacrements : chemins de vie

L’Église, par les sacrements, nous aide à vivre de cette relation vitale à l’image de Dieu Père, Fils et Esprit.

Objectif :

Permettre aux jeunes de découvrir que par les sacrements, nous sommes invités en permanence à entrer en relation avec Dieu et nos frères.

Avec un jeu « Un voyage à travers les sacrements »

Télécharger le document contenant le plateau de jeu et les cartes indices

ET

Avec un jeu de piste à la recherche de la Trinité dans le rituel de la confirmation

OU

Avec des extraits de vidéo d’une confirmation

Confirmation Confluent (78) en 2011 par sncccef

OU

Avec un loto des odeurs

Télécharger le document avec le tableau à remplir, les 8 cartes de références bibliques, le dessin de flacon

Télécharger l’ animation (PPT) sur les huiles saintes

OU

Avec des éléments pour aider à rédiger la lettre de confirmation pour la PCS

Pictogrammes – Lettres 1 et 2

Pictogrammes – Lettres 3 à 5

  • INI-238-Iti-Et3_Jeu-VoyageSacrements

    Jeu sur les sacrements : Voyage à travers les sacrements

    Un jeu extrait de la revue Initiales 238 "Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit" Voyage à travers les sacrements Un jeu de plateau au cours duquel il faut collecter quatre indices sur un sacrement mystérieux[...]

  • Initiales 238 Loto des odeurs Image Web

    Jeu sur les sacrements : Le loto des odeurs

    Des rites pour signifier le don de l’Esprit : l’huile. Sur le principe d'un loto des odeurs, les jeunes doivent reconnaître les parfums de différents flacons d'huiles. Ils peuvent les sentir, les toucher ... Ils expriment ce qu'évoquent pour eux ces odeurs : moments, lieux, personnes, souvenirs ... Cela permet de faire apparaître la dimension symbolique de l'huile parfumée.

Relecture

Pour aller plus loin…

Ressources : Outils pour animer

Présenté dans ce numéro, le film « La tête haute » d’Emmanuelle Bercot, film qui a ouvert le festival de Cannes 2015 et sorti en salles le 13 mai 2015, est aussi recensé par Anne Dagallier du SNCC sur Narthex.

A lire aussi notre article sur Cannes 2015

Savoir-Faire

Avec le corps, acclamez le Seigneur. Des exemples de Trisagion en musique ou en vidéo de différentes communautés :

  • La divine liturgie, Chœur des Moniales du Monastère Sainte-Elisabeth de Minsk (19.90 €), piste n°8 « Trisagion »
  • Eucharistia, Ensemble Harmonie géorgienne Nana Peradze, chants de la liturgie orthodoxe en français (19.85 €)
  • La divine liturgie, Chœur des Moines de Chevetogne, ed. Art et Musique (21.90 €)

D’autres idées de disques sur le site des Fraternités Monastiques de Jérusalem : http://jerusalem.cef.fr/de-jerusalem/les-cd-de-jerusalem

Voir aussi la vidéo du Trisagion chantée par les Fraternités Monastiques de Jérusalem, en l’église Saint-Gervais de Paris : https://www.youtube.com/watch?v=66jFA7IEpUY

A quoi joue-t-on ?

Initiales_254_Une

Un numéro par trimestre

initiales Une

Un numéro, un thème

620x349 vignette Initiales

Accompagner les adolescents

catéchuménat adolescents

lutter-contre-la-pedophilie

Les adolescents, un enjeu pastoral

Document-Episcopat-300x300

Christus Vivit : lettre du pape aux jeunes

Christus Vivit

Jeunes & Vocations

jeunes-et-vocations-site
Enseignement catholique
logo-aep

Approfondir votre lecture

  • Intervention du P. Paulin Poucouta, lors de la session de formation « L’Église famille : une force pour notre mission en catéchèse et catéchuménat » à la Conférence des évêques de France (janvier 2019).

    L’Église comme famille de Dieu et ses exigences

    Notre mission de responsables diocésains en catéchèse et en catéchuménat nous fait vivre une expérience ecclésiale exaltante, mais aussi traversée par des difficultés. Nous y découvrons alors l’Église comme une famille, avec ses hauts et ses bas.

  • YHWH tetragramme

    « On ne prononce pas YHWH, le Nom de Dieu »

    Dans la liturgie, lorsque le Nom de Dieu, le tétragramme YHWH, apparaît, on ne le vocalise plus en disant « Yahvé » mais on le remplacera par « le Seigneur » ou Dieu, comme le Saint-Père l’a demandé depuis 2001. Les textes du Magistère romain s’appliquent à la liturgie mais on pourra par extension les appliquer aux documents de catéchèse puisqu’il s’agit de ne pas nommer l’indicible.

  • 19 novembre 2013 : Messe de rentrée des étudiants d'Ile-de-France à la cathédrale Notre-Dame, Paris (75), France.

November 19, 2013: Opening mass of the academic year in Notre Dame cath. Paris (75) France.

    « Seigneur, Dieu Trinité, fais de moi l’instrument de ta gloire … »

    La prière, L’Oasis n°8 : Musique. Une prière écrite par un musicien et publiée dans le huitième numéro de l’Oasis. « Seigneur, Dieu Trinité, …