Vice-versa, un film sur les émotions

Une animation proposée dans la revue Initiales 248 « Même pas peur »

Joie, Peur, Colère, Dégoût, et Tristesse : nos émotions au cœur d’un film d’animation.

Riley, onze ans, va vivre un déménagement douloureux qui coïncide avec son entrée dans l’âge de l’adolescence. Que se passe-t-il dans sa tête ? C’est ce que tente de nous montrer ce film mêlant sa vie de tous les jours, d’un point de vue extérieur, et ses sentiments, vus de l’intérieur.

Riley, jeune fille plutôt joyeuse voit son caractère changer, elle va être de plus en plus triste, elle perd confiance en elle, ne comprend plus les autres.

C’est une approche originale de la puberté au cinéma, qui met en exergue la complexité des rapports entretenus à cet âge-là avec les autres et le monde. Cinq émotions sont mises en valeurs (joie, tristesse, dégoût, peur, colère) sous forme de cinq personnages, chacun identifiable par une couleur, cherchant à prendre le contrôle du cerveau de la jeune fille. Au fur et à mesure du film nous les découvrons, associés à des souvenirs qui construisent la vie de Riley, et nous comprenons que pour grandir, chaque émotion est nécessaire et qu’un équilibre est indispensable.

Serge Tisseron, psychanalyste, analyse ce film en ces termes dans le magazine « Cerveau et psycho » : « Vice-Versa nous montre d’abord qu’aucune des cinq émotions principales qui guident notre vie
affective n’est bonne ou mauvaise en soi. La peur peut paralyser et empêcher l’action, mais nous préserve des dangers ; la colère peut emporter et provoquer des catastrophes, mais elle s’assure aussi que la justice règne ; le dégoût peut gêner les relations, mais il empêche aussi de se faire empoisonner la vie, au sens propre comme au figuré ; quant à la tristesse, elle va peu à peu apparaître au cours du film comme un élément régulateur de premier plan de notre vie intérieure, jusqu’à former avec la joie un couple inséparable. »1

Le personnage de Peur, un sentiment … éducatif

Le personnage de Peur veille à la sécurité de Riley et la protège. Il fait attention aux dangers qui peuvent survenir, aux risques que comportent ses activités quotidiennes. Il est assez nerveux et trouve tout dangereux. Quand Joie et Tristesse seront envoyées dans la mémoire à long terme, il reste au quartier Cérébral et tentera même de s’essayer à remplacer Joie. Il est souvent confronté aux crises de Colère, il est un peu son bouc émissaire. Serge Tisseron continue : « Peur permet d’apporter une réponse adéquate face à une situation dangereuse susceptible de blesser par exemple elle aide Riley à se méfier des prises électriques. Peur est aussi associée à la fonction de Surmoi. À la fin du film, par exemple, quand Colère dit qu’il a accès à tous les gros mots du dictionnaire, Peur l’empêche de les prononcer. C’est la censure : Peur inhibe la formulation des gros mots dans le respect des interdits (de la Loi), la règle éducative étant : « tu ne formuleras point de gros-mots ! ».

1. http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/article-viceversa-les-emotions-auxcommandes-35779.php

Joëlle Eluard, rédactrice en chef d’Initiales

Article paru dans le numéro 248 d’Initiales Même pas peur !

La bande-annonce du film

Une proposition d’animation

Matériel :

Objectif :

Réfléchir aux émotions, et particulièrement à la peur

1ère étape : visionner le film

Durée du film : 1h35 min

2ème étape : laisser les jeunes exprimer leurs émotions

On peut s’aider des questions suivantes :

  • Qu’est-ce qui t’a marqué ? Par quoi as-tu été touché (image, expression…)
  • Qu’as-tu aimé ? Moins apprécié ?
  • Quel rôle joue Bing Bong ?

3ème étape : lister les émotions et les analyser

  • Comment les décrirais-tu (nommer quelques caractéristiques) ? Quel est leur rôle ?
  • Comment évoluent-elles ? Quels changements repères-tu ? (surtout pour Joie et Tristesse)

Il est aussi possible de s’aider des fiches personnages disponibles sur le site Wiki Pixar.

D’autres propositions d’animation

D’autres animations à partir de ce film et à destination de collégiens ou de lycéens sont proposées sur le site du Service National d’Évangélisation des Jeunes et des Vocations

Approfondir votre lecture

  • Ini 248 Couverture

    Même pas peur ! – Initiales n°248

    Qui n’a jamais eu peur ? Peur de parler, peur d’agir, peur de vivre. Elle nous empêche d’aller vers l’autre, de nous engager. Le Christ nous invite à la confiance, il nous invite à remettre notre vie entre les mains du Père comme il l’a fait lui-même. S’abandonner à sa bienveillance, avoir foi en cet amour incommensurable, c’est en ce sens que la confiance fait partie des vertus chrétiennes.

Approfondir votre lecture

  • ini 248-e2 Jeu des 6 familles Image Web

    Jeu sur la peur dans la Bible : jeu des 6 familles

    Un jeu de « 6 familles » pour découvrir à travers les textes biblique comment Dieu est présent dans les moments de doutes, de peurs, et quels dépassements sont possibles chaque fois.

  • hitchhiker-691581_1280

    Peur de l’autre … peur de soi ?

    « N’aie pas peur » : la petite phrase que prononce l’ancien dans l’oreille du plus jeune, quand ce dernier affronte l’inconnu du monde, révèle en creux, l’expérience à la fois forte et déterminante de la peur, expérience humaine – « trop humaine » – par excellence.

  • Ini 248 Couverture

    Même pas peur ! – Initiales n°248

    Qui n’a jamais eu peur ? Peur de parler, peur d’agir, peur de vivre. Elle nous empêche d’aller vers l’autre, de nous engager. Le Christ nous invite à la confiance, il nous invite à remettre notre vie entre les mains du Père comme il l’a fait lui-même. S’abandonner à sa bienveillance, avoir foi en cet amour incommensurable, c’est en ce sens que la confiance fait partie des vertus chrétiennes.