« Le fils de Joseph », un film sur un adolescent à la recherche de son père

Cette fiche pédagogique a été proposée en lien avec la revue L’Oasis n°22, Hiver 2021/2022.

« Le fils de Joseph» : un film d’Eugène Green, avec Victor Ezenfis, Natacha Régnier et Mathieu Amalric, qui aborde les questions de la recherche du père biologique et de la rencontre du père spirituel.

Le fils de Joseph, d’Eugène Green, avec Victor Eznefils, Natache Régnier, Fabrozio Rongione et Mathieu Amalric, 2016, 1h55min

La bande-annonce du film

Le fils de Joseph

Vincent, un adolescent, a été élevé avec amour par sa mère, Marie, mais elle a toujours refusé de lui révéler le nom de son père. Vincent découvre qu’il s’agit d’un éditeur parisien égoïste et cynique, Oscar Pormenor. Le jeune homme met au point un projet de vengeance, mais sa rencontre avec Joseph va changer sa vie.

Cette comédie dramatique est une expérience cinématographique contemplative et singulière pour aborder le sujet de la paternité. C’est l’histoire d’un adolescent qui part à la recherche de son père biologique et trouve en chemin un père spirituel.

Construit en cinq parties, le film fait ouvertement référence à des passages bibliques : le sacrifice d’Abraham, le veau d’or, le sacrifice d’Isaac, le charpentier et la Fuite en Egypte.

Organisation matérielle

Cette animation peut se vivre avec des jeunes d’aumônerie ou entre adultes, catéchistes ou accompagnateurs de catéchumènes.

On peut la vivre en une seule rencontre de 3h00, ou la scinder en deux rencontres d’1h30 chacune.

L’objectif est de repérer ce qui se joue dans la relation fils-père et d’approfondir comment la Bible éclaire nos chemins d’aujourd’hui.

Rencontre 1 : autour des trois premiers chapitres du film

Visionner les 3 premiers chapitres jusqu’à la 50ème minute.

Laisser un temps de parole libre au groupe pour permettre à chacun de raconter ce qu’il a vu, ce qui l’a touché, voire choqué (il est important que la parole circule car ce qui sera perçu du film peut être très différent d’une personne à l’autre).

Prendre ensuite le temps de l’échange et du débat pour essayer de répondre aux questions suivantes (pour soutenir l’échange, on peut projeter des photos du film qui sont comme des tableaux, disponibles sur le site du producteur) :

  • Qui est Vincent et quelle est sa quête ? Quelle place prend-elle dans sa vie ?
  • Comment se situe Marie, la mère de Vincent ? Comment comprenez-vous la réponse qu’elle lui fait : « tu n’as pas de père » ?
  • Reconnaissez-vous le tableau qui orne le mur de la chambre de Vincent ? Quel passage biblique y est évoqué ? Quelle signification peut-on y voir ? [ndlr : il s’agit du Sacrifice d’Isaac par Le Caravage (Gn 22, 9-13)]
  • Comment se nomment les chapitres du film que l’on vient de voir ? Quels sens y voyez-vous ? Est-ce que vous connaissez ces passages ?
  • Est-ce que la quête de Vincent vous touche, fait écho à une situation que vous connaissez. Est-ce qu’elle vous paraît légitime ?Pour terminer le temps d’échange, on peut choisir l’un des passages bibliques (voir les références dans les pistes pour animateurs ci-après) et proposer aux participants d’évoquer les parallèles qu’ils voient avec le film.

Rencontre 2 : autour des deux derniers chapitres du film

Visionner les 2 derniers chapitres, à partir de la 50ème minute.

Laisser un temps de parole libre au groupe pour permettre à chacun de raconter ce qu’il a vu, ce qui l’a touché, voire choqué (il est important que la parole circule car ce qui sera perçu du film peut être très différent d’une personne à l’autre).

Prendre ensuite le temps de l’échange et du débat pour essayer de répondre aux questions suivantes :

  • Que dire de la relation qui se noue entre Joseph et Vincent ? Qu’est-ce qui leur permet de se rapprocher ? (la dimension artistique au Louvre et le tableau Saint Joseph charpentier de Georges de la Tour, dans les jardins du Palais Royal, l’instant musical dans l’église)
    Voici ce que dit le réalisateur concernant la scène dans l’église où Le Poème Harmonique interprète un morceau de Domenico Mazzocchi : « À ce moment-là, Vincent a une révélation esthétique. Il ne comprend pas les vers en latin qui sont chantés et qui parlent de la mort d’un fils et de la douleur de la mère, mais il en reçoit directement l’émotion par la musique et par l’énergie des interprètes. Quelque chose s’ouvre en lui et face à lui et il comprend l’amour que sa mère lui porte et son courage face à la vie. Juste après, il décide de présenter Joseph à sa mère, source d’une nouvelle relation. Suite à cette expérience esthétique, il y deux couples qui se retrouvent ou qui se forment : Marie et Joseph, Joseph et Vincent. Garder le morceau dans son intégralité était important, car pour Vincent, comme pour le spectateur, l’œuvre musicale ne peut avoir de sens que dans son intégralité et dans sa durée. »
  • Qui transmet à qui dans cette 2ème partie du film, entre Vincent et Joseph ? N’est-ce pas ce que chacun apporte à l’autre qui permet au deux de se révéler, d’abord à eux-mêmes mais aussi au monde qui les entoure ?
  • Est-ce que l’image du père biologique a évolué entre le début et la fin ? Comment interpréter sa réponse aux gendarmes ?

Pour terminer le temps d’échange, choisir l’un des passages bibliques (voir les références dans les pistes pour animateurs ci-après) et proposer aux participants d’évoquer les parallèles qu’ils voient avec le film.
En quoi ce film rejoint-il nos propres vies, nos relations avec nos parents/nos enfants ?

Terminer avec un temps de prière à Saint Joseph pour lui confier nos aspirations pour nos vies familiales (on peut utiliser la prière de L’Oasis 22)

Quelques pistes pour les animateurs

Le dossier de presse du film :

Il est disponible sur le site de la production : https://filmsdulosange.com/wp-content/uploads/sites/2/2019/02/fr-presskit-9401-le-fils-de-joseph.pdf

Les titre des chapitres :

1. Le sacrifice d’Abraham : on voit le personnage de Vincent en but face à sa mère et à l’incompréhension de l’absence paternelle / Réf. biblique Gn 22, 9-13
2. Le veau d’or : avec ses jeux de pouvoir et sa tendance à l’idolâtrie. / Réf. biblique Ex 32, 1-14.
3. Le sacrifice d’Isaac : où l’on voit Vincent tenter de sacrifier son père, dans un renversement du mythe. / Réf. biblique Gn 22, 9-13
4. Le charpentier : où s’établit comme entre Jésus et Joseph une relation qui n’est pas fondée sur le sang. / Réf. biblique Mt 1, 18-24
5. La fuite en Egypte : lorsque Joseph, Marie et Vincent partent de Paris pour rejoindre la Normandie. / Réf. biblique Mt 2, 13-15.

La paternité symbolique dont Joseph est l’exemple par excellence comme père non biologique constitue le cœur de Le fils de Joseph. En présentant deux couples, Marie et Vincent, Joseph et Vincent, qui figurent la relation maternelle et la relation paternelle, le réalisateur montre que la rencontre et la relation sont le cœur d’un apprentissage de l’amour. Et par la figure de Joseph rencontrant Marie par son fils, se dégage comme une figure de la Sainte Famille. C’est bien l’amour dont fait l’expérience et l’apprentissage Vincent qui énonçait « Je n’aime personne et personne ne m’aime ».

Pour aller plus loin : https://www.critikat.com/actualite-cine/critique/le-fils-de-joseph/

« Un film qui offre mille lectures : de la vérité et de son contraire, de la paternité et de la filiation, du désir de tuer et de l’appel du Salut, de l’ironie mordante et de la naïveté qui n’a pas honte d’elle-même, du mensonge mortifère et de la sincérité libératrice, des sentiments pervertis et de l’amour authentique… La liste serait encore longue »
La Croix.

Approfondir votre lecture