« J’ai peur de ne pas réussir à tenir la promesse de mon baptême »

« S'engager, c'est d'abord accepter de recevoir l'appel et le don de Dieu. »

« S’engager, c’est d’abord accepter de recevoir l’appel et le don de Dieu. »

Question des lecteurs, L’Oasis n°14 : La promesse.

Samy, lecteur de L’Oasis, fait part de son inquiétude vis-à-vis de l’engagement que représente le baptême : « J’ai peur de ne pas réussir à tenir la promesse de mon baptême. C’est un problème pour moi. Puis-je m’engager sans être certain de tenir ? ». Nous avons demandé à Florence et Patrick Danset, accompagnateurs en catéchuménat dans le diocèse de Nanterre d’y répondre.

Dans un sens, cette peur est un bon signe : le signe de l’importance de cet engagement à la suite du Christ. Jésus lui-même nous demande d’être conscients de ce que nous faisons. Comme dit saint Paul : être baptisé, c’est être animé par le désir de mener une vie digne de ce que nous avons reçu de Dieu (cf. Ep 4, 1). C’est parfois un combat.

Mais nous ne sommes pas seuls pour mener ce combat. Ce qui compte le plus, dans cette promesse du baptême, c’est ce que Dieu nous donne. S’engager, c’est d’abord accepter de recevoir l’appel et le don de Dieu ; c’est d’abord lui qui s’engage et qui sera fidèle : « Si nous manquons de foi, lui reste fidèle à sa parole » (2 Tm 2, 13). Dieu est fidèle en nous donnant l’Église : pour « tenir », il faut rester lié à nos frères et sœurs chrétiens, en paroisse, dans une équipe de partage, au service des autres, et en vivant les sacrements. Et si, certains jours, « notre cœur nous accuse », et bien « Dieu est plus grand que notre cœur » (1 Jn 3, 20). Laissons parler la foi, plutôt que la peur, car « rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu » (Rm 8, 39), « Celui qui peut réaliser, par la puissance qu’il met à l’œuvre en nous, infiniment plus que nous ne pouvons demander ou même concevoir » (Ep 3, 20).

Florence et Patrick Danset, accompagnateurs en catéchuménat, diocèse de Nanterre

Feuilletez L’Oasis en ligne !

Cliquez sur la revue pour la consulter en plein écran.

Approfondir votre lecture

  • « Nous aimerions être traités avec douceur, mais faisons aussi l’expérience, de relations difficiles ou conflictuelles, même entre chrétiens engagés … »

    « Heureux les doux »… il y a tellement de tensions entre des personnes dans ma paroisse, comment faut-il me situer ?

    « Heureux les doux »… il y a tellement de tensions entre des personnes dans ma paroisse, comme chrétien engagé, comment faut-il me situer ? Nicolas ne sait plus comment se situer… Entre le message « Heureux les doux » de l’Évangile qu’il voudrait mettre en application et les tensions entre les personnes de sa paroisse, en tant que catéchiste et accompagnateur de catéchumène il se sent tiraillé.

  • Comment lier le récit de la Génèse et les théories scientifiques ?

    « Comment lier les apports de la science et les récits bibliques de la Création ? »

    Loïc, catéchumène, s’interroge sur la difficulté à concilier ce que nous disent les sciences et ce que que relate la Bible au sujet de la Création. Nous avons demandé à Pascal Balmand, chef de projet « Transition écologique et écologie intégrale » au sein de la Conférence des évêques de France de lui répondre.

  • Le confinement, l'épidémie, l'isolement suscitent de nombreuses questions chez les jeunes.

    Un « forum ados » pour répondre aux questions des adolescents et relire le temps du confinement

    « On fait du tri dans les hôpitaux ? Je n’en peux plus de ma famille ! Comment aider sans bouger ? Mes amis me manquent … » Amitié, foi, mort, virus, activités, famille … une foule de questions se bousculent dans la tête des jeunes confinés (comme dans celle de leurs aînés !) sur des sujets divers et variés, sur l’épidémie du COVID-19, mais aussi sur un quotidien et une liberté d’aller et venir qui leur manquent… Dans un « Forum ados », la pastorale des adolescents propose des clés de réponse sur le site Jeunes & Vocations et quelques propositions pour bâtir un temps de relecture avec les ados.