Le rite de la renonciation au mal lors de la célébration du baptême

Le dernier jugement, Cathédrale du Mans

Cet article est paru dans la revue Initiale n°261 : Accusé, levez-vous !

La renonciation au mal lors du baptême, après la bénédiction de l’eau, pose souvent question avec son vocabulaire qui peut paraître un peu surprenant pour les adolescents. Même si le baptême anticipe le jugement dernier (retour du Christ à la fin des temps) car il est participation à la mort et à la résurrection de Jésus Christ, il n’empêche pas l’inclination au péché.

Si quelqu’un me fait du mal, même baptisé, ma première réaction serait la plupart du temps d’avoir envie de me venger plutôt que de pardonner. Et la vengeance m’éloignerait de Dieu, c’est cela le péché. C’est la rupture du lien avec Dieu qui me dit de l’aimer et d’aimer mon prochain comme moi-même. Par la renonciation au mal, je m’engage à combattre cette inclinaison naturelle qui est en moi, aidé par l’Esprit Saint que je vais recevoir lors de mon baptême. Dieu ne me regarde pas de là-haut avec sa longue-vue en surveillant mes actes, mes paroles, mes pensées ! Son jugement est plutôt à voir comme une mise en lumière du péché pour nous permettre de nous en éloigner, pour nous permettre de distinguer le bien du mal en les nommant. Il ne faut jamais oublier que le Christ est venu pour les pécheurs (Mc 2, 17), il vient nous juger et nous sauver. La renonciation au mal arrive juste avant la profession de foi et elles constituent un seul rite (N°207 RICA). Il faut renoncer pour adhérer, rejeter le mal pour entrer en alliance avec Dieu.
Le baptême nous rend enfants de Dieu, l’expérience du péché et du mal, peut nous rendre enfants du diable : « voici comment se manifestent les enfants de Dieu et les enfants du diable : quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, et pas davantage celui qui n’aime pas son frère. » (1 Jn 3, 10). »
Joëlle Eluard, SNCC

Avec les catéchumènes

Prendre le temps de travailler sur ce rite de la renonciation au mal en décryptant les mots et en initiant un échange.

  • Regarder les trois formules et comment est nommé le mal dans chacune des formules :

Formule A : Satan, les œuvres, les séductions

Formule B : le péché, le mal, Satan

Formule C : séductions du monde, péché, Satan

  • Que mettent-ils derrière ces mots ? Donner des exemples concrets.
  • Pourquoi faut-il renoncer à cela pour suivre Jésus ?
  • Qu’est-ce qui peut les y aider ?

Dans le même numéro :

  • Quand la justice fait naître à la vie : le jugement de Salomon

    Deux femmes demandent justice au roi Salomon. Elles partagent tout : même métier de prostituées, enceintes en même temps, elles ont enfanté à trois jours d’intervalle, seules dans la même et unique maison. Pas de témoin donc, ni de pères ni d’enfants non plus dans son récit. Une histoire de femmes qui sont comme indifférenciées.

  • La vie scolaire, un film pour réfléchir à nos préjugés

    Nous sommes tous très rapides pour juger quelqu'un... et le mot jugement a toujours une connotation négative. Pourtant, la loi française présume toute personne innocente. Cette proposition d'animation pour une rencontre avec des adolescents bâtie à partir du film « La vie scolaire », permet aux jeunes de réfléchir sur les jugements qu'eux-mêmes portent sur les autres.

Un numéro par trimestre

Ini 258_Couverture

Se procurer un numéro

boutique-publications.cef.fr

Approfondir votre lecture

  • Jeune fille se mettant au service d'une dame âgée en lui apportant son plateau repas

    Le baptême, un appel à s’engager

    À l’adolescence, les jeunes nous renvoient assez régulièrement nos contradictions. Il n’est pas rare de les entendre nous dire : « Tu fais quoi pour les migrants qui se noient dans la Méditerranée ? », « Tu les aides comment les pauvres, à part en faisant un don aux Restos du Cœur ? »

  • Dire que Dieu est le Créateur, une vérité de foi

    Pendant le cheminement catéchuménal, les jeunes vont découvrir que le Dieu des chrétiens est un Dieu créateur et sauveur. Deux qualificatifs auxquels il n’est pas évident de réfléchir avec eux et qui pourtant sont au cœur de notre foi.

  • Liberté, Égalité, Fraternité : relire cette devise avec le regard de la foi

    Sur la façade de nombreux établissements publics s’affiche cette devise de la République française : Liberté, Égalité, Fraternité. Il peut être intéressant avec des jeunes catéchumènes de revisiter ces mots bien connus avec le regard de notre foi et d’aller plus loin sur la notion de fraternité.