Lire l’évangile du paralytique dans le cadre d’une catéchèse

Paralytique mosaique Rupnik

Le récit de cette guérison d’un homme paralysé vous est proposé dans différentes traductions :

  • Une vidéo en BD (2 min, 12 vignettes) existe dans le DVD qui accompagne le module « Dieu nous fait confiance » de l’itinéraire des 8-11 ans « Seigneur tu nous appelles » dans la collection « A la rencontre du Seigneur » de La diffusion catéchistique Lyon, Mame-Tardy 2012.

Pour entrer dans le récit de Mc 2,1-12

La traduction en FALC (Facile à lire et à comprendre) s’adresse aux personnes ayant des difficultés intellectuelles. Elle peut être complétée par des images et/ou par les pictogrammes.

La traduction en pictogrammes est un support qui s’adresse à différents publics.

Pour les personnes qui entendent mais n’ont pas accès à la parole et/ou à la lecture et qui utilisent habituellement les pictogrammes, puisqu’il y a différentes sources de pictogrammes, il faudra peut-être en remplacer quelques-uns par d’autres (en particulier ceux qui indiquent des notions abstraites comme « Après », « plein », « dans », « dehors »,« avec », « il y a », « peut », « facile », « ou bien ».)

Pour une meilleure communication il faudra accompagner la lecture d’explications à voix haute et, éventuellement de signes.

Pour les personnes sourdes, le pictogramme peut venir en soutien du récit en LSF (Langue des signes française) ou en LPC (langage parlé complété).

Le récit est long. Dans certaines situations de handicap il pourra être plus profitable, une fois l’histoire racontée, de s’arrêter sur un seul verset pour en faire l’objet d’une catéchèse.

Pour choisir le verset, un travail entre catéchistes sur tout le récit permettra de s’adapter au public concerné et à l’objectif catéchétique.

Quelques mots du texte sont difficiles à expliquer et à mettre en images :

« … et il leur annonçait la Parole. » verset 2 :

C’est Jésus qui annonce la Parole. Jésus n’annonçait pas la Bonne Nouvelle en lisant une Bible mais il parlait directement aux gens. Il a été choisi de ne pas utiliser l’image d’une Bible, qui viendrait pourtant spontanément, mais de traduire «la Parole» par deux pictogrammes qui disent que cette Parole que Jésus annonce est la volonté qui vient du cœur de Dieu.

« Voyant leur foi … » verset 5 :

Ce que Jésus voit ce sont des personnes qui se donnent du mal pour qu’une autre personne, paralysée, puisse s’approcher de lui.

La foi a à voir avec la confiance (tout aussi difficile à mettre en image…), avec le fait d’aimer Dieu et de croire ce que Jésus dit, en particulier au sujet de son Père, du Royaume…Donc il a été fait le choix de décomposer ces 3 petits mots pour aider à s’approprier le sens du texte.

Quelques questions pour des pistes catéchétiques :

  • Qui sont les personnages du récit ?
  • Comment s’exprime le désir dans ce récit ? qui demande ? qu’est-ce qui est demandé ?
  • Qui est « facilitateur », « médiateur » ? Qui est « empêcheur » ?
  • Par quoi se caractérise la «foi» dont il est dit que Jésus la « voit » (que voit-il ?)
  • Qui parle (à voix haute) dans ce récit ?
  • Pourquoi les scribes « raisonnent-ils en eux-mêmes » ?
  • Sur quoi porte la controverse avec les scribes
  • Comment Jésus guérit-il le paralytique ? (Il dit « lève-toi » mais il ne « fait » rien. C’est sa parole qui agit.)

Rappel : Les guérisons de Jésus ne sont pas une fin en soi mais des signes du Royaume tout proche (comme le dit la première phrase attribuée à Jésus dans l’évangile de Marc : Mc 1,15 « Les temps sont accomplis, le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’évangile »)

Noter que c’est le même mot qui dit se lever, se réveiller, ressusciter.

  • Quelle place pour ce qui est « intérieur » et ce qui est « extérieur » ?

Noter qu’il y a des scènes dans la maison, d’autres dehors. Le paralysé va de dehors à dedans sur son brancard et, guéri, sort. Dans la proposition que Jésus annonce aux scribes il dit «lève-toi…et marche» mais quand il s’adresse à l’homme paralysé il lui dit «lève-toi,…et rentre dans ta maison.»

  • Qu’est-ce qui nous est dit de la relation de confiance entre les acteurs du récit ? Et …entre Jésus et chacun de nous ?

Pour une liturgie de la parole ou un temps de prière

Le récit de Mc 2,1-12 sera proclamé de préférence dans la traduction de la liturgie, même si les participants ont avec eux le texte en pictogrammes ou dans la traduction qui leur convient le mieux pour faire référence à tel ou tel verset qui les aidera, par exemple à :

  • Se souvenir de ceux qui nous aident à avoir confiance, de ceux qui nous font confiance, de ceux qui nous ont porté ou aidé à différents moments de notre vie.
  • Prier pour tous ceux qui ne font pas confiance, ceux qui n’ont pas d’espérance.
  • Reconnaître ce qui nous freine ou nous empêche de mettre notre confiance dans le Seigneur. Nous pouvons le lui confier pour qu’il ravive notre espérance.
  • Rendre grâce pour tout ce qui est beau et bon et nous permet de voir la Bonne Nouvelle de Dieu à l’œuvre dans nos vies.

Approfondir votre lecture

  • mon imagier des saints

    Saints et symboles

    Quand on s’essaye à parler des Saints, ce sont souvent les faits marquants de leur vie et les objets symboliques qu’on leur associe qui nous viennent à l’esprit.

  • Pictogrammes-Makaton

    Des textes traduits en pictogrammes

    Cette page s’adresse à tous ceux qui communiquent avec les pictogrammes. Elle rassemble les productions des différents diocèses et sera mise en ligne régulièrement !

  • Pictogrammes-Makaton

    Jouer pour se familiariser avec les pictogrammes : le dobble

    Comment utiliser les pictogrammes en catéchèse ? Voici une proposition proche du classique Dobble pour en découvrir une trentaine et enrichir son « vocabulaire picto » de manière ludique.