Pourquoi et comment prier avant les repas ?

dinner-1246287_1280

Question des lecteurs, L’Oasis n°12 : À table !

La question des lecteurs de ce douzième numéro a été posée à Bertille Lucereau, du Service diocésain de l’enseignement et de la catéchèse en Alsace : « Pourquoi et comment prier avant les repas ? »

« Bénissez Seigneur la table, si bien parée, remplissez aussi nos âmes si affamées, et donnez à tous nos frères de quoi manger ».

Ces quelques mots (ou d’autres) chantés au début du repas sont une habitude pour certains. Mais que se cache-t-il derrière ce bénédicité ? Le mot « bénédicité » vient du latin et veut dire « bénissez » ou encore « dire du bien ». C’est l’occasion de remercier le Seigneur non seulement pour la nourriture qu’il nous donne mais aussi pour le moment que nous allons partager avec ceux qui nous entourent.

Cette attitude de remerciement nous décentre et nous fait prendre conscience que manger n’est pas un dû, certaines personnes autour de nous n’ont pas la chance de manger à leur faim. Les repas sont souvent des moments de partage, d’échange, de rires mais aussi parfois de tensions (quand le petit dernier renverse son verre pour la cinquième fois de la journée par exemple) : pourquoi ne pas placer ces moments sous le regard du Seigneur et l’inviter dans ce qui fait le quotidien de nos vies ?

Chez nous, nous avons l’habitude de prendre un refrain choisi à tour de rôle par les enfants. L’autre jour, mon fils aîné a souhaité sortir des paroles routinières pour faire un vrai temps de prière et de bénédiction et « penser à ce que nous disons ». Beau moment pour la famille que cette prière spontanée partagée avant le déjeuner.

À chaque famille de trouver le bénédicité qui lui convient pour vivre les repas comme des temps de partage sous le regard du Seigneur : refrain chanté, verset biblique, carte « le pain de la Parole », dé pour prier le bénédicité…

Bertille Lucereau, Service diocésain de l’enseignement et de la catéchèse en Alsace

Approfondir votre lecture

  • « S'engager, c'est d'abord accepter de recevoir l'appel et le don de Dieu. »

    « J’ai peur de ne pas réussir à tenir la promesse de mon baptême »

    Samy, lecteur de L’Oasis, fait part de son inquiétude vis-à-vis de l’engagement que représente le baptême : « J’ai peur de ne pas réussir à tenir la promesse de mon baptême. C’est un problème pour moi. Puis-je m’engager sans être certain de tenir ? ». Nous avons demandé à Florence et Patrick Danset, accompagnateurs en catéchuménat dans le diocèse de Nanterre d’y répondre.

  • Confirmations d'adultes au cours de la Vigile de la Pentecôte 2018.

    « Faire mémoire du sacrement de la Confirmation »

    Nous avons été interrogé par un diocèse sur la possibilité d’un geste pour « renouveler le vœu de la confirmation », geste qui dans leur cas prenait place dans le cadre d’un rassemblement … Voici les points de notre réponse :

  • Une grand-mère et son petit-fils.

    Je souffre car mon petit-fils n’est pas baptisé, que puis-je faire ?

    Voici la question d’un lecteur de L’Oasis : « Je suis catéchiste, et je souffre car mon petit-fils n’est pas baptisé, que puis-je faire ? ». Nous avons demandé à Catherine Saba, du Service diocésain de la catéchèse de Marseille d’y répondre.