« Comment lier les apports de la science et les récits bibliques de la Création ? »

Comment lier le récit de la Génèse et les théories scientifiques ?

Comment lier le récit de la Génèse et les théories scientifiques ?

Question des lecteurs, L’Oasis n°16 : Tout est lié !

Loïc, catéchumène, s’interroge sur la difficulté à concilier ce que nous disent les sciences et ce que que relate la Bible au sujet de la Création.

Nous avons demandé à Pascal Balmand, chef de projet « Transition écologique et écologie intégrale » au sein de la Conférence des évêques de France de lui répondre.

« Comment lier ? » Trop souvent Genèse et travaux scientifiques sont perçus sur le mode de la concurrence.

La tentation fondamentaliste nous ferait prendre au pied de la lettre le récit biblique, oubliant qu’il s’agit d’un récit symbolique et non d’un traité scientifique.

La tentation scientiste nous conduirait à idolâtrer la science comme unique vérité définitive, alors qu’elle s’inscrit toujours dans une histoire, avec controverses et points d’interrogation.

Là où les scientifiques s’efforcent de comprendre le « comment ? », la Genèse nous parle du « pourquoi ? ». Même si elle y a pris du retard, l’Église reconnaît depuis longtemps la pertinence des théories de l’évolution1. Le récit de la Création ne décrit pas un « commencement », une fabrication à un instant T, mais une « origine » et un processus. L’origine d’un amour divin déployé dans l’élan créateur, le processus d’une création toujours à l’œuvre aujourd’hui (Rm 8, 22). La vision biblique d’une dynamique de création allant du plus simple au plus complexe et ne cessant de se poursuivre concorde avec les recherches scientifiques les plus contemporaines. Elle propose un sens aux faits : par l’alliance à laquelle il nous invite, le Seigneur nous fait participer à son action créatrice et nous appelle à faire vivre une Maison commune fraternelle et joyeuse.

Pascal Balmand, chef de projet « Transition écologique et écologie intégrale », Conférence des évêques de France

1. Pie XII, Humani Generis, 1950

Feuilletez L’Oasis en ligne !

Cliquez sur la revue pour la consulter en plein écran.

Approfondir votre lecture

  • Le confinement, l'épidémie, l'isolement suscitent de nombreuses questions chez les jeunes.

    Un « forum ados » pour répondre aux questions des adolescents et relire le temps du confinement

    « On fait du tri dans les hôpitaux ? Je n’en peux plus de ma famille ! Comment aider sans bouger ? Mes amis me manquent … » Amitié, foi, mort, virus, activités, famille … une foule de questions se bousculent dans la tête des jeunes confinés (comme dans celle de leurs aînés !) sur des sujets divers et variés, sur l’épidémie du COVID-19, mais aussi sur un quotidien et une liberté d’aller et venir qui leur manquent… Dans un « Forum ados », la pastorale des adolescents propose des clés de réponse sur le site Jeunes & Vocations et quelques propositions pour bâtir un temps de relecture avec les ados.

  • « Sentiment d'injustice : faut-il se résigner ou s'insurger ? »

    « Ce n’est pas juste, mais je ne peux rien y faire ! » : faut-il s’insurger ou se résigner ?

    Léa, lectrice de L’Oasis, nous demande conseil sur la réponse à apporter à une jeune qui oscille entre s’insurger et se résigner : « Une jeune me dit ‘C’est pas juste, mais je ne peux rien y faire !’. Je ne sais pas bien quoi penser, quoi lui dire. »

  • « S'engager, c'est d'abord accepter de recevoir l'appel et le don de Dieu. »

    « J’ai peur de ne pas réussir à tenir la promesse de mon baptême »

    Samy, lecteur de L’Oasis, fait part de son inquiétude vis-à-vis de l’engagement que représente le baptême : « J’ai peur de ne pas réussir à tenir la promesse de mon baptême. C’est un problème pour moi. Puis-je m’engager sans être certain de tenir ? ». Nous avons demandé à Florence et Patrick Danset, accompagnateurs en catéchuménat dans le diocèse de Nanterre d’y répondre.