Cheminer avec l’art : La rue, Anne Courbaud

« La rue » de Anne Courbaud, octobre 2007, 600x200 cm, acrylique sur toile.

« La rue » de Anne Courbaud, octobre 2007, 600×200 cm, acrylique sur toile.

Regarder une oeuvre d’art pour cheminer dans un itinéraire catéchétique : Cette peinture d’Anne Courbaud sert de point d’appui des Trajectoires du n°210 d’Initiales intitulé Vivre avec un handicap.

Regarder la peinture d’Anne Courbaud

  • De quoi est-elle composée ? Que voyons-nous ?
  • Quel rapport y a-t-il entre longueur, largeur, hauteur ? Et les couleurs ?

Lire des détails de l’oeuvre

image-extraite-de-la-rue-de-anne-courbaudDécrire les personnages

  • Qui sont-ils ? enfant, homme, femme ?
  • Sont-ils de face, de profil ?
  • Qui est debout, assis ?
  • Qui est dans la lumière, dans le noir ?
  • Que font leurs mains ? Que portent-elles ?
  • Comment sont-ils habillés ?
  • Y a-t-il une relation entre eux ? si oui, entre qui et qui ? Comment sont leurs visages ?

En regardant cette oeuvre :

  • Qu’est-ce que je ressens ? Qu’est-ce que cela évoque pour moi ? Un souvenir, un autre tableau, un texte, une musique ?

Lire la parabole des invités au festin

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (14, 16-24)

Jésus lui dit : « Un homme donnait un grand dîner, et il avait invité beaucoup de monde.

À l’heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités : “Venez, maintenant le repas est prêt.”

Mais tous se mirent à s’excuser de la même façon. Le premier lui dit : “J’ai acheté un champ, et je suis obligé d’aller le voir ; je t’en prie, excuse-moi.”

Un autre dit : “J’ai acheté cinq paires de boeufs, et je pars les essayer ; je t’en prie, excuse-moi.”

Un troisième dit : “Je viens de me marier, et, pour cette raison, je ne peux pas venir.”

À son retour, le serviteur rapporta ces paroles à son maître. Plein de colère, le maître de maison dit à son serviteur : “Dépêche-toi d’aller sur les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux.”

Le serviteur revint lui dire : “Maître, ce que tu as ordonné est fait, et il reste de la place.”

Le maître dit alors au serviteur : “Va sur les routes et dans les sentiers, et insiste pour faire entrer les gens, afin que ma maison soit remplie. Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne profitera de mon dîner.” »

Demander

  • Qu’est-ce qui est le plus important pour le maître de la parabole ? qu’est-ce qu’il veut vraiment ?
  • Comment l’oeuvre résonne avec le texte ?

Approfondir votre lecture

  • Art sacré : pour l’été, la sélection d’expositions et événements culturels de Narthex.fr

    Après les restrictions de la crise sanitaire, la période estivale se présente comme une ‘échappée belle’, une escapade enfin possible pour savourer découvertes et émerveillements, et entrer dans la voie de la beauté, sur le chemin des vacances. En juin-juillet, le grand rendez-vous culturel et spirituel de La Nuit des églises a fêté son dixième anniversaire. La réouverture des lieux culturels offre une myriade de propositions, parmi lesquelles Narthex.fr a choisi certaines haltes pour sa série Itinérances d’été. La revue numérique d’art sacré, patrimoine et création invite ses lecteurs à parcourir la France à travers une sélection d’expositions, musées, festivals, concerts, évènements…

  • La Sagrada familia : une basilique de toute beauté

    L’art pour dire Dieu : dans ce numéro, la rédaction de L’Oasis propose d’admirer la beauté originale de la Sagrada familia. La basilique de Barcelone dont le chantier touche à sa fin se dévoile peu à peu.

  • Entrer dans la voie de la beauté

    Emprunter la « voie de la beauté » – via pulchritudinis – ce n’est pas inviter à trouver de jolies illustrations pour étayer son propos, c’est parce que la voie de la beauté est chemin vers Dieu, chemin de Dieu. Pour nous, chrétiens, la beauté trouve son origine au cœur même de notre foi. Dieu se manifeste dans l’œuvre de sa création : contempler son ouvrage et voir combien cela est bon (ou « beau »), c’est avoir un aperçu, un « avant-goût » de la beauté même de Dieu.