« Donne-nous la force… quel que soit le chemin à parcourir »

« Notre Père, je mets mon esprit entre tes mains afin de garder toujours confiance dans ce qui sera […] »

La prière, L’Oasis n°21 : Et après ?

L’accompagnement d’une personne âgée met parfois à rude épreuve nos projets de vie, nos rêves d’avenir et nos volontés de toute puissance sur le cours des choses. Avec les mots de la prière de Michèle, « écoutante » de personnes du grand âge en Ehpad, demandons à Dieu de nous aider à lâcher prise, à garder confiance pour trouver l’apaisement.

Notre Père,
Dieu d’amour et de bonté
que le Christ est venu nous révéler,
donne-nous la force et le courage d’aimer,
de suivre la route que tu as tracée.

Accorde foi et confiance
à ceux qu’il m’est donné de rencontrer
ainsi qu’à chacun de notre humanité
afin qu’il y ait la paix.

Je mets mon esprit entre tes mains
afin de garder toujours confiance
dans ce qui sera,
quel que soit le chemin à parcourir,
quelle que soit la fin de ce chemin.

Prière proposée par Michèle, « écoutante » de personnes du grand âge en Ehpad

Feuilletez L’Oasis en ligne !

Cliquez sur l’image pour ouvrir la revue en plein écran.

Approfondir votre lecture

  • Prier pour les familles : l’intention du pape François pour juillet

    Le pape François compte sur nos prières. Découvrez son intention pour le monde au mois de juillet.
    « Prions pour les personnes âgées, qui représentent les racines et la mémoire d’un peuple, afin que leur expérience et leur sagesse aident les plus jeunes à regarder l’avenir avec espérance et responsabilité. »

  • « Bien tard, je t’ai aimée… » La prière de saint Augustin d’Hippone

    Illustre docteur de l’Église, saint Augustin, devenu évêque d’Hippone, est l’un des quatre Pères de l’Église latine avec saint Ambroise, saint Jérôme et Grégoire Ier. Quelques mois après son baptême il connut un moment de bonheur mystique, l’ »extase » ou la « contemplation » d’Ostie.

  • L’intériorité, Dieu au cœur de l’homme

    Dans la vie chrétienne, prière et vie quotidienne se fécondent.
    « Bien tard, je t’ai aimée, Beauté si ancienne et si nouvelle, bien tard, je t’ai aimée. Et voici que tu étais au-dedans, et moi au dehors (…) Tu étais avec moi et moi, je n’étais pas avec toi (…) Tu as appelé, tu as crié et tu as mis fin à ma surdité. »