Le dialogue interreligieux au cœur de la campagne des kms de soleil

KMS Soleil logo 2016« Différents tous frères, religions et vivre ensemble ». C’est le thème de la campagne 2016/2017.


Dans « la joie de l’Evangile » le pape François encourage fortement les chrétiens à dialoguer avec les croyants des religions non chrétiennes. C’est une condition nécessaire pour la paix dans le monde. Cette année la campagne des kilomètres de soleil choisit de sensibiliser les enfants à cette attitude « d’ouverture en vérité et dans l’amour … qui implique de se maintenir ferme sur ses propres convictions les plus profondes, avec une identité claire et joyeuse, mais « ouvert à celles de l’autre pour les comprendre » et en « sachant bien que le dialogue peut être une source d’enrichissement pour chacun ». (EG N°250 à 254).

A l’aide d’un jeu de cartes puis en méditant la « parabole du bon samaritain » les enfants seront invités à apprendre les attitudes nécessaires pour « accepter les autres dans leur manière différente d’être, de penser et de s’exprimer ».

Pour l’ensemble des outils et tous renseignements complémentaires sur la campagne, rendez-vous sur le site officiel

Approfondir votre lecture

  • 743677204_295x166

    Frères d’âme, un trio de vidéos pour favoriser le dialogue entre chrétiens, juifs et musulmans

    L’Office de catéchèse du Québec a réalisé une nouvelle série de trois capsules vidéo en faveur d’un dialogue interreligieux entre chrétiens, juifs et musulmans.

  • unite-jeu-enfant-pontoise

    Memory, quiz et jeu de cartes sur l’œcuménisme

    A l’occasion de la semaine pour l’unité des chrétiens, le diocèse de Pontoise partage sur son site diocésain trois jeux sur l’œcuménisme : des propositions ludiques à vivre avec des enfants et des adolescents !

  • YHWH tetragramme

    « On ne prononce pas YHWH, le Nom de Dieu »

    Dans la liturgie, lorsque le Nom de Dieu, le tétragramme YHWH, apparaît, on ne le vocalise plus en disant « Yahvé » mais on le remplacera par « le Seigneur » ou Dieu, comme le Saint-Père l’a demandé depuis 2001. Les textes du Magistère romain s’appliquent à la liturgie mais on pourra par extension les appliquer aux documents de catéchèse puisqu’il s’agit de ne pas nommer l’indicible.