La résurrection : c’est parfois difficile d’y croire

Sculpture de la résurection du Christ sauveur de Pericle Fazzini, dans la salle Paul VI du Vatican

La Resurrezione, scuplture de Pericle Fazzini, Salle Paul VI, Vatican.

La question des lecteurs, L’Oasis n°25 : Le kérygme, cœur de la foi

« La résurrection ? Tu ne me feras pas croire ça ! » Cette réflexion est celle de Justine, jeune catéchumène de 20 ans. Son accompagnatrice en catéchuménat se demande comment lui répondre puisque la résurrection du Christ est au cœur de la foi chrétienne, le kérygme.

Justine, j’aimerais que tu poses deux questions aux chrétiens que tu connais : Croyez-vous que Jésus est ressuscité ? Croyez-vous en votre propre résurrection ? Tu seras surprise par le nombre de baptisés qui ont du mal à y croire, qui répondront non. Et pourtant c’est le cœur de la foi chrétienne !

Il faut parfois toute une vie pour entrer dans cette décision personnelle de croire que Jésus a vaincu le mal suprême et la mort. Cet acte de foi n’est souvent possible que quand nous pouvons mettre des mots sur une expérience vécue.

Je ne peux Justine que te donner les mots de notre foi. Ce sera à toi seule d’opérer le passage de ce contenu de connaissance au véritable « croire » que tu confesseras un jour parce que tu l’auras expérimenté. Tu apprendras à repérer les signes de la présence vivante du Christ dans ta vie, de manière inattendue certaines fois ; dans des visages ou des mots entendus, lors d’une eucharistie, lors d’une lecture biblique, lors de grandes joies mais aussi lors de certaines épreuves. Chaque fois que tu franchiras un cap qui te fera grandir, que tu te relèveras d’une épreuve, quand tu te sentiras transformée, debout, vivante, tu connaîtras alors ce qu’est ce passage, cette Pâque que nous célébrons chaque année.

Tu pourras dire par toi-même comme ceux qui t’ont précédée : oui Jésus est vraiment ressuscité, il a vaincu la mort, il est vivant parmi nous et appelle chacun de nous à le suivre jusque dans la vie éternelle.

 

Joëlle Eluard,
ancienne membre du SNCC

Feuilletez L’Oasis en ligne !

Cliquez sur la revue pour la consulter en plein écran.

Approfondir votre lecture

  • La chambre, lieu de ressourcement : un atelier pour réveiller sa vie intérieure de baptisé

    Parmi les lieux de ressourcement, la chambre est un lieu important pour chaque personne, un lieu intime. Le Christ parle de la chambre comme lieu de l’intériorité. À partir de ce lieu, je peux m’interroger sur les moyens et les conditions de l’intériorité dans ma vie de baptisé, disciple-missionnaire.

  • Prier avec les mots de saint Augustin : « Bien tard, je t’ai aimée… »

    Illustre docteur de l’Église, saint Augustin, devenu évêque d’Hippone, est l’un des quatre Pères de l’Église latine avec saint Ambroise, saint Jérôme et Grégoire Ier. Quelques mois après son baptême, il connut un moment de bonheur mystique, l' »extase » ou la « contemplation » d’Ostie. Les Confessions est une œuvre autobiographique, écrite entre 397 et 401, dans laquelle il raconte sa quête de Dieu et sa rencontre… La prière de saint Augustin : « Bien tard, je t’ai aimée, ô beauté si ancienne et si nouvelle, bien tard, je t’ai aimée ! … »

  • « Comment éveiller à l’intériorité ? »

    « Comment éveiller à l’intériorité les personnes que l’on accompagne en catéchèse et catéchuménat ? » demande Damien, catéchiste. Nous souhaitons que ceux que nous accompagnons rencontrent vraiment le Christ, qu’ils aient une relation d’intimité avec lui. Nous savons bien qu’il ne suffit pas de connaître beaucoup de chose sur Dieu.