L’art pour dire Dieu avec le Magnificat de John Rutter

Et misericordia (Andante fluente) John Rutter
L’art pour dire Dieu, L’Oasis n°1 : La Miséricorde.

Dans chacun de ses numéros, L’Oasis propose un petit zoom sur une oeuvre d’art, un morceau de musique, qui peut conduire à Dieu et nous raconte pourquoi …

Pour ce tout premier numéro sur La Miséricorde, la rédaction a choisi le morceau Et misericordia (Andante fluente) de John Rutter.

Le Magnificat de John Rutter, compositeur britannique né en 1945, est une œuvre musicale de 1990 qui s’appuie sur le cantique biblique de Marie (Lc 1,46-55). Il est fondé sur le texte en latin entremêlé d’un poème marial anglais « Of a Rose, a lovely Rose ».

Cette composition comprend sept mouvements pour soprano ou mezzo-soprano solo, chœur et orchestre. « Et misericordia » en est le quatrième.

Approfondir votre lecture

  • Jeune femme attendant ... Cette image a été choisie comme « regard » dans L'Oasis n°14 sur la promesse.

    Magnificat : le cantique de Marie

    Ce cantique d’action de grâces chanté par Marie au moment de la Visitation constitue un parfait condensé de la spiritualité psalmique de ceux qui, conscients de leurs limites, laissent Dieu opérer des merveilles en eux et avec eux.

  • Maurice_Denis_Annonciation

    Annonciation et Visitation : « L’accueil du Seigneur dans nos vies est toujours porteur de fruit »

    De l’Annonciation du Seigneur à Marie à la Visitation, les pages fameuses de l’Incarnation chez l’évangéliste Saint Luc (Lc 1, 26-56) mettent au centre comme personnage principal Marie, à la différence de l’évangile de Matthieu qui insiste plutôt sur Joseph.

  • Statue de la Vierge Marie et de Jésus enfant.

    Marie dans la liturgie : une présence au fil du temps

    Durant les premiers siècles, la piété mariale fut plutôt discrète dans son expression mais forte dans son enracinement biblique et théologique. Le Magnificat et la plus ancienne prière adressée à Marie, le Sub tuum (Sous l’abri de ta miséricorde) constituent deux témoignages de cette sobriété primitive, toute orientée par la manifestation de la place de Marie dans le mystère du salut :