Les cloches de Notre Dame de Paris : la cloche « Gabriel » et l’Annonciation

Gabriel en volée

Art & foi, Ecclesia n°18 Entrer dans une vie eucharistique

En l’honneur du 850e anniversaire de Notre-Dame, neuf cloches ont été réalisées. Le bourdon « Marie » a rejoint « Emmanuel » dans la tour sud et les huit autres ont pris place dans la tour nord. Notre Dame retrouve ainsi sa sonnerie du XVIIIe siècle.

Avec ses 1828 mm de diamètre et ses 4168 kg, « Gabriel » est la plus grosse cloche de la tour nord. Elle a été réalisée par la fonderie Cornille-Havard de Villedieu-les-Poêles en Normandie. Elle donne un La dièse.

Pour mieux voir

Plusieurs éléments de décor sont repérables sur chaque cloche. Remarquons tout d’abord les deux matières utilisées : la dorure, symbole de la lumière divine et les surfaces patinées qui rappellent l’humanité. Cette association montre Dieu présent à nos côtés.

Une phrase est inscrite : L’Ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie. C’est la première phrase de l’Angélus qui rappelle la visite de l’ange Gabriel à Marie. On trouve les autres phrases sur les autres cloches.

Des filets, ou cercles dessinés, font le tour de la cloche. Certains sont ponctués de petits motifs. Sur ceux de la couronne, on distingue un lys qui est un symbole de pureté.

Remarquons aussi la silhouette de la cathédrale Notre Dame de Paris avec l’inscription des dates du Jubilé.

Expressions de foi

Les cloches sont des instruments liturgiques. De nos jours, le bruit ambiant de nos villes les font passer inaperçues. Et pourtant, la façon dont elles sonnent est un véritable langage : du glas pour les funérailles à la volée de la Vigile pascale, en passant par l’appel des fidèles à la messe le dimanche, avec des sonneries variant selon les temps liturgiques, sans oublier l’Angélus trois fois par jour.

Les cloches font toujours une forte impression sur leurs auditeurs. Ensemble, elles forment une voix « qui parle au cœur de l’homme, à ceux qui croient en Dieu et qui accueillent cette voix comme un symbole de l’appel que Dieu leur adresse pour conduire leur existence et les rassembler pour prier ensemble »., dit le cardinal Vingt-Trois, archevêque de Paris.

Elles sont la voix du Père qui rassemble son peuple. Une voix qui nous invite à être attentifs, à ouvrir l’oreille de notre cœur à la Parole et aux sacrements. Comme la cloche qui vibre en sonnant, laissons vibrer notre cœur lorsque le Seigneur fait sonner et résonner en nous son appel. « Prêtez l’oreille ! Venez à moi ! Écoutez, et vous vivrez » (Is 55, 3).

Marc-Abraham Babski

Approfondir votre lecture

  • Collection Célébrer - Les bénédictions, éd. Mame, octobre 2019. 
En couv. : Envoi en mission d'une famille pour l'association Le Rocher, Paray-le-Monial, 4 août 2018. © Louis Lefèvre/Communauté de l'Emmanuel.

    Collection « Célébrer » : une série d’ouvrages sur la liturgie

    Le Service national de la pastorale liturgique et sacramentelle a lancé en 2019 une nouvelle collection d’ouvrages à destination des personnes en responsabilité dans les diocèses et du grand public.

  • Statue de la Vierge Marie.

    Dévotion à Marie : « Les fêtes de Marie conduisent au mystère pascal »

    Dans l’encyclique Lumen Gentium, il est dit que « l’Église honore à juste titre d’un culte spécial celle que la grâce de Dieu a faite inférieure à son Fils certes, mais supérieure à tous les anges et à tous les hommes, en raison de son rôle de Mère très Sainte de Dieu et de son association aux mystères du Christ… Tandis que la Mère est honorée, le Fils en qui tout existe (cf. Col 1/15-16) et en qui « il a plu » au Père éternel « de faire résider toute la plénitude » (Col 1/19) est reconnu comme il convient, aimé, glorifié et obéi »

  • Maurice_Denis_Annonciation

    Annonciation et Visitation : « L’accueil du Seigneur dans nos vies est toujours porteur de fruit »

    De l’Annonciation du Seigneur à Marie à la Visitation, les pages fameuses de l’Incarnation chez l’évangéliste Saint Luc (Lc 1, 26-56) mettent au centre comme personnage principal Marie, à la différence de l’évangile de Matthieu qui insiste plutôt sur Joseph.