Si je ne pratique pas, est-ce que je fais partie de la paroisse ?

Question des lecteurs, L’Oasis n°10 : Être paroissien.

La question d’un lecteur de L’Oasis à Agnès Poidatz, responsable du service diocésain de la catéchèse de Versailles : « Si je ne pratique pas, est-ce que je fais partie de la paroisse ? Si je viens à la paroisse, est-ce que je dois m’engager ? »

Une paroisse, c’est une communauté confiée aux soins d’un curé, par l’évêque. En général, elle est liée à un territoire. Dans une paroisse, le curé veille à mettre la messe et la vie sacramentelle en place centrale. Avec tous les fidèles, il doit s’assurer que l’Évangile est annoncé en tous lieux, même auprès des personnes éloignées de la pratique religieuse. Ils doivent s’occuper de toute personne vivant sur le territoire paroissial : connaître les familles, accompagner les deuils, soutenir les uns et les autres dans les difficultés, veiller à l’exercice de la charité …

Vous voyez Caroline que le critère pour être « paroissien » n’est donc pas une affaire de pratique religieuse ! Par contre, l’expression « faire partie de » apporte une idée d’implication personnelle … Si je fais partie d’une chorale ou d’une équipe de foot, je m’entraîne avec l’équipe, je répète avec la chorale et donc je participe aux matchs, aux concerts …

Pour « faire partie de la paroisse » il est bon de partager et de se nourrir de ce qui lui donne sens : la communion au Christ mort et ressuscité. Alors Caroline, j’aimerais vous inviter à trouver votre place unique dans votre paroisse et à participer à la messe : vous comprendrez à frais nouveau ce que veut dire « faire partie » d’une paroisse. C’est ce que je souhaite pour vous, de tout cœur !

Agnès Poidatz, responsable du service diocésain de la catéchèse de Versailles

Approfondir votre lecture

  • Confirmations d'adultes au cours de la Vigile de la Pentecôte 2018.

    « Faire mémoire du sacrement de la Confirmation »

    Nous avons été interrogé par un diocèse sur la possibilité d’un geste pour « renouveler le vœu de la confirmation », geste qui dans leur cas prenait place dans le cadre d’un rassemblement … Voici les points de notre réponse :

  • Une grand-mère et son petit-fils.

    Je souffre car mon petit-fils n’est pas baptisé, que puis-je faire ?

    Voici la question d’un lecteur de L’Oasis : « Je suis catéchiste, et je souffre car mon petit-fils n’est pas baptisé, que puis-je faire ? ». Nous avons demandé à Catherine Saba, du Service diocésain de la catéchèse de Marseille d’y répondre.

  • dinner-1246287_1280

    Pourquoi et comment prier avant les repas ?

    La question des lecteurs de ce douzième numéro a été posée à Bertille Lucereau, du Service diocésain de l’enseignement et de la catéchèse en Alsace : « Pourquoi et comment prier avant les repas ? »