« Comment reconnaître la beauté de toute personne ? »

La question des lecteurs, L’Oasis n°20 : C’est trop beau !

« Comment parler de la beauté de toute personne ? » C’est la question de Clémence, 15 ans, qui vient de rencontrer une personne porteuse de handicap lourd.

Mais le Seigneur dit à Samuel : « Ne considère pas son apparence ni sa haute taille, car je l’ai écarté. Dieu ne regarde pas comme les hommes : les hommes regardent l’apparence, mais le Seigneur regarde le cœur. » (1 S 16, 7)

Comment ne pas porter spontanément un jugement hâtif en rencontrant sur sa route une personne porteuse d’un handicap lourd ? Comment reconnaître sa beauté ?

Dans le cadre de la catéchèse, Dieu s’invite à cette rencontre et les codes sont bousculés. Il s’agit de faire route ensemble dans le chemin de la foi et de s’adapter au rythme, aux possibles de chacun dans une observation pointue de chaque signe donné : un geste qui se déploie lors d’un mot prononcé, un cri de souffrance ou de joie qui résonne, une réaction spontanée qui surprend, un signe d’amitié offert, un sourire qui illumine le visage.

Autant de portes d’entrée qui me font découvrir la profondeur de cette personne et sa beauté intérieure. Mon regard change et se fait proche en humanité sous le regard de Dieu. On entre dans le domaine d’un cœur à cœur.

À l’occasion de la rencontre d’un groupe de CM1 avec des jeunes enfants polyhandicapés, une fillette, au moment de partir nous a demandé où étaient les personnes handicapées. En fait, cet après-midi-là, elle avait vu et rencontré des enfants – certes porteurs d’un handicap lourd – mais avec une âme et des réactions d’enfant comme elle, et la rencontre en vérité et en amitié a eu lieu !

Marie-Odile Frey, retraitée, ancienne animatrice pastorale

Feuilletez L’Oasis en ligne !

Cliquez sur la revue pour la consulter en plein écran.

Approfondir votre lecture

  • Sculpture de la résurection du Christ sauveur de Pericle Fazzini, dans la salle Paul VI du Vatican

    La résurrection : c’est parfois difficile d’y croire

    « La résurrection ? Tu ne me feras pas croire ça ! » Cette réflexion est celle de Justine, jeune catéchumène de 20 ans. Son accompagnatrice en catéchuménat se demande comment lui répondre puisque la résurrection du Christ est au cœur de la foi chrétienne, le kérygme.

  • « Comment éveiller à l’intériorité ? »

    « Comment éveiller à l’intériorité les personnes que l’on accompagne en catéchèse et catéchuménat ? » demande Damien, catéchiste. Nous souhaitons que ceux que nous accompagnons rencontrent vraiment le Christ, qu’ils aient une relation d’intimité avec lui. Nous savons bien qu’il ne suffit pas de connaître beaucoup de chose sur Dieu.

  • Petite conversation sur le diable, un livre de Gaultier de Chaillé

    Sous forme de conversation autour d’un sujet qui interpelle, l’auteur fait le tour de beaucoup de questions que l’on peut se poser sur le diable et les anges. Qui est-il, que fait-il, quelle est la doctrine de l’Eglise sur le sujet, les réponses sont simples et claires et permettent de mieux comprendre la place qu’il occupe dans notre monde et l’importance de ne pas occulter ce sujet qui aborde la question du mal et de la liberté.