Pourquoi remet-on un cierge au baptême d’un enfant ou d’un adulte ?

30 mars 2013 : Vigile pascale. Paroisse Saint-Ambroise, Paris (75) France. March 30, 2013 : Easter vigil in Saint-Ambroise parish. Paris (75), France.

30 mars 2013 : Vigile pascale. Paroisse Saint-Ambroise, Paris (75) France.

La question des lecteurs, L’Oasis n°6 : Illuminés.

« Pourquoi remet-on une bougie au baptême d’un enfant ou d’un adulte ? » Une question d’Etienne, accompagnateur du catéchuménat.

Cher Etienne,

Ce rite intervient à la fin de la célébration du baptême, après la remise du vêtement blanc. Dans les premiers temps de l’Eglise, le baptême était aussi appelé « illumination ».

Par le baptême, le chrétien est illuminé par le Christ ressuscité qui libère des ténèbres du péché et de la mort.

Jésus a dit : « Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres » (Jn 12,46).

Le cierge remis est ainsi allumé au cierge pascal qui symbolise le Christ qui est lumière. Le baptisé est appelé à rayonner de la lumière du Christ, au travers du témoignage de sa vie.

Au baptême d’un enfant, la lumière est confiée à ses parents, parrain et marraine, pour signifier leur responsabilité d’entretenir la lumière de la foi, reçue par le jeune baptisé.

Allumer un cierge nous rappelle que le Christ éclaire nos vies. Ce geste est une invitation à « renouveler notre rencontre personnelle avec Jésus-Christ » qui est notre lumière (cf. Pape François, La joie de l’évangile n. 266).

Agnès Desmazières, responsable du catéchuménat des adultes, Service national de la catéchèse et du catéchuménat

Approfondir votre lecture

  • Catéchumènes et confirmands : des clés pour les accompagner à distance

    Comment garder le lien avec les catéchumènes et les confirmands ? Comment les aider à avancer sur leur chemin d’amitié avec le Seigneur ? Quels outils utiliser ? En raison de la crise sanitaire, il nous est souvent difficile, parfois impossible, de nous réunir. Cela oblige les équipes diocésaines et paroissiales à repenser leur manière de rester en contact et de poursuivre la préparation des sacrements ou l’accompagnement catéchétique.

  • Parcours saint Pierre : formation en paroisse pour « vivre en chrétien dans un monde qui ne l’est pas »

    Le diocèse de Versailles propose un kit de formation clé en main pour approfondir, en équipe de paroissiens – baptisés, néophytes, recommençants – la première épître de saint Pierre, et comprendre comment « vivre en chrétien dans un monde qui ne l’est pas ». Après une première rencontre en communauté paroissiale, la formation se déclinera sur 8 autres séances en petits groupes.

  • « Dimanche, j’ai reçu le sacrement du baptême » : témoignages de néophytes, les nouveaux baptisés de Pâques

    Louise, baptisée à Pâques en 2021, partage la joie reçue avec la grâce du baptême. Jean-Baptiste, néophyte du diocèse de Metz, baptisé l’année dernière, livre son témoignage sur la célébration de l’appel décisif vécue en diocèse le premier dimanche de Carême et invite les fidèles à y participer, pour soutenir les catéchumènes et raviver leur propre foi.