La catéchèse comme louange au Dieu créateur

dossier-jmcCatéchèses Art et foi des Journées mondiales des catéchistes.

Voici la catéchèse Art et Foi, prononcée à Sant’Ignazio par le père François Bousquet, recteur de Saint Louis-des-Français, les 26, 27 et 28 septembre 2013, lors des Journées mondiales des catéchistes à Rome.

Plus de 100 000 participants du monde entier à Rome, du 26 au 29 septembre 2013 pour les Journées mondiales des catéchistes. Parmi eux, la délégation française : plus 1000 acteurs de la catéchèse, soit près de 740 pèlerins, et près de 320 congressistes, pour célébrer l’Année de la foi, à la découverte de l’Eglise apostolique et universelle.

Catechese Sant'Ignazio Rome 092013

logo PDFLa Catechese comme louange au Dieu créateur – Rome 092013 (en PDF)

logo PDFNotice Sant’Ignazio – Rome 092013 (en PDF)

Diaporama Voûte Sant’Ignazio – Rome 092013 (en PPTX)

Cet art baroque, contemplé à partir de la voûte extraordinaire peinte par Andrea Pozzo, nous replace immédiatement au milieu du mystère de la création, qui va de Dieu à Dieu, avec un dynamisme impressionnant, où le Christ apparait comme le centre et l’Esprit comme le Souffle, dans la lumière du Dieu Père créateur.

De la perfection formelle de cette peinture, et des figures qu’elle présente, on peut tirer toutes sortes d’enseignements sur la catéchèse.

  1. Introduisant au Mystère du créateur, la fresque comprend la créature comme image et participation au dynamisme créatif du Dieu créateur. Nos vies sont faites pour s’accomplir en Christ dans l’Esprit. Tout enfant de Dieu, tout enfant (tout catéchumène, tout catéchisé) doit d’abord découvrir avec émerveillement la vie comme un don de Dieu, un don à faire fructifier. Le commencement de la foi n’est pas l’étonnement, comme pour le philosophe, mais l’admiration. Une admiration où la contemplation n’est pas statique, mais induit dynamisme, action, et responsabilité.
  1. On voit bien, dans cette représentation comment nature et culture, nature et histoire, ne sont pas séparées : Dieu ne veut pas seulement être honoré dans la grâce qu’il nous fait, mais dans les dons qu’il confie à notre nature d’êtres humains, pour achever la création, et mener l’histoire à l’accomplissement d’une humanité réconciliée. Une vision du monde qui en resterait à la chute et à la blessure dont le péché est l’origine et la marque serait tronquée.
  1. Il y a, signifiées dans cette voûte, et le mouvement qui l’anime, plusieurs intuitions profondes qui se donnent à voir :

La terre, et l’église, sont ouvertes vers le ciel ;

Dieu est lumière ;

Il y a à la fois, pour notre salut, continuité et différence maintenue entre le divin et l’humain.

  1. Le don est mission, le don est pour nous un appel et une tâche, en particulier de transmission, et de transmission du meilleur : le Souffle qui nous donne le goût de vivre, et d’une vie colorée, vraiment vivante, pleine de saveur. Il est frappant ici de voir aussi comment la mission est en même temps découverte de nouveaux mondes. En catéchèse, on sait ce que c’est que la découverte de nouveaux continents avec les jeunes et les enfants, eux-mêmes vivant au sein d’un monde de découvertes, en profonde mutation, et dont les horizons s’élargissent.

Avec cela, se découvre aussi l’universel, et la multitude qui cherche Dieu ou qui est attirée par la lumière.

  1. La louange au Dieu créateur n’oublie pas la croix du Sauveur (que porte ici la figure du Ressuscité). Il y a un combat de la foi, comme ici est représenté le combat, avec les armes du temps, contre ce qui est idole, ou qui défigure l’humain. Le bonheur est celui qui s’exprime dans les Béatitudes, où les vraies valeurs sont remises sur pied. Magnificat.
  1. Dans cette vie foisonnante et cette humanité dans tous les états, physiques ou spirituels, les figures des saints, d’une part, sont des exemples précieux et dynamisants ; et les solidarités, d’autre part, entre les humains et entre le visible et invisible (ici les anges et les hommes) sont précieuses pour retrouver des forces ou un chemin.
  1. Finalement, la beauté est non seulement expressive de l’éclat du vrai, qui nous attire dans la foi, mais un motif spécifique de croire à la Parole qui est dite et qui demande à être accomplie …

Approfondir votre lecture