Guide « Lutter contre la pédophilie » : travailler ce document en équipe d’accompagnateurs du catéchuménat

25 janvier 2017 : Femme lisant la brochure "Lutter contre la pédophilie", éditée par la Conférence des Evêque de France (CEF). Paris (75), France.

25 janvier 2017 : Femme lisant la brochure « Lutter contre la pédophilie », éditée par la Conférence des Evêque de France (CEF). Paris (75), France.

Dans le cadre de la lutte contre la pédophilie, voici une fiche repères pour accompagner le catéchuménat des adultes et veiller à prendre en compte d’éventuels abus de pouvoir ou violences sexuelles subis dans l’enfance. Elle vous donnera quelques pistes pour travailler, au sein d’une équipe d’accompagnateurs du catéchuménat, le document édité par la Conférence des évêques de France.

Travailler le guide Lutter contre la pédophilie en équipe d’accompagnateurs

Le présent document se concentre sur l’accompagnement du catéchuménat et sur les révélations, au cours de son cheminement, de maltraitances subies par le catéchumène.

Comment les abus de pouvoir et la violence sexuelle vécus à l’âge de l’enfance sont-ils à prendre en compte pour les adultes catéchumènes ?

Le cheminement spirituel du catéchuménat est un temps de maturation à l’occasion duquel les catéchumènes doivent pouvoir grandir en liberté. L’accompagnateur est un des acteurs et garant de cette condition de la croissance humaine et spirituelle.

Son attitude doit toujours être empreinte d’une juste distance vis-à-vis de la personne accompagnée. Il est nécessaire qu’il se dote de repères et qu’il évalue l’ajustement de sa relation pour garantir la liberté de l’accompagné.

Voici des suggestions pour animer une rencontre d’accompagnateurs d’environ 1h30, une fois dans l’année, avec l’objectif de répondre aux deux questions suivantes : Comment adopter une juste relation dans l’accompagnement ? Quelle attitude adopter lorsque qu’une maltraitance passée est révélée ou que des signes de blessures apparaissent ?

Il sera utile d’avoir en votre possession les normes diocésaines relatives à la lutte contre les violences faites à un enfant.

Une juste attitude d’accompagnement (environ 45 min)

  • Prendre un temps de lecture attentive de l’encart suivant :

Une juste attitude d’accompagnement

Accompagner est d’abord une affaire de relation entre des personnes qui repose sur une certaine conception de l’homme comme être de relations. L’accompagnement est au service d’une croissance humaine et spirituelle heureuse et harmonieuse. Quatre repères peuvent être ainsi formulés :

  • Une relation d’accompagnement chaste : non pas au sens courant de « non-charnelle », mais parce qu’elle n’exerce aucune puissance, ni domination sur l’autre. Elle s’inscrit dans la recherche permanente de la juste distance entre l’accompagnateur et l’accompagné. Elle n’est pas de l’ordre de la séduction, mais du respect de la personne. Ainsi l’autre est un sujet respecté, et non pas un objet possédé.
  • Une relation d’accompagnement vécue dans l’apprentissage de la liberté : elle permet à chacun de grandir, de faire des choix, de construire son propre chemin, personnel et différent de celui qui accompagne.
  • Une relation d’accompagnement dans la dynamique de l’alliance : dans l’accompagnement, chacun est proche mais séparé, fidèle sans être soumis. L’alliance engage vis-à-vis de l’autre, dans le respect profond des différences : l’accompagnateur doit s’effacer pour que grandisse l’accompagné.
  • Une relation d’accompagnement ouverte au sens de la loi : la loi est la parole commune à tous les membres d’un corps social. Elle « interdit », met de la distance entre le sujet et ses désirs immédiats, désigne le bien, offre des repères pour une plus grande humanisation de la personne et de la société. La compréhension et le respect de la loi est au cœur de tout accompagnement.

Tout travail d’accompagnement sérieux et respectueux de la personne prend en compte ces quatre critères.

On peut aussi observer que trois interdits fondamentaux structurent de façon décisive les relations d’accompagnement :

  • l’interdit de la fusion qui absorbe les personnes l’une dans l’autre, en niant leur singularité propre ;
  • l’interdit du mensonge, qui manipule personnes et institutions ;
  • l’interdit de la violence, qui tue la confiance et écrase le plus faible.

Ces trois interdits se traduisent positivement par la juste distance, la vérité, le respect.

  • Repérer ensemble les quatre critères d’une bonne relation d’accompagnement et les trois interdits fondamentaux qui la structurent. Comment les comprenez-vous ?
  • Échanger sur la façon dont ces éléments d’une attitude juste d’accompagnement rejoignent l’expérience de chacun des accompagnateurs présents.

Quelles exigences concrètes pour les accompagnateurs impliquent ces principes ? Parmi ces exigences, lesquelles vous paraissent les plus importantes à mettre en œuvre ?

Détecter, écouter face à des abus vécus dans l’enfance (environ 45 min)

La relecture de vie lors du cheminement catéchuménal peut faire surgir chez le catéchumène des blessures cachées de l’enfance.

Lire les chapitres :

Quelle est la difficulté majeure face à la détection ou la révélation de tels abus chez les victimes ?

Quelles attitudes découvertes à travers ces lectures précédentes vont aider à reconnaître les abus ?

De quelle disposition spirituelle a-t-on principalement besoin?

Vers la reconstruction

  • Lire le chapitre Accompagner et reconstruire p.50 à 54, pour connaître les pistes vers lesquelles orienter la victime sans chercher à établir la vérité ni à trouver soi-même une solution. Croire en la grâce du baptême qui agit déjà au cours du cheminement pour relever le catéchumène ne suffit pas, il y a d’autres moyens à mettre en œuvre. Pour toute personne, vulnérable ou non, il est important d’affirmer que la maltraitance est anormale, qu’il est important d’en parler et de saisir la justice. On donnera des ressources comme le numéro de téléphone 119 et on se référera aux normes diocésaines relatives à la lutte contre les violences faites à un enfant.

Quelles pistes concrètes peuvent être proposées à l’accompagné dans votre diocèse ?

Quelles places prennent les épreuves vécues sur le chemin pascal personnel de ces catéchumènes ?

Quelles ressources spirituelles s’offrent à vous pour manifester la présence du Christ dans les épreuves vécues ?

Comment pouvez-vous témoigner de votre espérance de salut dans le Christ ?

Points d’attention pour les animateurs de la formation

  • Bien lire le guide pour saisir l’ensemble du dispositif proposé pour lutter contre la pédophilie.
  • Prendre conscience de la difficulté du sujet qui peut toucher personnellement certains membres du groupe.
  • Relire son propre accompagnement une fois par trimestre avec les critères de l’encart Une juste attitude d’accompagnement.
  • Prévoir un temps de prière avec des intentions pour les accompagnateurs.

Ressources

  • 25 janvier 2017 : Homme lisant la brochure "Lutter contre la pédophilie", éditée par la Conférence des Evêque de France (CEF). Paris (75), France.

    Lutter contre la pédophilie

    Être catéchistes nous engage à apprendre à détecter et à prévenir les actes de pédophilie dans l’Église et dans la société. Ce dossier s’appuie sur la nouvelle version du guide « Lutter contre la pédophilie » de la Conférence des évêques de France et propose des outils pour le travailler en équipe ainsi qu'un site de référence.

  • startup-594091_1920

    Boîte à outils du catéchuménat

    Pour les accompagnateurs du catéchuménat d'adolescents et d'adultes. Vous y trouverez les documents de référence du magistère romain, les documents français comme les documents catéchétiques ayant la marque visuelle ainsi que des outils pratiques (vidéos, images, sites, livres...)

Approfondir votre lecture