« La mystagogie permet de relire notre engagement à marcher derrière le Christ »

Icône congrès eucharistique 1980Trois questions à Louis-Marie Chauvet, prêtre et professeur, sur l’enjeu pastoral de la mystagogie aujourd’hui après son intervention lors du colloque « L’apport des Pères de l’Église à la proposition de la foi aujourd’hui ».

Pourquoi retrouve-t-on aujourd’hui le goût des catéchèses mystagogiques ?

Parce que nous vivons un moment où, en raison des déstabilisations qu’opère la culture «postmoderne» actuelle par rapport aux religions en général et au christianisme en particulier, nombreuses sont les personnes à «instituer» dans la foi ou à renouveler dans la foi qui sont en quête d’expériences «gratifiantes» de la vérité du christianisme. Des célébrations liturgiques qui leur «font du bien» sont fort appréciées…

En quoi est-ce que la mystagogie est-elle importante dans l’annonce de la foi ?

La foi est rapidement éprouvée comme autre chose qu’une simple «croyance». Elle est annoncée par les «aînés» et perçue par les nouveaux venus (ou par les anciens en quête de «renouveau») comme un engagement à «marcher derrière» le Christ. La mystagogie permet justement cette relecture d’engagement du «disciple» à la suite du Maître…

Dans quels écueils ne faut-il pas tomber, lorsqu’une communauté, par exemple paroissiale, fait cette proposition ?

Il faut éviter l’écueil de l’idéalisation… Car la mystagogie n’est possible qu’à deux évidentes conditions : que la «communauté» (paroissiale, par exemple) offre des célébrations qui ont un minimum de qualité priante; et que les personnes puissent y participer ! Par ailleurs, elle ne peut être fructueuse, semble-t-il, que si la participation aux célébrations n’est pas simplement occasionnelle. Car l’expérience émotionnelle n’est constructrice de la foi que si elle peut être intégrée dans une expérience longue (en allemand : « Erlebnis» et « Erfahrung »). La partie est donc loin d’être gagnée !

Louis-Marie Chauvet, Prêtre du diocèse de Luçon. Professeur à l’Institut catholique de Paris depuis 1973. Spécialisé en théologie sacramentaire et en liturgie.

Approfondir votre lecture

  • Claire Bernier

    Le catéchuménat, un défi pour l’évangélisation

    Les organisateurs ont d’emblée posé le catéchuménat comme défi pour l’évangélisation. Cela peut paraître surprenant … Le catéchuménat n’est-il pas notre joie ? N’est-il pas ce lieu heureux et gratifiant pour l’Eglise qui enfante et accueille des nouveaux venus à la foi catholique, enthousiastes et fiers d’entrer bientôt dans la famille des chrétiens ?

  • 1er mars 2009 : Catéchumènes lors de la cérémonie d'appel décisif, Egl. Saint-Yves-des-Quatre-Routes, La Courneuve (93), France

    Le chemin catéchuménal

    Lors de son intervention au cours de la session, Agnès Desmazières est partie de l’image que vous trouvez à la fin des notes pastorales et qui aide à entrer dans ce cheminement. elle a choisi de prendre pour fil rouge : comment les rites font écho d’un processus de croissance qui est en train de se réaliser dans le cheminement catéchuménal. Son intervention faisait écho à la fois à une intervention de Béatrice Lefèvre (elle a bien souligné le processus de croissance) et à la question de la progressivité dans les rites dont évoquée par le père Bruno Mary dans une autre intervention.

  • Confesser les péchés et confesser le Seigneur, Cesare Giraudo

    Confesser les péchés et confesser le Seigneur, de Cesare Giraudo

    Un ouvrage signé Cesare Giraudo publié par une toute jeune maison d’édition, Les Éditions des Quatre Vivants. Préparer des enfants à vivre du sacrement de pénitence et réconciliation est une pratique courante de la catéchèse. Aussi est-il important pour les catéchistes de le fréquenter et de le comprendre. Ce petit livre sur la confession écrit par un prêtre jésuite italien invite à réfléchir sur ce sacrement avec un éclairage biblique, théologique et liturgique qui plaira aux acteurs de la catéchèse tant sa structure consonne avec des éléments qui leur sont familiers.