La sainteté ? Une aventure …

Le couronnement de la Vierge et l'adoration des saints attribué à Jacopo di Cione, 1370.

Le couronnement de la Vierge et l’adoration des saints attribué à Jacopo di Cione, 1370.

Que dit la Bible ?, L’Oasis n°9 : Tous saints !

Toute la Sainte Écriture nous montre le chemin de la sainteté.

Déjà dans l’Ancien Testament il est écrit « Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint. » (Lv 19, 2). Comment est-ce, Dieu, possible ? Dans le Nouveau Testament, Saint Matthieu nous dit : « Vous donc, vous serez parfaits, comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5, 48). Ça nous parait impossible, Seigneur ! Seul Dieu est saint. Nous le chantons, dans le Gloria : Toi seul es saint, … Jésus-Christ, avec le Saint-Esprit, dans la gloire de Dieu le Père. Or Dieu, seul saint, communique ce qu’il est, et donc sa sainteté, par proximité. Ainsi : les saints anges, les saints prophètes. Et l’homme ? Sa sainteté ne peut pas s’ancrer en lui-même, dans ses propres forces.

Le Magnificat d’Anne et de Marie

Anne, qui était stérile, devient joyeuse d’avoir enfin enfanté le petit Samuel. Elle le confie à Dieu, saisie d’humilité face à la sainteté divine. (1 S 2, 1-2). Elle prie ainsi : « Mon cœur exulte à cause du Seigneur ; » (1) « Il n’est pas de Saint pareil au Seigneur. » (2) « Personne, si ce n’est toi !1 (3) Pas de Rocher pareil à notre Dieu ! » (4)

L’affirmation de confiance d’Anne dans le Seigneur, à la sainteté unique (1) se transforme en un dialogue intime avec « lui » devenu « toi » (2) ; puis elle redevient une affirmation, cette fois enrichie de la relation à Dieu expérimentée pas seulement par Anne, mais aussi par beaucoup, et partagée : notre Dieu (3). La sainteté unique de Dieu laisse et rend possible un ancrage solide (en hébreu, c’est la confiance) sur ce roc unique. Elle n’isole donc pas loin d’un Dieu inaccessible, tant il est parfait : elle se manifeste dans nos vies comme un indestructible point d’appui possible, la foi. On ne sera pas Saint ou Roc comme est Dieu, mais on le deviendra peut-être, ancré sur lui. La Vierge Marie, habitée par le Cantique d’Anne, chante le Puissant : « Saint [est] son nom ! » (Lc 1, 49). Elle célèbre ce que, chaque jour, Dieu a rendu possible et effectif pour nous, et … pas sans nous.

Devenir saint, vocation de l’homme

Dans sa 1ère lettre (1, 15-16), saint Pierre commente : « à l’exemple du Dieu saint qui vous a appelés, devenez saints, vous aussi, dans toute votre conduite ». Cet appel, vocation à la sainteté est un don, auquel on peut répondre par une vie où l’on se donne, une aventure : devenir saint. On cherche à accomplir le saint commandement : aimer Dieu, nous aimer les uns les autres. Accomplir, c’est le sens hébreu du mot traduit par parfait dans la citation biblique qui demande de de venir parfait. Accomplir, car, pour ce qui est d’aimer, rien n’est fait d’avance : à notre tour d’inventer avec Dieu une manière d’aimer avec les personnes que nous rencontrons, tous les jours de la vie ! Le Pape François dans sa dernière exhortation « La joie et l’allégresse » nous conseille de relire les Béatitudes ou les points de repère donnés dans le chapitre 25 de Saint Matthieu : « J’avais faim et tu m’as donné à manger … ». On ne réussit pas toujours : le péché est un « loupé » dans l’aventure.

Les saints dans la Tradition de l’Église

Dans la Nouvelle alliance, Saint Paul, en particulier, appelle les saints les membres de l’Église. Un exemple ? « Soyez solidaires des saints qui sont dans le besoin : exercez l’hospitalité2 » (Rm 12, 13). Dans toute la Tradition de l’Église, la vie des saints, y compris à travers leurs péchés et leur façon de les dépasser, nous est proposée pas tant pour être imitée, que pour alimenter notre créativité à aimer, à entrer en communion. Dieu nous rend saints, justes, semblables à lui. S i nous nous y essayons… Et comme catéchistes ou accompagnateurs de catéchumènes, aidons à faire grandir les charismes que Dieu a mis au cœur de chacun.

Père Alain Paillard, bibliste, directeur adjoint au Service National Famille et Société, Conférence des Évêques de France

1 – Pour lire ce texte du pape donné en 2018 sur l’appel à la sainteté dans le monde actuel.

2 – Traduction Bible de Jérusalem pour mieux faire comprendre le lien avec la sainteté

Feuilletez L’Oasis en ligne !

Cliquez sur le centre de l’image pour ouvrir la revue en plein écran.

Approfondir votre lecture

  • Les belle personnes : une BD qui fait du bien

    « Faire des portraits d’anonymes ». Cette idée, impulsée par le festival Lyon BD 2018, a interpellé Chloé Cruchaudet. Comment recueillir des éloges de « belles personnes » et inciter les gens à ne pas se fier aux apparences ? Ces “belles personnes” agissent-elles au nom de leur foi ?… L’histoire ne le dit pas. Mais on pourrait y voir une illustration de ces “saints de la porte d’à côté” si chers au pape François, ou de ceux que Karl Rahner appelait les “chrétiens anonymes”.

  • Neuvaine de préparation à la Pentecôte, 9 jours de prière à l’Esprit Saint

    Les neuf jours entre l’Ascension et la Pentecôte sont l’occasion de prier l’Esprit Saint, de lui demander qu’il vienne à nouveau prendre place dans nos vies, de manière plus intense, à la lumière de la période que nous venons de vivre. L’équipe du SNCC vous propose une neuvaine pour nous préparer à la Pentecôte, du vendredi 14, lendemain de l’Ascension, au samedi 22 mai 2021, veille de la Pentecôte. Chaque jour une petite catéchèse est proposée pour approfondir le lien à la troisième Personne de la Trinité, ainsi qu’une petite vidéo sous la forme d’un témoignage, un chant et une prière de la Tradition.

  • Le château intérieur : éveiller la spiritualité des enfants avec Thérèse d’Avila

    « Le château intérieur », un récit signé Judith Bouilloc et illustré par Eric Puybaret, propose aux jeunes lecteurs un voyage intérieur comme une introduction à la vie spirituelle, une invitation à découvrir la demeure de Dieu dans leur cœur. Ce petit livre de spiritualité écrit pour les enfants à partir de 10 ans mais lumineux à tout âge de la vie, nous entraîne dans les pas de sainte Thérèse d’Avila, pour découvrir la force de la prière et le château de notre âme.