Si le baptême efface les péchés, pourquoi sommes-nous encore tentés ?

2008: « Le Baptême » (détail), mosaïque de Marko Ivan Rupnick (2007) appartenant à la série des « mystères lumineux », facade de la bas. Notre-Dame du Rosaire, Lourdes (65), France.

Question des lecteurs, L’Oasis n°11 : Libérés du péché.

La question des lecteurs à Monseigneur Jean-Pierre Batut, évêque de Blois. « Si le baptême efface les péchés, pourquoi sommes-nous encore tentés ? »

Il y a en fait deux problèmes : d’abord que nous soyons tentés, ensuite que nous cédions à la tentation en péchant. Jésus a été tenté au désert, mais il n’a pas péché.

  • Commençons par le second problème. Saint Jean écrit dans sa première épître (3, 9) : « Celui qui est né de Dieu (par le baptême) ne commet pas le péché (…) : il ne peut pas pécher, parce qu’il est né de Dieu. » Alors, pourquoi le juste lui-même pèche-t-il « sept fois par jour » ? On peut répondre qu’il a la capacité de ne plus pécher, mais pourtant il cède à toutes sortes de tentations.
  • Nous retrouvons ainsi la première question, celle de la tentation. Ce que le baptême supprime en nous, c’est l’impuissance qui nous livre pieds et poings liés au péché. Mais il ne supprime pas ce que la théologie appelle la concupiscence, c’est-à-dire l’inclination au péché : par exemple, si on me fait du mal, je n’aurai pas spontanément envie de pardonner mais plutôt de me venger – et je devrai lutter pour changer. C’est pour cela que nous sommes encore tentés : cela nous permet, en positif, de faire nos preuves dans le combat de la vie chrétienne (CEC 1426).
  • Mais pourquoi Jésus a-t-il été tenté, alors qu’il n’y a pas en lui d’inclination au péché ? C’est qu’il y a deux sortes de tentations : celles que nous connaissons habituellement et qui viennent de la concupiscence – celles-là, le Christ ne les a pas connues ; et celle qui fut présentée à l’origine à Adam et Ève, la tentation de douter de la Parole de Dieu. C’est cette tentation « originelle » que Jésus a voulu connaître au désert, la surmontant pour nous et pour notre salut.
Monseigneur Jean-Pierre Batut, évêque de Blois

Approfondir votre lecture

  • Le Christ et la femme adultère (1532), de Lucas Cranach l'Ancien. Huile sur tilleul 82,5 x 121 cm.

    Le péché dans la Bible : l’écarlate et la laine

    La Bible démasque le péché et nous révèle comment Dieu nous en libère. « Ma faute est toujours devant moi » se plaignait David que la culpabilité ne quittait plus depuis qu’il avait commandité le meurtre d’Urie, le mari de sa dernière conquête féminine. Et, parce qu’il était croyant, il avait bien compris que sa faute avait une dimension théologique .

  • Cathédrale Notre-Dame de Paris. Baptême d'adultes.

    Les sacrements, des actes libérateurs du Christ !

    Tous les sacrements donnent de vivre en Christ des passages de la mort à la vie. Le temps du carême est un temps de conversion, d’orientation de nos vies vers le Salut qui nous est offert à Pâques.

  • L'oasis 11-le combat

    Jeu du combat contre le mal

    Une démarche catéchétique spécialement conçue pour vivre une rencontre en équipe d’adultes (catéchistes ou accompagnateurs, ou parents) à l’aide de la revue l’Oasis n°11, printemps 2019. Avec tous les sacrements, Dieu nous équipe pour le combat contre le mal, pour résister à la tentation de s’éloigner de son amour. Il nous donne l’équipement pour tenir bon et accomplir le don de la vie éternelle.