Un Avent à l’école du nouveau Directoire : Esprit Saint et Incarnation

« Contemplons aussi la manière dont l'Esprit nous fait signe dans la bouche de nos frères et sœurs, particulièrement les plus petits si chers au Christ : par le biais d’une parole… »

« Contemplons aussi la manière dont l’Esprit nous fait signe dans la bouche de nos frères et sœurs, particulièrement les plus petits si chers au Christ : par le biais d’une parole… »

En ouvrant le nouveau Directoire pour la Catéchèse (DpC), on ne peut que se réjouir des nombreuses références données à l’Esprit Saint. Et cela dès les premières pages, dans le chapitre « La révélation et sa transmission ».

Le numéro 23 est particulièrement saisissant : « L’Esprit Saint, véritable protagoniste de toute la mission ecclésiale, agit à la fois dans l’Eglise et chez ceux que celle-ci doit rejoindre et par qui, d’une certaine manière, elle doit également être rejointe, puisque Dieu œuvre dans le cœur de chaque homme. L’Esprit continue de féconder l’Eglise qui vit de la Parole de Dieu et la fait toujours croître dans l’intelligence de l’Evangile, en l’envoyant et en la soutenant dans l’œuvre d’évangélisation du monde ». Invitation qui nous est adressée à nous réjouir du rôle fondamental de l’Esprit dans l’évangélisation !

Le troisième dimanche de l’Avent nous a invité à la joie, fruit de l’Esprit (Galates 5). Et l’on sait combien Marie, une fois le questionnement passé et le « fiat » prononcé, visitant sa cousine Elisabeth, entre dans cette louange de femme de foi par le chant du Magnificat. Elle entre dans la joie de la future maman, dans la joie de son Seigneur. Et comment ne pas se souvenir que cette exultation sera également celle de Jésus au retour de mission des 72 : « A l’heure même, Jésus exulta sous l’action de l’Esprit Saint, et il dit : ‘Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance’ ». (Luc 10, 21).

Jésus a promis d’envoyer l’Esprit à ses Apôtres et il donne la force aux disciples-missionnaires encore aujourd’hui. Cette bienveillance du Père qui nous donne l’Esprit, et dont les Ecritures nous racontent l’action et la présence, la liturgie la rend visible et appelle à la contempler tout au long du temps de Noël. Il peut être intéressant comme catéchiste ou accompagnateur de prendre le temps de regarder dans les chapitres de l’enfance de l’Evangile de Luc cette présence de l’Esprit Saint.

Contemplons aussi la manière dont ce même Esprit nous fait signe dans la bouche de nos frères et sœurs, particulièrement les plus petits si chers au Christ : par le biais d’une parole…, une parole éclairante, saisissante, nourrissante. Parlant des personnes porteuses de handicap, le nouveau Directoire pour la Catéchèse indique le rôle de la communauté qui doit être attentive à accompagner ces personnes ; non seulement les accompagner mais leur permettre d’être elles-mêmes accompagnatrices, catéchistes, parce que l’Esprit parle et agit en elles : « Cela requiert une double attention : la conscience de l’éducabilité à la foi de la personne porteuse de handicap, que celui-ci soit grave ou même très grave ; et la volonté de considérer la personne comme un sujet actif dans la communauté dans laquelle elle vit ». (DpC 269). Isaïe ne nous rappelle-t-il pas que le rameau de la souche de Jessé verra l’Esprit reposer sur lui, cet Esprit que chacun de nous a reçoit au jour de notre baptême et de notre confirmation et qui est « Esprit de sagesse et de discernement » (Isaïe 11, lecture du mardi de la 1ère semaine de l’Avent, 1er décembre 2020).

Une belle hymne est proposée dans l’office de Tierce de la liturgie des heures que nous pouvons méditer et, pourquoi pas, apprendre par cœur. Elle enrichira notre prière durant cette quatrième semaine de l’Avent comme le numéro 91 du DpC : « Le Fils unique du Père est la Parole définitive de Dieu, qui, au commencement, était près de Dieu, était Dieu, a présidé à la création et s’est faite chair en naissant d’une femme, par le pouvoir du Saint-Esprit et pour demeurer parmi les siens ».

Voici le temps

Extrait de « Liturgie des Heures, Vol. 1 », Abbaye d'En Calcat.

Voici le temps, Esprit très saint,
Où dans le cœur de tes fidèles,
Uni au Père et à son Fils,
Tu viens répandre ta lumière.

Que notre langue et notre cœur,
Que notre vie, que notre force
S’enflamment de ta charité
Pour tous les hommes que tu aimes.

Exauce-nous, ô Tout-Puissant,
Par Jésus Christ, ton Fils unique,
Qui règne avec le Saint-Esprit
Depuis toujours et dans les siècles.

Ecouter

Témoignage – Cette année-là, la messe des familles de Noël se déroulait dans une salle des fêtes puisque l’église était fermée en raison de travaux. Un monde fou s’était rassemblé, et devant moi grouillait un parterre d’enfants assis sur des coussins, survoltés par l’idée que bientôt, enfin, ils allaient ouvrir leurs cadeaux. Au moment de l’homélie, je saisis le micro sans fil, je m’approche des enfants et je pose la question […]

Chaque lundi, retrouvez un nouvel épisode de la série de l’Avent :

Approfondir votre lecture

  • Noël raconté et chanté aux enfants

    Après « Pâques raconté et chanté aux enfants », ce nouveau volume veut permettre aux familles de vivre un moment plaisant et pourquoi pas priant, afin de retourner à la source même de la fête de Noël.

  • Spiritualité des catéchistes : évangéliser avec l’Esprit Saint

    Le dernier chapitre de « La joie de l’évangile » s’appelle « Évangélisateurs avec esprit ». L’approfondir peut renouveler nos réflexions sur la spiritualité des catéchistes et la manière dont nous les formons. Voici le premier épisode d’une série d’articles écrits pour vous accompagner dans la lecture de l’exhortation La joie de l’évangile.

  • Spiritualité des catéchistes : puiser dans les forces du Ressuscité et de l’Esprit saint

    Cette partie du chapitre 5 de La joie de l’évangile engage à reconnaître l’action mystérieuse du Ressuscité et de son Esprit. Des paragraphes à méditer pour relire une année de catéchèse mais aussi en ce Temps pascal pour puiser dans la force du Ressuscité (n°275 à 280).