Un Avent à l’école du nouveau Directoire : Petite enfance et Incarnation

« Jésus se fait l'un de nous, et nous rejoint dans ce qu'il y a de plus simple, de plus petit, une humble étable. Il nous invite à le suivre sur ce chemin de dépouillement. »

« Jésus se fait l’un de nous, et nous rejoint dans ce qu’il y a de plus simple, de plus petit, une humble étable. Il nous invite à le suivre sur ce chemin de dépouillement. »

A quelques jours de Noël, le dernier épisode de la série Un Avent à l’école du Directoire pour la catéchèse nous offre une méditation autour de la Nativité : l’Incarnation et la petite enfance.

C’est une tradition dans beaucoup de familles d’installer une crèche pendant le temps de l’Avent. Petits et grands faisant preuve d’imagination, de créativité, certaines crèches sont de « petits chefs-d’œuvre de beauté ».

Le moment de l’installation, et aussi le temps qui nous sépare de la fête de Noël, sont autant d’occasions de transmission de l’histoire familiale, de la foi vécue de génération en génération. Nous pouvons le vivre comme une catéchèse, et nous ménager des temps de prière, de méditation, de contemplation, en nous réunissant en famille autour de la crèche.

Le pape François dans Amoris laetitia invitait les familles chrétiennes à contempler le mystère de la naissance de Jésus « pour renouveler leur espérance et leur joie »1.

Le nouveau Directoire pour la Catéchèse (DPC) souligne que le temps de l’Avent, « avec l’installation de la crèche au cours de préparatifs de Noël en famille, […] peut permettre à l’enfant de vivre une forme de catéchèse en participant directement au mystère de l’incarnation. » (DpC n°239)

Les enfants sont très réceptifs à tout ce qu’on leur donne à vivre et de ce fait ils s’imprègnent du rythme de la vie, avec ses étapes… notamment liturgiques. Ils se forment ainsi une mémoire de la foi.

Le Directoire pour la catéchèse (n°236) dit des petits enfants qu’ils possèdent « la grâce des commencements de la vie » et encourage, dès le plus jeune âge à aider l’enfant « à percevoir et développer le sens de Dieu et l’intuition naturelle de son existence2 ».

Le Pape François a de nouveau insisté lors de l’Angélus du deuxième dimanche de l’Avent, sur l’importance de préparer ces signes de Noël que sont la crèche et l’arbre de Noël, « pour la joie des enfants et aussi des grands !3 » Dans ces temps difficiles, ils nous aident à « aller vers l’amour de Dieu que Jésus vient révéler, vers la bonté infinie qu’il fait resplendir sur le monde4 ».

Jésus se fait l’un de nous, et nous rejoint dans ce qu’il y a de plus simple, de plus petit, une humble étable. Il nous invite à le suivre sur ce chemin de dépouillement, rappelle le pape, en décembre 2019 dans la lettre apostolique sur la crèche, « Signe merveilleux » ou « Admirabile signum5 ».

« Faire une crèche dans nos maisons nous aide à revivre l’histoire vécue à Bethléem6 » :

  • Il vient à notre rencontre au cœur de la nuit. Les nombreuses fois où la nuit obscurcit notre vie, Dieu ne nous laisse pas seuls. « Sa proximité apporte la lumière7 ». Les enfants sont attirés par la bougie que nous posons dans la crèche et qui en est le signe. Ils aiment l’allumer et la souffler !
  • Les différents personnages, que les enfants sont heureux de retrouver d’une année sur l’autre, sont tous importants. Chacun a sa place et annonce la Bonne Nouvelle de manière singulière : la foi de Marie qui contemple Jésus et le montre à tous, la présence quotidienne et discrète du père courageux qu’est Joseph8, la simplicité et la joie des bergers avec leurs moutons… et même la force de l’âne, le souffle réconfortant du bœuf !
  • La présence de Jésus dans la vie quotidienne de chacun est signifiée par la diversité des activités des santons de la crèche. Les enfants (les adultes aussi parfois !) ajoutent des personnages, des figurines, qui expriment l’actualité de ce qui se joue dans la crèche : « dans ce monde nouveau inauguré par Jésus, il y a de la place pour tout ce qui est humain et pour toute créature9».

Le soir de Noël, dans cette crèche que nous avons préparée avec soin, nous allons déposer l’Enfant Jésus : « lumière qui resplendit », « … joie et allégresse… », parce « qu’un enfant nous est né, un fils nous a été donné » nous dit le prophète Isaïe (Is 9, 1-6)… « Emmailloté dans une mangeoire » (Lc 2, 1-14) : c’est dans cette condition de faiblesse et de fragilité, que Dieu, en Jésus, révèle la grandeur de son amour, pouvoir qui crée et transforme tout !

Alors nous pouvons accourir avec les bergers, et, avec les anges, louer Dieu et laisser éclater notre joie en chantant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »

Devant la crèche, demandons-nous de quelle manière nous témoignons de cette nouveauté qu’apporte Jésus dans nos vies : nous l’avons rencontré et nous voulons nous laisser transformer par son amour.

Parce que d’autres avant nous, au sein de nos familles et/ou dans l’Eglise ont permis que nous recevions le don de la foi, nous souhaitons à notre tour, dans la catéchèse et le catéchuménat, faire participer à cette même expérience les enfants et les adultes que nous rencontrons.

Enfants, puis adultes, nous avons contemplé Jésus et ressenti l’amour de Dieu qui s’est fait tout petit pour faire de nous des frères.

Avec le pape François, nous pouvons dire que « La crèche fait partie du processus doux et exigeant de la transmission de la foi10 ».

Ecouter

Témoignage – C’était en décembre, les fêtes de Noël approchaient et notre fils Nathanaël, qui avait un peu plus de deux ans, me dit : « Fais Voir Noël ! » […]

Propositions pour prier devant la crèche en attendant Noël :

« Ô doux enfant de Bethléem,
accorde-nous de communier de toute notre âme
au profond mystère de Noël.

Mets dans le cœur des hommes cette paix
qu’ils recherchent parfois si âprement,
et que toi seul peux leur donner.

Aide-les à se connaître mieux,
et à vivre fraternellement comme les fils d’un même Père.

Découvre-leur ta beauté,
Ta sainteté, ta pureté.

Éveille dans leurs cœurs
l’amour et la reconnaissance pour ton infinie bonté.

Unis-les tous dans ta charité
et donne-nous ta céleste paix. »

Amen

 

1. Amoris laetitia 65

2. DPC 236

3. Pape François Angélus, dimanche 6 décembre 2020

4. Ibid

5. la lettre du Pape François sur la crèche, Admirabile signum

6. Ibid 3

7. Admirabilis signum 4

8. D’après la lettre apostolique sur Saint Joseph Patris corde

9. Admirabilis Signum §6

10. Ibid 10

Chaque lundi, retrouvez un nouvel épisode de la série de l’Avent :

Approfondir votre lecture

  • Noël raconté et chanté aux enfants

    Après « Pâques raconté et chanté aux enfants », ce nouveau volume veut permettre aux familles de vivre un moment plaisant et pourquoi pas priant, afin de retourner à la source même de la fête de Noël. Il s’agit du deuxième tome de la collection « Joie d’être chrétien ».

  • Spiritualité des catéchistes : évangéliser avec l’Esprit Saint

    Le dernier chapitre de « La joie de l’évangile » s’appelle « Évangélisateurs avec esprit ». L’approfondir peut renouveler nos réflexions sur la spiritualité des catéchistes et la manière dont nous les formons. Voici le premier épisode d’une série d’articles écrits pour vous accompagner dans la lecture de l’exhortation La joie de l’évangile.

  • Spiritualité des catéchistes : puiser dans les forces du Ressuscité et de l’Esprit saint

    Cette partie du chapitre 5 de La joie de l’évangile engage à reconnaître l’action mystérieuse du Ressuscité et de son Esprit. Des paragraphes à méditer pour relire une année de catéchèse mais aussi en ce Temps pascal pour puiser dans la force du Ressuscité (n°275 à 280).