Carnet de Carême pour vivre en frères et respecter la création, notre Maison Commune – Diocèse de Beauvais

Yves Lefrançois et le Pôle Diaconie du diocèse de Beauvais ont œuvré pour la création éditoriale de ce carnet de Carême, distribué en paroisses aux fraternités de proximité, groupes paroissiaux.

Vivre en frères et respecter la Création, notre maison commune.

Les deux textes, Laudato si’ et Fratelli tutti qui sont complémentaires car : « TOUT EST LIÉ », se répondent en liant au fur et à mesure, la nécessité de préserver notre maison commune à la qualité des relations entre tous les êtres humains, car nous sommes tous frères. »

Dans ce livret, vous trouverez :

  • La préface de notre évêque.
  • L’introduction de Yves Lefrançois.
  • Une prière du pape François.
  • Des photos de l’abbé Mathieu Devred
  • Les résumés parallèles des deux encycliques Laudato Si’ et Fratelli tutti.
  • Des questionnements pour cheminer en fraternité pendant les 6 semaines du Carême (cf p.9).

PRÉFACE de Mgr Jacques Benoit-Gonnin

 

Chers frères et sœurs,

D’abord, je veux vous exprimer ma joie toute simple de pouvoir vous rejoindre par ces quelques lignes.
J’espère qu’avec l’aide du Seigneur, vous portez votre situation présente avec confiance et courage, grâce au Seigneur qui n’en a pas fini avec nous !

À plusieurs reprises et particulièrement dans ma lettre pastorale du 8 septembre 2018, je vous ai invités à former des communautés fraternelles parce que « l’Amour de Dieu nous presse ! » (Cf. 2e Lettre aux Corinthiens, chapitre 5, verset 14).
La vision pastorale diocésaine le disait très clairement :
« Église catholique dans l’Oise, vis en communautés fraternelles et fais de nouveaux disciples du Christ ! »
Voilà qui nous situait et continue de nous situer dans le droit fil des ambitions du pape François pour l’Église universelle.
En nous donnant une première encyclique (24 mai 2015), Laudato Si’, sur la sauvegarde de la Maison commune, puis une deuxième encyclique (3 octobre 2020) Fratelli tutti, sur la fraternité et l’amitié sociale, il encourageait fortement les chrétiens d’abord, tous les êtres humains également, à construire des liens entre eux, qui favorisent l’émergence d’une vie sociale fraternelle pour vaincre tous ces processus par lesquels les êtres humains s’opposent, se divisent, se détruisent, en frappant d’abord les plus vulnérables, les plus petits, les plus pauvres. […]

Feuilleter le livret

Approfondir votre lecture