Qu’est-ce que le Carême ?

Chemin de terre à CrayssacLe Carême est le temps de préparation à la fête de Pâques, cœur de la foi chrétienne, qui célèbre la résurrection du Christ. Le mot carême est tiré du latin quadragesima signifiant quarante.

Le temps du Carême

Le Carême commence le Mercredi des Cendres et s’achève le Samedi saint au soir, veille de Pâques.

La Semaine Sainte – dernière semaine de Carême – qui commence avec le dimanche des Rameaux, commémore la Cène, la Passion et la mort du Christ sur la Croix.

Le Samedi Saint au soir et le Dimanche de Pâques, les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ.

40 jours

La durée du Carême est de quarante jours sans compter les dimanches (46 si on compte les dimanches).

Le nombre 40 revêt une grande importance dans la Bible, il est évoqué dans plusieurs passages bibliques:

  • référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise;
  • référence aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert (Matthieu 4, 1-11) entre son baptême et le début de sa vie publique;
  • référence au nombre de jours que compte le Carême, période préparatoire à Pâques et à la célébration pascale: du mercredi des Cendres à la veille du jour de Pâques.

Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements.

Ces trois références nous montrent que le temps du Carême n’est pas une fin en soi. Il nous prépare, nous ouvre sur la mort et la résurrection du Christ. C’est en cela qu’il se distingue de tout autre temps de jeûne et de purification vécue dans d’autres confessions religieuses ou dans les pratiques des sagesses orientales.

Un temps de conversion

Le Carême repose sur la prière, la pénitence et le partage. La pénitence n’est pas une fin en soi, mais la recherche d’une plus grande disponibilité intérieure. Le partage peut prendre différentes formes, notamment celle du don.

Le Mercredi des cendres

Le Mercredi des cendres, premier jour du Carême, est marqué par l’imposition des cendres: le prêtre dépose un peu de cendres sur le front de chaque fidèle, en signe de la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espérance en la miséricorde de Dieu. Tout en le marquant, le prêtre dit au fidèle: «Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ».

L’évangile de ce jour est un passage de saint Matthieu – chapitre 6, versets 1 à 6 et 16 à 18 – qui incite les fidèles à prier et agir, non pas de manière orgueilleuse et ostentatoire, mais dans le secret de leur cœur:

Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que te donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret; ton Père voit ce que tu fais en secret (…) Quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret (…)

Quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage; ainsi ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement du Père qui est présent dans le secret.

– Matthieu 6, 1-6 et 16-18

Le jeûne

Le jeûne a pour but de donner soif et faim de Dieu et de sa parole. Il n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône.

Depuis 1969, le jeûne est limité à deux jours, le mercredi des cendres et le vendredi saint. Si on prend un repas à midi, on ne prend qu’une légère collation le soir. Sont dispensés du jeûne, les personnes de plus de 60 ans, les jeunes de moins de 18 ans accomplis et les femmes enceintes.

L’abstinence (s’abstenir de viande) s’impose, en plus du mercredi des cendres et du vendredi saint, tous les vendredis de carême comme tous les vendredis de l’année. De plus le chrétien peut choisir de réduire sa consommation d’alcool, de tabac.

Temps de Dieu, temps de la prière, temps de la grâce

Carême, préparation au temps pascal, nous appelle à revivre en nous-mêmes et dans la communauté de l’Eglise, la mort et la Résurrection du Seigneur. «Croyez à la Bonne Nouvelle », vivez dans la foi de la Parole de Dieu.

En pratique, cette préparation à Pâques se déploie en trois directions: partage, pénitence et prière. Ces trois mots représentent les trois lieux où nous avons sans cesse à nous convertir: notre rapport aux autres, notre rapport avec nous-mêmes, notre rapport avec Dieu.

Pour aller plus loin

  • 1er dimanche de Carême : dimanche « des tentations » et appel décisif

    « Les yeux fixés sur Jésus-Christ, entrons dans le combat de Dieu », dit l’antienne du psaume invitatoire aux Laudes pendant le Carême . Le choix de Dieu est exprimé par l’évêque lors de la célébration de l’appel décisif (electio) des catéchumènes, célébration solennelle qui a lieu au début du carême. S’achève alors le temps du catéchuménat et commence celui dit « de la purification et de l’illumination des catéchumènes », dernière ligne droite pour « les élus » avant la célébration des sacrements de l’initiation, lors de la vigile pascale.

  • 2ème dimanche de Carême : Transfiguration et traditions

    Plusieurs rites sont proposés pendant le temps du catéchuménat pour l'illumination. Les scrutins sont des rites de purification. L'Eglise propose aussi des rites d'illumination des catéchumènes : ce sont les rites des traditions, c'est à dire de la transmission du Symbole de la foi et du Notre-Père.

  • Le Mercredi des Cendres et le mystère du phénix

    Le phénix. Un oiseau rarissime et mystérieux, introuvable ; il n’a peut-être jamais existé. Et pourtant on en parle encore après des milliers d’années. Il a volé dans l’imaginaire de notre culture. Ce qu’on raconte surtout encore à son sujet, c’est qu’il possède une faculté merveilleuse : à sa mort, il est capable de renaître de ses cendres. Pour cette raison, pour son symbolisme fort, les premiers chrétiens ont représenté le phénix dans les catacombes et sur les mosaïques des absides des premières églises.

Approfondir votre lecture