« Ne nous laisse pas entrer en tentation » : quelles conséquences pour ma mission ?

Notre Père entrer en tentation BibleUne question de Pierre, catéchiste. Le 3 décembre prochain, pourquoi changeons-nous la traduction d’une phrase du Notre Père ? Quelles conséquences pour ma mission de prier « ne nous laisse pas entrer en tentation » ?

Cher Pierre,

Pourquoi ?

La traduction actuelle remonte à 1966. Elle n’est pas fausse, mais en cinquante ans l’Eglise et notre société ont changé et cette traduction peut laisser supposer que Dieu tente l’homme. Cela est faux. ‘Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise : ‘Ma tentation vient de Dieu’, Dieu en effet, ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne’ (Jacques 1, 13). La nouvelle traduction choisie par les évêques francophones est plus claire.

Qu’est-ce que cela changera à ma mission ?

Cette officialisation de la nouvelle traduction peut être l’occasion de (re)découvrir le Notre Père comme le modèle de toute prière chrétienne. Il nous invite à l’adoration et à l’acceptation de la volonté du Père, avant de lui demander le pain quotidien, le pardon et la délivrance du Mal. D’autre part, face à l’objection du mal, cette nouvelle traduction permet d’affirmer que Dieu ne tente pas l’homme. Il n’est en aucun cas du côté du Mal. Par la mort et la résurrection de son Fils, il nous délivre du Mal et de la mort. Prier le Notre Père nous permet de participer au combat de Dieu contre le Mal et de bénéficier de sa victoire.

Père Bruno Mary, Service national de la pastorale liturgique et sacramentelle

Approfondir votre lecture