Enquête du catéchuménat : qui sont les adultes baptisés à Pâques en 2022 ?

En 2022, les catéchumènes sont 4278, dont 131 en Outre-Mer, à avoir été appelés par leur évêque au début du Carême pour recevoir le baptême à Pâques. Notre dossier relit, dans le souffle de l’Esprit Saint, le cheminement des catéchumènes 2022, avec un focus spécial sur les sacrements demandés parfois par plusieurs membres d’une même famille, et présente les principales données statistiques.

Les données statistiques recueillies cette année par SNCC sur les demandes de célébrations des sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, confirmation et eucharistie) n’ont pas été impacté fortement, comme nous l’aurons pensé, par la crise sanitaire ni par le rapport de la CIASE publié le 5 octobre 2021 car seulement 7 personnes auraient abandonnées leurs parcours suite à cette publication.
En effet, le nombre d’adultes allant être baptisés s’approche de la tendance de ces dernières années.

Les baptêmes d'adultes en 2022

Monseigneur Vincent Jordy, archevêque de Tours, président de la Commission épiscopale pour la catéchèse et le catéchuménat et Pauline Dawance, Directrice du Service national de la catéchèse et du catéchuménat, nous parlent de la joie d'accueillir les catéchumènes dans nos églises à Pâques.

Accueillir la joyeuse surprise de l’Esprit Saint à Pâques, avec le baptême des catéchumènes

Comme chaque année le Service de la catéchèse et du catéchuménat publie son dossier sur les baptisés de Pâques. Cette année ce dossier nous montre avant toutes choses que le Seigneur continue d’appeler et de toucher les cœurs, y compris par des chemins parfois nouveaux à l’intérieur des familles.

Après une année de baisse en raison de la pandémie, ce sont en effet près de 4300 adultes qui seront baptisés durant la nuit de Pâques. Ils seront intégrés au Peuple de Dieu, ils deviendront membres du corps du Christ qu’est l’Église, ils seront habités par l’Esprit du Seigneur pour vivre et témoigner de lui. Ils sont source de joie pour toute l’Église.

Cette joie d’accueillir ces nouveaux baptisés de Pâques est d’autant plus forte que la vie de l’Église en France a été profondément marquée non seulement par la pandémie qui a rendu difficile l’accompagnement des personnes et la vie ecclésiale, mais aussi par le choc du rapport sur les abus sexuels dans l’Église.

Si l’annonce de ces baptêmes à venir est une source de joie, elle oblige aussi la communauté ecclésiale afin que ces baptisés soient pleinement et concrètement accueillis et accompagnés, et cela au-delà de la nuit pascale.

Réjouissons-nous de la grâce que représentent ces nouveaux baptisés.
Sachons les accueillir pour qu’ils vivent de la grâce du Christ.

Monseigneur Vincent Jordy, archevêque de Tours, président de la Commission épiscopale pour la catéchèse et le catéchuménat

Focus 2022 : Des sacrements demandés parfois par plusieurs membres d’une même famille

Mesurer l’évolution des demandes familiales

Depuis quelques années, nous constatons une tendance à l’augmentation de la demande de sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, confirmation, eucharistie) au sein d’une même famille. Le cheminement d’une personne dans la foi chrétienne, qu’elle soit enfant, adolescent ou adulte peut avoir un impact sur le reste de la cellule familiale entrainant la mise en route d’autres membres de la famille dans un cheminement catéchuménal. Nous nous sommes donc intéressés à la prise en compte de ces demandes sur les trois dernières années. 74 diocèses ont répondu sur ce sujet.

Demandes au sein de couples

Dans une très large majorité de ces diocèses (80%), des adultes demandant les sacrements de l’initiation chrétienne chemineront aussi vers le sacrement de mariage ou bien à l’inverse, la demande du sacrement de mariage va conduire l’un ou les deux membres du couple vers une demande de baptême ou de confirmation. Il arrive que des couples se présentent à l’église pour un mariage chrétien sans être baptisés ni l’un ni l’autre. Dans ce cas, la préparation au baptême sera première puisque le mariage à l’Église nécessite qu’au moins un des deux fiancés soit baptisé.

Nous nous sommes intéressés au mode de préparation de ces sacrements, à ce que les diocèses ont mis en place et à la façon dont s’articulent les deux préparations.
Dans la majorité des diocèses, les préparations au baptême et au mariage sont assurées par des équipes différentes dans les paroisses. Parfois simultanément, parfois de manière différée : généralement le baptême avant le mariage. Lorsque la demande de baptême est antérieure au sacrement de mariage, celui-ci apparait comme un prolongement, une maturation du baptême et un acte qui a du sens pour la vie baptismale des néophytes. Ces deux sacrements sont fondés sur la liberté des personnes, ils demandent à être articulés sans être dépendants l’un de l’autre. Le mariage ne peut pas être conditionné par le baptême, et à l’inverse, le baptême ne peut pas être conditionné par le mariage. Cela nécessite un accompagnement délicat à adapter à l’un et à l’autre sacrement.

Les catéchumènes mariés civilement peuvent être déçus de découvrir qu’ils n’ont pas besoin de célébration de mariage après leur baptême. En effet, entre deux non baptisés, le mariage civil, seul mariage possible, est reconnu comme un mariage valide. Lorsque les deux conjoints sont baptisés, leur mariage est désormais sacramentel pour l’un et pour l’autre (Rituel du mariage n°349). Ainsi, pour manifester solennellement cette sanctification de l’engagement pris initialement à la mairie, une bénédiction nuptiale est prévue au jour du baptême (ou l’un des dimanches qui suit). Il conviendra d’initier les époux aux composantes et engagements du mariage chrétien.

Demandes de parents et de leurs enfants

Les demandes de sacrement pour plusieurs membres d’une même famille ne sont pas rares. En effet, plus de la moitié des diocèses (65%) en font état. C’est dans les foyers avec des enfants en bas âge que l’on observe le plus de démarches d’initiation chrétienne à la fois des enfants et de l’un ou des deux parents.
Des demandes de parents avec leurs adolescents viennent ensuite. Le graphique ci-dessous indique le profil de ces demandes en famille.
La préparation aux sacrements se vit principalement de façon séparée, quelques diocèses proposent néanmoins un accompagnement de toute la maisonnée. Les paroisses ont le souci d’accompagner au plus juste les demandes des familles.

 

Mais s’agissant d’une réalité assez récente, les pratiques se cherchent pour tisser du lien avec les équipes accompagnant les différents membres de la famille : éveil à la foi des petits, catéchèse des enfants, groupes de jeunes, groupes d’adultes. Parfois, un accompagnateur chemine avec toute la famille.

Les effets de l’épidémie de Covid-19

Nous nous sommes également intéressés aux effets de la pandémie de Covid 19 sur la vie du catéchuménat. Après une année de baisse importante du fait de la difficulté de se retrouver en équipe pendant les confinements et autres couvre-feux, le nombre d’adultes appelés au baptême à Pâques retrouve cette année la tendance des cinq dernières années (hormis 2021) entre 4000 et 4200 en métropole (les données sont plus fluctuantes pour les diocèses d’Outre-mer).
On a cependant observé qu’un certain nombre de candidats ont abandonné le cheminement par peur des contaminations, ou à cause de la difficulté à se rencontrer. Des entrées en catéchuménat ont été différées, des cheminements ont été allongés.

On relève pourtant que les accompagnateurs ont fait preuve d’inventivité pour maintenir le lien par tous les moyens de communication (visio, réseaux sociaux, téléphone, courriel…). Certains, y compris parmi les plus âgés, se sont lancés dans les réunions en visio-conférence. Parfois, quand ce n’était pas possible, ils ont proposé des partages bibliques au téléphone ou envoyé par internet des liens pour approfondir le sujet abordé. Les réseaux sociaux ont été plébiscités pour garder le contact, en particulier pour des rencontres individuelles. Les équipes se sont attachées à garder le plus possible le contact, accompagnant au quotidien les personnes tout en leur proposant le contenu de la foi.

Le rôle des services diocésains a lui aussi évolué pendant la pandémie : moins d’organisation de rencontres diocésaines, mais des propositions de supports de célébrations clé-en-main, le partage de ressources bibliques et catéchétiques, de prière, de célébrations domestiques, de méditation de la Parole de Dieu, voire des MOOC ou des retraites en ligne…
Un nouveau lieu de rencontre d’équipe a fait son apparition. Alors que l’utilisation des salles paroissiales n’était pas possible, les équipes ont pu à certains moments se retrouver dans l’église pour un temps de célébration de la Parole de Dieu.

Certains sujets sont-ils plus abordés en période de pandémie ?

Avec l’épidémie de Covid 19, les rencontres limitées et l’absence de célébrations, les catéchumènes ont été mieux familiarisés avec la Parole de Dieu disent des accompagnateurs. Dans un temps d’intériorité contraint, les personnes se demandaient sur quoi/sur qui elles pouvaient encore s’appuyer dans cette vie. Des catéchumènes rapportent que le confinement a été déclencheur pour faire un pas de plus et demander les sacrements.
En catéchuménat les thématiques abordées tiennent toujours compte de ce que vivent les personnes. Beaucoup d’accompagnateurs n’ont pas noté d’incidence de la pandémie sur les thèmes d’échange et d’approfondissement. En revanche certains ont constaté une demande plus importante d’aborder des sujets comme la mort et la vie dans l’au-delà, le sens et les choix de vie, l’incertitude face au lendemain, l’importance de mettre sa confiance en Dieu. D’autres encore évoquent des thématiques comme les problèmes conjugaux, familiaux, la solitude et l’isolement. Dans tous les cas, le quotidien de la vie des catéchumènes nourrit le cheminement. L’important est l’accompagnement des candidats dans leur conversion. Avec leurs accompagnateurs, ils découvrent que c’est dans leur vie telle qu’elle est, avec ses joies et ses difficultés que le Christ les rejoint.

Pandémie ou pas, les demandes de baptême, confirmation, eucharistie pour les adultes augmentent.
Des paroisses voient depuis septembre de nouvelles demandes arriver en nombre. Effet de la pandémie dans un report de la démarche ? Peut-être en partie. Le questionnement sur le sens de la vie et la quête de ce qui comble réellement peut conduire une personne à la rencontre du Christ qui lui dit : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 6). C’est dans la durée que nous pourrons vérifier cette tendance, mais nous nous réjouissons de voir ces nombreux et souvent jeunes adultes choisir de Le suivre dans l’Eglise Catholique.

Les diagrammes expliqués par Cécile Eon

Retrouvez le dossier complet « Baptêmes 2022 » sur le site eglise.catholique.fr :

« C’est dans une épreuve négative que ma foi est née » : témoignages de catéchumènes appelés au baptême

Au début du Carême, au cours de la célébration de l'appel décisif et de l'inscription du nom, Raphaël, Sidonie, Olivier, Paul, Morgan et Anthony ont été appelés au baptême. Tous deux évoquent en quelques minutes leurs démarches, l'accueil fraternel qu'ils ont reçu de la communauté ecclésiale, leur chemin de foi comme catéchumène, leurs attentes, leur désir d'engagement ...

Les statistiques du catéchuménat

Pour vous aider

620x349 vignettes

Accompagner les adolescents

catéchumenat-adolescents

Catéchumènes migrants, une richesse pour l’Église

couv_Courrier137

« Voilà que je me tiens à la porte et je frappe » (Ap, 3, 20)

Rencontrer Jésus-Christ, un parcours catéchuménal

Matins d’Évangile est un outil pour accompagner les adultes vers le baptême. Pour enrichir cette proposition d’initiation aux sacrements, le CFRT-Le Jour du Seigneur propose des vidéos dans presque chaque module. Voici une contribution pédagogique à découvrir ci-dessous !

banniere_jesus_2

Venir au Christ depuis l'Islam

Les fiches Venir au Christ constituent un parcours catéchuménal  pour les personnes de culture musulmane édité dans Matins d’Évangile. Pour enrichir cette proposition, le CFRT-Le Jour du Seigneur propose un catalogue de vidéos.

bandeau-venir-au-christ

Approfondir votre lecture

  • L’évolution de l’éveil à la foi dans les diocèses

    Au sein du Service national pour la catéchèse et le catéchuménat, nous avons pris acte d’une évolution de la question de la famille dans la catéchèse et l’éveil à la foi dans la plupart des diocèses. Nous questionnant sur la manière d’accompagner au mieux ces évolutions, nous avons le désir de réfléchir avec les personnes qui, dans les diocèses, ont une attention plus particulière sur l’éveil à la foi des petits enfants, parfois aussi de leurs parents, et bien souvent aujourd’hui de l’annonce de la foi au sein de la famille.

  • Enquête sur le nombre d’enfants catéchisés du CE2 au CM2 en 2016

    L’enquête sur le nombre d’enfants catéchisés entre 8 et 11 ans, commencée en juin 2016, a été poursuivie pendant toute l’année scolaire 2016-2017. 74% des diocèses ont répondu.