Je souffre car mon petit-fils n’est pas baptisé, que puis-je faire ?

Une grand-mère et son petit-fils.

Une grand-mère et son petit-fils.

Question des lecteurs, L’Oasis n°13 : Papy, Mamie, racontez-moi !

Voici la question d’un lecteur de L’Oasis : « Je suis catéchiste, et je souffre car mon petit-fils n’est pas baptisé, que puis-je faire ? ». Nous avons demandé à Catherine Saba, du Service diocésain de la catéchèse de Marseille d’y répondre.

Tout d’abord, ne pas désespérer car Dieu ne désespère jamais de nous. Il est patient et attend sans cesse que nous répondions à son amour, quel que soit notre âge. L’augmentation régulière du nombre de catéchumènes adultes et d’enfants baptisés en âge scolaire le manifeste. Le chemin de chacun avec le Christ est particulier. Vous vous en apercevez dans votre mission de catéchiste. Des grands-parents en attestent devant la diversité de leurs petits-enfants.

Avec votre petit-fils, jouez pleinement votre rôle de chrétien : témoigner de votre foi, par une charité active, une écoute bienveillante, un dialogue respectueux, une prière assidue, une vie sacramentelle, une manière d’être qui répand la bonne odeur du Christ, et engendre des interrogations. Certaines questions peuvent devenir l’occasion d’expliciter avec douceur sa foi comme le pourquoi d’une croix autour du cou, ou lors de la visite d’une église. Votre mission de catéchiste elle-même interpelle.

Appuyez-vous aussi sur le patrimoine culturel du christianisme. Lisez des récits bibliques, des bandes dessinées sur la vie des saints, regardez ensemble des œuvres d’art religieuses, écoutez de la musique sacrée… Jouez en famille avec par exemple un 7 familles de la Bible.

Et surtout, soyez vraie et sincère avec les parents de votre petit-fils : écoutez les raisons de l’absence de baptême, il existe parfois des malentendus à dissiper. Faites-en un échange fécond, votre enfant sait que vous êtes croyant mais peut-être que son conjoint le comprend difficilement. En tous cas, rassurez les parents en leur montrant que vous respectez leur choix, comme ils respectent votre foi et votre manière de la vivre.

Catherine Saba, Service diocésain de la catéchèse de Marseille

Approfondir votre lecture

  • « S'engager, c'est d'abord accepter de recevoir l'appel et le don de Dieu. »

    « J’ai peur de ne pas réussir à tenir la promesse de mon baptême »

    Samy, lecteur de L’Oasis, fait part de son inquiétude vis-à-vis de l’engagement que représente le baptême : « J’ai peur de ne pas réussir à tenir la promesse de mon baptême. C’est un problème pour moi. Puis-je m’engager sans être certain de tenir ? ». Nous avons demandé à Florence et Patrick Danset, accompagnateurs en catéchuménat dans le diocèse de Nanterre d’y répondre.

  • Confirmations d'adultes au cours de la Vigile de la Pentecôte 2018.

    « Faire mémoire du sacrement de la Confirmation »

    Nous avons été interrogé par un diocèse sur la possibilité d’un geste pour « renouveler le vœu de la confirmation », geste qui dans leur cas prenait place dans le cadre d’un rassemblement … Voici les points de notre réponse :

  • dinner-1246287_1280

    Pourquoi et comment prier avant les repas ?

    La question des lecteurs de ce douzième numéro a été posée à Bertille Lucereau, du Service diocésain de l’enseignement et de la catéchèse en Alsace : « Pourquoi et comment prier avant les repas ? »