César de Bus, catéchiste auprès des jeunes et des pauvres

Bienheureux César de Bus, « un homme de grande piété, rempli de zèle pour la Parole de Dieu ».

Le pape François a annoncé la canonisation future de sept bienheureux, dont le français César de Bus, béatifié en 1975 par Paul VI, prêtre, « saint catéchiste » et fondateur de la Société des Prêtres de la doctrine chrétienne. L’Église reconnait en lui un modèle de catéchiste, lui qui disait : II faut que tout ce qui est en nous catéchise et que notre conduite fasse de nous un catéchisme vivant…

Le pape François a confirmé le lundi 3 mai 2021 la canonisation de Charles de Foucauld grâce à un miracle survenu à Saumur. Le Pape a aussi annoncé le même jour qu’un autre français, César de Bus, ferait partie des prochains canonisés. Il est moins célèbre que Charles de Foucauld mais son œuvre doit attirer l’attention des catéchistes. César de Bus (1544-1607), béatifié en 1975 par Paul VI, est le fondateur de la Société des prêtres de la doctrine chrétienne.

Le pape Paul VI le décrit dans sa jeunesse comme quelqu’un qui mène la vie légère, insouciante, d’un être doué, brillant en société, poète à ses heures, davantage sensible à la jouissance de tout qu’aux exigences de l’Évangile. Mais, à la mort brutale de son père et de son frère, il rentre dans son village natal près d’Avignon et les rencontres qu’il y fait le conduisent à une conversion radicale. Il se sépare de tous ses biens et se retire dans la solitude et la pénitence.

Il est ordonné prêtre en 1852 et se consacre à une mission de catéchiste auprès des jeunes et des pauvres. L’œuvre du Concile de Trente et l’exemple de saint Charles Borromée influencent son projet. D’autres prêtres se joignent à lui pour réaliser ce projet et c’est ainsi que nait en 1592, la Société des prêtres de la doctrine chrétienne, prêtres qui vont enseigner les bases sur lesquelles repose la vie chrétienne aux enfants et aux plus pauvres, en particulier dans les campagnes. Devenu aveugle, César de Bus poursuit sa vie de prière, d’accompagnement spirituel et de prédication. Il meurt le 15 avril 1607 à Avignon. Sa dépouille est transférée à Rome en 1836.

Il est un précurseur car il a le souci d’un enseignement de la foi chrétienne adapté à ceux auxquels il est destiné et d’un enseignement progressif. Et car il ne sépare pas cet enseignement de la prière, de la vie sacramentelle et de l’engagement dans une vie chrétienne. Il utilise un langage simple ainsi que des chansons, des poèmes et des représentations de scènes de l’Évangile qu’il peint lui-même. L’Église reconnait en lui un modèle de catéchiste, lui qui disait : II faut que tout ce qui est en nous catéchise et que notre conduite fasse de nous un catéchisme vivant…

La congrégation a poursuivi son œuvre d’évangélisation et de catéchèse à travers les siècles malgré les obstacles de toutes sortes. En France, elle disparait entre la Révolution et le milieu du 20ème siècle. L’Église la reconnaît depuis Vatican II en tant qu’institut clérical de vie apostolique de droit pontifical, sous le nom de « Pères de la doctrine Chrétienne » ou « Doctrinaires ». Elle est présente aujourd’hui en France, en Italie, au Brésil, en Inde et au Burundi. Son charisme est la vie en communauté en vue de l’exercice de la doctrine chrétienne, c’est-à-dire l’annonce de la Parole de Dieu par une catéchèse accessible, compréhensible et proche de la vie des gens à qui elle s’adresse.

La réaction du père Frédéric Fermanel, délégué épiscopal du diocèse d’Avignon

Sur le même thème

Saints évangélisateurs : des vies consacrées à la mission et à la catéchèse

L'Église distingue traditionnellement parmi les nombreux saintes et saints qui ont marqué sa longue histoire différents charismes que l’on retrouve notamment dans la litanie des saints : les anges et archanges, les patriarches et prophètes, les apôtres et évangélistes, les martyrs, les docteurs, les évêques, les prêtres, les moines… Ici nous nous intéressons plus particulièrement aux saints qui se sont consacrés à la mission d’évangélisation et à la catéchèse.

Approfondir votre lecture

  • « Comme le Bon Dieu voudra », la vie d’une catéchiste portée à l’écran

    Le film « Comme le Bon Dieu voudra » retrace la vie de la catéchiste bretonne Léontine Dolivet, dont la cause de béatification est en cours d’examen. Une figure humble du début du XXème siècle, une femme très croyante et engagée pour faire grandir la foi des garçons de la ville de Betton qui lui étaient confiés pour la catéchèse.

  • Bienheureuse Eugénie Joubert, catéchiste et « sourire de Dieu » auprès des enfants

    Bienheureuse Eugénie Joubert est une jeune femme religieuse et catéchiste, morte au tout début du 20ème siècle avant d’avoir 30 ans et béatifiée en 1994. Sœur de la Sainte-Famille du Sacré-Cœur dont le but principal est l’enseignement du catéchisme, elle a été citée en exemple parmi les « Saints évangélisateurs » lors du IIIème Congrès international de catéchèse à Rome en septembre 2022. Elle est fêtée le 2 juillet.

  • Magnificat Junior, un magazine pour vivre la messe et la catéchèse

    Proposé à l’unité ou sur abonnement, le magazine bimestriel Magnificat Junior entraîne les enfants de 7 à 12 ans à la découverte des saints par le jeu et des récits illustrés, propose de belles pages de prières et un grand dossier thématique.