Les anges, des messagers discrets et incontournables dans la Bible

Que dit la Bible ?, L’Oasis n°26 : Vous avez dit anges ?

Les anges sont très présents dans la Bible. À quel moment se manifestent-ils dans les évangiles ? Comment Jésus en parle-t-il et que nous enseigne-t-il à leur sujet ? Approfondir notre connaissance des anges stimule notre vocation de messager ici-bas.

Les anges traversent la Bible, du Livre de la Genèse à celui de l’Apocalypse. Très présents dans la culture sémitique et certains écrits de l’Ancien Testament, ils se révèlent être plutôt discrets dans les évangiles. Ils n’accompagnent pas Jésus en virevoltant à ses côtés sur les chemins de Galilée, chantant et jouant des instruments !

Annonce et communication

Communiquer un message est, par essence, la fonction des anges. C’est le premier sens du terme grec aggelos, que l’on peut aussi transcrire angelos, « messager » ou « envoyé ». L’angelos n’est pas forcément un être céleste, il peut désigner une personne humaine missionnée pour une annonce particulière, comme les deux disciples que Jésus envoie dans un village de Samarie pour préparer son arrivée (Lc 9,52).

Même si cet épisode paraît anodin, nous tenons ici la mission principale de l’angelos des évangiles : annoncer et préparer la venue de Jésus. Les quatre écrits s’ouvrent d’ailleurs avec Jean le Baptiste « voici que j’envoie mon messager » (Mc 1,2), et Jésus le désignera d’ailleurs comme tel (Mt 11,10 ; Lc 7,27).

Les évangiles de Matthieu et de Luc consacrent plusieurs récits autour de la thématique de la Nativité. Dans chacun d’eux, la naissance de Jésus est préalablement annoncée par un ange à l’un des parents : Joseph (en Matthieu) et Marie (chez Luc). Les anges sont des communicants, relayant la volonté divine, dévoilant aux hommes quelque chose du projet de Dieu. Rien d’étonnant de les découvrir en nombre après la grande annonce1 aux bergers dans l’évangile de Luc, où a été dévoilé l’indice-clé pour reconnaître le Sauveur (cf. Lc 2,9-15). Ils passent alors le relais à d’autres qui deviennent messagers à leur tour, les bergers. Puis, pour retrouver à nouveau des anges en action dans le récit des évangiles, il faut se rendre à la fin de l’ouvrage, lorsque le messager du Seigneur vient rouler la pierre pour permettre aux personnes de contempler le tombeau vide (Mt 28,2). Il annonce alors une « bonne nouvelle » : Jésus est ressuscité !

Les anges sont des communicants, relayant la volonté divine, dévoilant aux hommes quelque chose du projet de Dieu.

Protection, assistance et réconfort

Dans son annonce, l’ange commence presque toujours par rassurer « ne crains pas… », puis il prend le temps du dialogue en répondant souvent à la question du « comment ? » (Lc 1,18.34) pour expliquer le projet divin. Les annonces ne sont pas toujours des révélations de la volonté de Dieu, car les anges sont parfois envoyés pour une mission de réconfort et de soutien, auprès de Jésus lors de son agonie au jardin (Lc 22,43) ou auprès des disciples au moment du départ de Jésus (Ac 1,11). Enfin, nous les découvrons aussi dans une mission de protection, comme avec Joseph pour l’avertir du danger et lui conseiller de partir en Égypte (Mt 2,13) dans le sillage de ce que l’on peut déjà constater dans les textes de l’Ancien Testament avec la protection de Loth lors de la destruction de Sodome (Gn 19), ou d’Agar et de son fils Ismaël dans le désert (Gn 21,17), ou encore des prophètes Élie (1 R 19,4-8), Isaïe (Is 6,1-4), Ezéchiel (Ez 10) ou Daniel (Dn 6,23).

Ainsi, si nous résumons, les messagers célestes sont présents principalement à deux moments dans les évangiles, pour annoncer deux mystères qui sont intimement liés, l’incarnation et la résurrection. Pour le reste, ils s’effacent devant Jésus, le « messager » divin par excellence, le Messie, la Parole faite chair, qui se révèle alors avec ses gestes et ses enseignements.

Serviteurs de Dieu et des hommes

Si les anges interviennent peu dans les évangiles, notons qu’ils sont fréquemment évoqués par Jésus lorsqu’il est question du Fils de l’homme ou des fins dernières.

Nous leur découvrons alors d’autres missions : aider à rassembler les élus (Mt 24,31), tels des moissonneurs (Mt 13,39), séparant les justes des méchants (Mt 13,49), emportant les justes défunts comme le pauvre Lazare de la parabole (Lc 16,22), se réjouissant lorsqu’une personne se tourne avec sincérité vers Dieu (Lc 15,10). Même s’ils ne connaissent pas le jour et l’heure de la venue du Fils de l’homme (Mt 24,36 ; Mc 13,32), ils seront présents et l’accompagneront (Mt 16,27 ; 25,31 ; Mc 8,38). Bref, ils font partie de tous les tableaux de style apocalyptique, au service de Dieu, en sa présence (Mt 18,10).

Finalement, les évangiles ne nous offrent aucun élément de description des anges, mis à part leur blanche tenue (Jn 20,12), ce qui n’est pas étonnant, car ces écrits sont avares de détails inutiles. Pourtant, Jésus l’affirme aux sadducéens, « à la résurrection… on est comme des anges dans le ciel » (Mt 22,30). En attendant, nous pouvons être des « messagers de la Bonne Nouvelle », annonçant, protégeant, rassurant et réconfortant.

Élodie Verdun-Sommerhalter, Diocèse de Strasbourg

1. L’annonce d’une bonne nouvelle, avec un terme de la même racine qu’aggelos, le verbe euaggelizomai.

Feuilletez L’Oasis en ligne !

Cliquez sur la revue pour la consulter en plein écran.

Approfondir votre lecture