Célébrer avec les tout-petits et les familles

27 novembre 2010 : Veillée solennelle pour la vie naissante célébrée en lien avec BXVI, bas. du Sacré Coeur à Montmartre, Paris (75), France. November 27th, 2010: solemn vigil for the rising life in connection with BXVI, in the Sacré Coeur's bas. in Montmartre, Paris (75) France.

27 novembre 2010 : Veillée solennelle pour la vie naissante célébrée en lien avec BXVI, bas. du Sacré Coeur à Montmartre, Paris (75), France.

Contribution donnée par le Père Bernard Maitte, liturgiste, à l’occasion de la session du SNCC des 1-2 décembre 2014 intitulée « Célébrer avec les familles ».

Télécharger l’intervention complète du Père Bernard Maitte au format .pdf

Célébrer avec les tout-petits et les familles : réflexion de P. Bernard Maitte, liturgiste

Si tout homme est appelé à célébrer, la célébration est en vérité :

  • quand elle n’est pas destinée à une seule catégorie ;
  • quand elle ne vise pas à tout signifier et expliquer ;
  • quand elle respecte une structure dialogale ;
  • quand elle s’inscrit dans tout un chemin par étapes ;
  • quand elle n’est pas une improvisation ou une habitude sclérosée ;
  • quand la beauté et donc la qualité sont présentes.

« Cependant, grâce à la multiplication des célébrations non eucharistiques, ils (les enfants) peuvent avoir une réelle expérience liturgique nourrissante pour la foi » (Note de la commission épiscopale francophone p. 8).

Il s’agit d’introduire dans « l’expérience que porte l’Église (au sens objectif donc) ; la catéchèse dispose de trois ressources où celle-ci est manifestée ou racontée : les Écritures, la liturgie et le corps concret de l’Église dans sa diversité historique, géographique et culturelle » (TNOC, lexique p. 63-64).« Dans les célébrations, la Parole de Dieu aura une place de plus en plus importante, selon les capacités des enfants. Bien plus, en raison des progrès de leurs capacités spirituelles, on aura assez fréquemment avec eux des célébrations de la Parole de Dieu proprement dites, surtout aux temps de l’Avent et du Carême.

Ces célébrations peuvent développer grandement chez les enfants l’estime de la Parole de Dieu » (DME 14-Directoire des Messes d’Enfants).Il faut faire confiance aux rites. Dans la Tradition apostolique d’Hyppolyte de Rome, nous voyons que tous participent aux mêmes rites.L’ordre symbolique : il signifie que la foi atteint la communion aux mystères par la ritualité, que ce soit par des lieux (baptistère, lieu de la Parole, autel…), par des signes et gestes (signation, onction, bain, imposition des mains…), par des objets (eau, pain, vin, huile, cierge, Bible, vêtement…) ou par des paroles. C’est par cet ordre que s’établit une relation / communion avec Dieu. Ce symbolisme naturel nous fait retrouver notre appartenance à cette terre, au régime de l’Incarnation. Il s’agit de trouver une initiation, une entrée dans les symboles d’un groupe, celui des chrétiens et dans le langage divin qui leur est commun et qui les structure en corps ecclésial.

Approfondir votre lecture

  • espace-familial

    Quelques repères pour l’éveil à la foi aujourd’hui

    Intervention donnée par Marie-Hélène Durand (Service National de la Catéchèse et du Catéchuménat, SNCC), à Paris dans le cadre de la session nationale « Célébrer avec les familles » (1 et 2 décembre 2014) organisée par le SNCC en collaboration avec le SNPLS (Service National de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle).

  • Enfant à la messe

    L’accueil des tout-petits et de leurs parents lors des assemblées dominicales

    Avec des enfants, que signifie « participer à la messe » ? Pour entrer dans notre questionnement, écoutons un « micro-parvis » avec trois mamans qui viennent à la messe du dimanche avec leurs enfants.

  • Mère et enfants

    Récits bibliques et espace familial

    Intervention de Marie-Hélène Durand (SNCC), lors de la session du SNCC « Bible, récit bibliques et espace familial », des 25 et 26 novembre 2013, à Paris.