3ème semaine du temps de l’Avent : A partir de la Bénédiction Solennelle du temps de l’Avent

Nous pouvons commencer notre temps de méditation en traçant le signe de la croix, puis entrer dans la louange avec le cantique « Soyez dans la joie », en allumant la 3ème bougie de la couronne de l’Avent. Ce dimanche est le dimanche de la joie, dit « Gaudete » : « Réjouissez-vous ! ». Demandons la joie du Seigneur !

Soyez dans la joie !

STANCE
Un messager a couru devant,
Pour annoncer aux pauvres :
Soyez dans la joie, le désert va fleurir,
Les captifs de Sion bientôt vont revenir,
REFRAIN
Soyez dans la joie, le Seigneur vient,
Alléluia, le Royaume est tout proche !
1 Il y eut un homme, envoyé de Dieu ; son nom était Jean.
Il est venu comme témoin de la lumière.
2 Jean était la voix qui crie dans le désert :
«Préparez le chemin du Seigneur !»
3 A ceux qu’il baptisait dans l’eau du Jourdain, Jean disait :
«Il vient, celui qui vous baptisera dans l’Esprit Saint ! »

En demandant à l’Esprit Saint de nous éclairer sur ce que le Seigneur veut nous dire, prenons le temps de lire (ou de relire) la première lecture du 3ème dimanche de l’Avent C :

 

Première lecture (Sophonie 3, 14-18a)

Pousse des cris de joie, fille de Sion ! Éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, de tout ton cœur bondis de joie, fille de Jérusalem ! Le Seigneur a levé les sentences qui pesaient sur toi, il a écarté tes ennemis. Le roi d’Israël, le Seigneur, est en toi. Tu n’as plus à craindre le malheur. Ce jour-là, on dira à Jérusalem : « Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir ! Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il exultera pour toi et se réjouira, comme aux jours de fête. » Parole du Seigneur.

 

Régulièrement, la célébration eucharistique peut se terminer par une « bénédiction solennelle » proposée par le Missel romain.

3ème semaine du temps de l’Avent : A partir de la Bénédiction Solennelle du temps de l’Avent

Régulièrement, la célébration eucharistique peut se terminer par une « bénédiction solennelle » proposée par le Missel romain.

Voici en synopse celle du temps de l’Avent dans l’ancienne et la nouvelle version :

ANCIEN MISSEL

 

Vous croyez que le Fils de Dieu est venu dans ce monde
et vous attendez le jour où il viendra de nouveau ;
A la clarté de cette lumière qui lève
que Dieu son Père vous guide en toutes vos démarches
et qu’il multiplie sur vous ses bénédictions.
AMEN

Qu’il rende ferme votre foi,
joyeuse votre espérance,
et constante votre charité.
AMEN

La venue du Rédempteur pauvre parmi les pauvres
est déjà pour vous une grande joie
quand il apparaitra dans toute sa gloire,
qu’il vous ouvre le bonheur sans fin
AMEN

Et que Dieu tout-puissant vous bénisse,
le Père, le Fils et le Saint Esprit,
AMEN

NOUVEAU MISSEL

 

Vous croyez que le Fils unique est déjà venu
Et vous attendez qu’il vienne de nouveau ;
à la clarté de son avènement,
que Dieu tout-puissant, dans sa miséricorde,
vous sanctifie et vous comble de sa bénédiction.
AMEN

Dans le combat de cette vie,
qu’il rende ferme votre foi,
joyeuse, votre espérance,
efficace, votre charité.
AMEN

La venue prochaine de notre Rédempteur selon la chair
vous procure déjà une joie spirituelle ;
lors de son avènement dans la gloire,
qu’il vous donne la récompense de la vie éternelle.
AMEN

Et que la bénédiction de Dieu tout-puissant,
le Père, et le Fils et le Saint-Esprit,
descende sur vous et y demeure toujours.
AMEN

  • Observons les différences de vocabulaire, les mots qui changent, qui sont supprimés, qui sont ajoutés, les différences de formulation … : qu’est-ce qui nous frappe ? Qu’est-ce que ces changements provoquent en nous comme réactions, comme sentiments ?

 

  • Comment comprenons-nous les deux mots « tout-puissant » et « miséricorde » qui peuvent paraitre contradictoires ?

 

  • La prière parle du « combat de cette vie ». Quels sont mes combats actuels ? Je les dépose auprès du Seigneur, le « Verbe fait chair », qui a partagé notre condition humaine.

 

  • En ce dimanche de la joie, quelles sont mes joies actuelles et particulièrement mes « joies spirituelles » ?

 

  • Comment est-ce que je comprends « l’avènement du Seigneur dans la gloire » ?

 

  • Comment parler de la bénédiction du Seigneur en catéchèse et en catéchuménat ?

 

Nous pouvons terminer en priant le Notre Père et en accueillant dans nos cœurs la bénédiction du Seigneur.

Pour aller plus loin :

GÉRARD GAROUSTE, VITRAIL DE LA NATIVITÉ, ÉGLISE NOTRE-DAME-DE-TALANT, 1995-1997 © ADAGP, PARIS 2018 / MESVITRAUXFAVORIS.FR

Réjouissons-nous ! Dieu est amour, nous dit le prophète Sophonie. Rendons grâce et laissons-nous envahir par cette joie, la vraie joie qui vient de Dieu, en contemplant les couleurs éclatantes du vitrail…

Les lectures du jour

Évangile : « Voyant les foules, Jésus fut saisi de compassion » (Mt 9, 35 – 10, 1.5a.6-8)

Acclamation : (Is 33, 22) Alléluia, Alléluia. Le Seigneur est notre juge, il nous donne des lois, le Seigneur est notre roi : c’est lui qui nous sauve. Alléluia. Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu En ce temps-là, Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant l’Évangile du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité. Voyant les foules, Jésus fut saisi de compassion envers elles parce qu’elles étaient…

Le Missel romain, nouvelle traduction

La collection « Célébrer »

Regards d'évêques

sur la prière du Notre Père

La prière du Notre Père

Approfondir votre lecture