Le Poème des quatre nuits et la tradition juive de la Pâque

Le désert, à l'aube.

Le désert, à la tombée de la nuit.

Au temps de Jésus, au soir de Pessah, nos pères dans la foi faisaient mémoire de quatre nuits. Quatre nuits où Dieu apparaît comme le veilleur de la nuit. Dans le cœur du disciple, au temps de Jésus, la lecture du livre de l’Exode au soir de la Pâque, résonne comme un poème : le poème que la tradition appelle « Poème des quatre nuits ». Ces nuits que le Seigneur lui-même désigne comme quatre nuits de veille (Tg Ex 12, 42).

Poème des quatre nuits

C’est une nuit de veille et prédestinée pour la libération au nom de YHWH

au moment où il fit sortir les enfants d’Israël, libérés, du pays d’Égypte.

Or, quatre nuits sont inscrites dans le Livre des Mémoires.

La première nuit,

quand YHWH se manifesta sur le monde pour le créer.

Le monde était confusion et chaos

et la ténèbre était répandue sur la surface de l’abîme.

Et la Parole de YHWH était la Lumière et brillait.

Et il l’appela Première nuit.

La deuxième nuit,

quand YHWH se manifesta à Abraham âgé de cent ans

et à Sarah, sa femme, âgée de quatre-vingt-dix ans,

pour accomplir ce que dit l’Écriture :

« Est-ce qu’Abraham âgé de cent ans, va engendrer

et Sarah, sa femme, âgée de quatre-vingt-dix ans, enfanter ? »

Et Isaac avait trente-sept ans lorsqu’il fut offert sur l’autel.

Les cieux s’abaissèrent et descendirent

et Isaac en vit les perfections

et ses yeux s’obscurcirent à cause de leurs perfections.

Et il l’appela Seconde nuit.

La troisième nuit,

quand YHWH se manifesta aux Égyptiens, au milieu de la nuit :

sa main tuait les premiers-nés des Égyptiens

et sa droite protégeait les premiers-nés d’Israël,

pour que s’accomplît ce que dit l’Écriture :

« Mon fils premier-né, c’est Israël. »

Et il l’appela Troisième nuit.

La quatrième nuit,

quand le monde arrivera à sa fin pour être libéré ;

les jougs de fer seront brisés

et les générations perverses seront anéanties

et Moïse montera du milieu du désert

et le Roi Messie viendra d’en haut.

L’un marchera à la tête du troupeau

et l’autre marchera à la tête du troupeau

et sa Parole marchera entre les deux

et eux et moi marcherons ensemble.

C’est la nuit de la Pâque pour le nom de YHWH

nuit réservée et fixée pour la libération de tout Israël

au long de leurs générations.

Targum Neofiti sur Ex.12,42

“Jérusalem, sors de ta nuit …”

“Jérusalem, sors de ta nuit …” un chant de la Communauté de l’Emmanuel (J. Lavanant / C.-E. Hauguel) sur une mélodie hébraïque.

Pour l'amour de mes frères

Pour aller plus loin :

  • Les Quatre nuits, la Vigile pascale et la Parole d’un Dieu veilleur et créateur

    Avec cette prédication sur les lectures de la liturgie de la Vigile pascale, nous partons à la rencontre du peuple juif au temps de Jésus, et nous méditons sur les Quatre nuits dont nos « pères dans la foi » faisaient mémoire au soir de Pessah. Au soir de la Vigile pascale, ces quatre nuits de veille n'en font qu'une.

  • La quatrième nuit : le retour du Roi messie

    Au temps de Jésus, au soir de Pessah, nos pères dans la foi faisaient mémoire de quatre nuits. Quatre nuit où Dieu apparaît comme le veilleur de la nuit. Dans le cœur du disciple, au temps du Christ Jésus, la lecture du livre de l'Exode au soir de la Pâque, résonne comme un poème : le poème que la tradition appelle « Poème des quatre nuits ». Quatre nuits que le Seigneur lui-même désigne comme quatre nuits de veille. (Tg Ex 12, 42)

  • A la Vigile pascale, l’unique dessein de Dieu révélé dans l’Ancien et le Nouveau Testament

    Quelles sont les origines de la veillée pascale ? Tout d'abord, il faut restituer très brièvement et mettre en perspective historique le choix de ces sept lectures, ainsi que l'histoire de l'instauration, ou plutôt de la restauration de la Vigile pascale. Pour cela, on peut s'appuyer plus particulièrement sur la série L'Eglise en prière. Introduction à la Liturgie. La liturgie et le temps, tome IV, édition nouvelle, dirigée par le Père Aimé Georges Martimort, éd. Desclée, 1983.

Approfondir votre lecture

  • Les Quatre nuits, la Vigile pascale et la Parole d’un Dieu veilleur et créateur

    Avec cette prédication sur les lectures de la liturgie de la Vigile pascale, nous partons à la rencontre du peuple juif au temps de Jésus, et nous méditons sur les Quatre nuits dont nos « pères dans la foi » faisaient mémoire au soir de Pessah. Au soir de la Vigile pascale, ces quatre nuits de veille n’en font qu’une.

  • A la Vigile pascale, l’unique dessein de Dieu révélé dans l’Ancien et le Nouveau Testament

    Quelles sont les origines de la veillée pascale ? Tout d’abord, il faut restituer très brièvement et mettre en perspective historique le choix de ces sept lectures, ainsi que l’histoire de l’instauration, ou plutôt de la restauration de la Vigile pascale. Pour cela, on peut s’appuyer plus particulièrement sur la série L’Eglise en prière. Introduction à la Liturgie. La liturgie et le temps, tome IV, édition nouvelle, dirigée par le Père Aimé Georges Martimort, éd. Desclée, 1983.

  • « On ne prononce pas YHWH, le Nom de Dieu »

    Dans la liturgie, lorsque le Nom de Dieu, le tétragramme YHWH, apparaît, on ne le vocalise plus en disant « Yahvé » mais on le remplacera par « le Seigneur » ou Dieu, comme le Saint-Père l’a demandé depuis 2001. Les textes du Magistère romain s’appliquent à la liturgie mais on pourra par extension les appliquer aux documents de catéchèse puisqu’il s’agit de ne pas nommer l’indicible.