Préparer à la vie chrétienne en préparant aux sacrements

Les évolutions culturelles et sociétales actuelles, rapides et profondes, appellent à un renouvellement de la pastorale dans tous les domaines. C’est ainsi qu’une attention particulière semble désormais accordée à la préparation aux sacrements comme préparation à la vie chrétienne… Préparer au baptême, c’est préparer à la vie chrétienne à travers le baptême; préparer au mariage, c’est préparer à une vie chrétienne de couple à travers le mariage, etc.

Les évolutions culturelles et sociétales actuelles, rapides et profondes, appellent à un renouvellement de la pastorale dans tous les domaines. C’est ainsi qu’une attention particulière semble désormais accordée à la préparation aux sacrements comme préparation à la vie chrétienne… Préparer au baptême, c’est préparer à la vie chrétienne à travers le baptême; préparer au mariage, c’est préparer à une vie chrétienne de couple à travers le mariage, etc.

Cela est doublement heureux. Heureux sur le plan théologique d’abord. Toute célébration sacramentelle se développe en quatre temps : Dieu nous accueille, Dieu nous parle, Dieu nous baptise (ou nous marie, ou nous pardonne, etc.), Dieu nous envoie. S’exprimer ainsi, c’est souligner que le sujet acteur premier de tout sacrement est Dieu lui-même. Et c’est éviter de faire du dernier temps une simple «conclusion», alors qu’il s’agit bel et bien d’un envoi en mission : vivre conformément à ce qui vient d’être célébré et reçu… Un tel envoi est constitutif du sacrement lui-même. Car un sacrement n’a jamais sa finalité en lui-même. L’important n’est pas sa «validité», si nécessaire qu’elle soit évidemment, mais sa fécondité dans l’existence. Faute de quoi, on tomberait dans un «sacramentalisme» insoutenable. La «grâce» sacramentelle n’est pas une sorte d’objet spirituel que l’on pourrait cumuler, comme on capitalise de la valeur comptable. Sa trajectoire ou sa dynamique requiert de se déployer dans une vie chrétienne conséquente: comme les «talents» de la parabole, elle n’est pas donnée pour être conservée dans un «bas de laine», mais pour être investie dans une éthique de vie qui porte témoignage… Tout cela est évident. Et pourtant, cela n’est pas nécessairement clair dans l’esprit de bien des chrétiens qui adressent une demande de sacrement à l’Église ; et il semble même que bien des ministres de l’Église agissent comme s’ils l’avaient oublié !

Sur le plan pastoral, il est également heureux que l’on cherche à préparer à la vie chrétienne en préparant à un sacrement. La pastorale paroissiale la plus ordinaire incline même à penser que cette perspective enrichit le regard sur le sacrement lui-même. Car, pour ouvrir les fenêtres des personnes sur l’après-sacrement, il faut s’arrêter sur les rites sacramentels eux-mêmes: le signe de la croix, l’onction d’huile parfumée, l’imposition des mains, le livre de la Parole de Dieu, etc. Cela d’abord intéresse les personnes puisque c’est ce qui va se passer pour elles. Ensuite, cela est très concret, et ne demande pas d’importants efforts de saisie conceptuelle. Enfin, cette «mystagogie» avant l’heure1 permet facilement de dégager la portée existentielle du rite de l’imposition des mains sur l’enfant, de la prière de bénédiction nuptiale, de l’échange des alliances, de l’ouverture des mains pour la communion, etc. On a envie de dire que cela parle quasi tout seul. … Nul besoin d’aller «chercher midi à quatorze heures» pour faire une catéchèse du sacrement: la voie royale est de faire parler les gestes et prières prévus par le rituel lui-même… Moyennant quoi, l’appel à une vie chrétienne qui soit conséquente avec la célébration que l’on prépare se fait nécessairement entendre…

Encore faut-il en avoir pastoralement bien conscience ! Raison pour laquelle la formule qui sert de titre à la présente réflexion demande à être souvent répétée!

 

P. Louis-Marie Chauvet,
Professeur honoraire de théologie à l’Institut Catholique de Paris

1On parle souvent, depuis une ou deux décennies, de «mystagogie». On le fait dans le sillage des Pères de l’Église, c’est-à-dire en s’appuyant sur la liturgie déjà célébrée et l’expérience qu’elle a pu permettre aux participants. Mais rien n’interdit de parler d’une «mystagogie avant l’heure» : une mystagogie qui, s’appuyant sur le rituel lui-même, fait déjà pressentir aux futurs participants l’expérience qu’ils pourront vivre.

Les statistiques du catéchuménat

Pour vous aider

620x349 vignettes

Accompagner les adolescents

catéchumenat-adolescents

Catéchumènes migrants, une richesse pour l’Église

couv_Courrier137

« Voilà que je me tiens à la porte et je frappe » (Ap, 3, 20)

Rencontrer Jésus-Christ, un parcours catéchuménal

Matins d’Évangile est un outil pour accompagner les adultes vers le baptême. Pour enrichir cette proposition d’initiation aux sacrements, le CFRT-Le Jour du Seigneur propose des vidéos dans presque chaque module. Voici une contribution pédagogique à découvrir ci-dessous !

banniere_jesus_2

Venir au Christ depuis l'Islam

Les fiches Venir au Christ constituent un parcours catéchuménal  pour les personnes de culture musulmane édité dans Matins d’Évangile. Pour enrichir cette proposition, le CFRT-Le Jour du Seigneur propose un catalogue de vidéos.

bandeau-venir-au-christ

Du même auteur

  • 22 mars 2016 : Portrait de Sainte Faustine KOWALSKA, dans une chapelle de la crypte de la Basilique de la Divine Miséricorde, dans le quartier de Cracovie-Łagiewniki. Cracovie, Pologne.

March 22, 2016: Portrait of St. Faustina Kowalska, in a chapel located in the crypt of the Basilica of the Divine Mercy in Krakow-Lagiewniki neighbourhood. Krakow, Poland.

    Sacrements : quand l’amour sauveur de Dieu vient nous sauver

    Le père Louis-Marie Chauvet, spécialiste en théologie sacramentaire, nous offre de réfléchir à la place des sacrements dans la vie chrétienne Quelle place faut-il donner aux sacrements dans la vie chrétienne ? Rien que leur place, mais toute leur place ! Cette réponse n’est pas une boutade, comme on va le voir …

  • Juillet 2012 : Signature des registres lors d'une messe de mariage catholique, dans le centre de la France.

    Des sacrements de l’Initiation au sacrement du mariage

    On s’en doute : le mariage comme sacrement a quelque lien avec les sacrements de l’initiation … Pour le dire simplement : il est le chemin concret sur lequel un homme et une femme sont appelés par Dieu à vivre la sainteté de leur baptême / confirmation / eucharistie.

  • Icône congrès eucharistique 1980

    « La mystagogie permet de relire notre engagement à marcher derrière le Christ »

    Trois questions à Louis-Marie Chauvet, prêtre et professeur, sur l’enjeu pastoral de la mystagogie aujourd’hui après son intervention lors du colloque « L’apport des Pères de l’Église à la proposition de la foi aujourd’hui ».